Recherche avancée       Liste groupes



      
ELECTRO JAZZ  |  STUDIO

Commentaires (7)
Questions / Réponses (3 / 7)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

2012 Childhood's End
2013 Live At Roadburn
  Messe I.x-vi.x
2014 Terrestrials
2017 The Assassination Of ...
  Sic Transit Gloria Mundi...
2020 Flowers Of Evil
2021 Hexahedron (live At Heni...
  Scary Muzak
 

- Membre : Arcturus, BØrknÅgar, Aura Noir, Mysticum, Head Control System
- Style + Membre : Drott
 

 Site Officiel (541)
 Facebook Officiel (531)
 Bandcamp (596)

ULVER - Perdition City (2001)
Par POSITRON le 28 Novembre 2016          Consultée 964 fois

Petite expérience de pensée : nous vivons dans un monde ou "Perdition City" n'est pas sorti en un LP mais en deux EPs que je nomme "Cold Kiss" (pistes 1-5) et "Nowhere" (pistes 6-9). Voici ci-dessous leurs mini-chroniques respectives, dans le cadre de notre offre promotionnelle "deux pour le prix d'une". NiME : la chronique est notre avenir, économisons-là.

***

"Cold Kiss", malgré son format d'EP, est le meilleur album d'ULVER. Considérant la qualité remarquable de la discographie dans laquelle il s'inscrit, cette phrase seule témoigne de sa valeur. Le groupe/collectif /truc rayonne de maîtrise dans la composition (Le minimalisme parfaitement maîtrisé de nombreuses parties de piano), la production, et bien évidemment dans le chant – pourtant rare -.

Assimilant ses influences allant du jazz jusqu'à l'industriel en passant par le trip-hop sans les copier aucunement, ULVER signe en plus de son meilleur album un album référence de la musique électronique planante – faute d'une meilleure dénomination(*) – et une porte d'entrée fabuleuse pour un métalleux qui descendrait la carrière d'ULVER de manière chronologique. Il s'agit évidemment d'un cinq.

***

"Nowhere" est un échec. Un échec partiel mais un échec quand même. Il démontre en quoi la métamorphose d'ULVER a pu aboutir à des ratés qui fort heureusement ne seront pas conservés. "We are the dead" c'est du dark ambient correct sans plus, "Catalept", un mash-up de DJ Krush et d'ostinato de cordes hitchcokiens, "Nowhere/Catastrophe" relève le niveau sans me convaincre pleinement et sans attendre le niveau des pistes de "Cold Kiss".

Mais le vrai ratage, c'est "Dead City Centres", un titre ambitieux qui se plante dans les grandes largeurs. Un texte peu crédible clamé par un Garm forçant sur sa voix de manière ridicule, une incorporation d'un langage pseudo-jazz malhabile, des bidouillages électroniques peu maîtrisés : il s'agit de l'antithèse de l'EP "Cold Kiss". Le plaisir d'écoute final en est diminué, mais reste intéressant à l'écoute occasionnelle, ce pourquoi je ne parle que d'échec partiel. Un gros deux, en étant un peu sévère.

***

Il semble que je sois l'un des seuls à effectuer cette dichotomie dans l'album, tant il est courant de le porter aux nues dans son entièreté ou de le détester tout à fait. Mon verdict final ne sera cependant pas si acide : la "face B" de Perdition City est certes de qualité nettement inférieure, dépendant beaucoup plus d'une ambiance fluctuante, amenée de façon maladroite. Mais...

Mais la première partie tire le niveau de l'album vers le haut d'une part en étant bien meilleure, mais d'autre pars en établissant cette ambiance avec maestria. Ainsi lorsque viennent les titres plus fragiles, hésitants et boiteux, on est déjà pleinement immergé dans l'album. Ainsi s'accomplissent les miracles du track-order d'un album sur lequel j'aurais dit déjà beaucoup trop de mal, lui montrant beaucoup d'ingratitude. Car je ne sais pas si j'écouterais aujourd'hui une quantité respectable d'artistes de musique électronique – une autre appellation qui ne veut pas dire grand chose – si je n'avais pas en premier lieu, écouté "Perdition City".

***

(*)On pourra parler de trip-hop, d'experimental electronic, d'ambient jazzeux, d'électronica, de bllippybloops-truc-muche...

A lire aussi en ELECTRO :


The KOVENANT [COVENANT]
Animatronic (1999)
Electro black dejante

(+ 1 kro-express)



SAMAEL
Era One (2006)
L'ère de l'Électronique


Marquez et partagez




 
   POSSOPO

 
   BIONIC2802
   POSITRON

 
   (3 chroniques)



- Christophorus G. Rygg Aka Trickster G. (chant, synthé, batterie)
- Tore Ylwizaker (synthé, piano, basse)
- Håvard Jørgensen (guitare session)
- Bård Eithun (batterie session sur "the future sound of music")
- Ivar H. Johansen (batterie session sur "nowhere / catastrophe")
- Kåre J. Pedersen (batterie session sur "porn piece of the scars of cold kisses)
- Rolf Erik Nystrøm (saxophone session sur "lost in moments" and "dead city centr)
- Øystein Moe (basse session sur "lost in moments")


1. Lost In Moments
2. Porn Piece Or The Scars Of Cold Kisses
3. Hallways Of Always
4. Tomorrow Never Knows
5. The Future Sound Of Music
6. We Are The Dead
7. Dead City Centres
8. Catalept
9. Nowhere/catastrophe



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod