Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL ÉPIQUE  |  STUDIO

Commentaires (5)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Trance
- Style + Membre : Hellwell
 

 Ancien Site Officiel De Manilla Road (621)
 Nouveau Site Oficiel De Manilla Road (908)
 Myspace Manilla Road (688)

MANILLA ROAD - Gates Of Fire (2005)
Par DARK SCHNEIDER le 16 Mai 2008          Consultée 5108 fois

Etre un groupe culte peut parfois être un fardeau lourd à porter. C’est ce que Mark Shelton aurait pu légitimement affirmer en 2005. Car depuis la reformation de MANILLA ROAD en 2001, le groupe du Kansas a eu l’occasion d’arpenter de nouveau les scènes européennes aux côtés de jeunes formations très talentueuses et qui considèrent ni plus ni moins Shelton comme le « Godfather » du metal épique. C’est dire qu’il ne pouvait décevoir avec son nouvel opus, il avait une réputation à tenir. Plus que de se laisser submerger par cette pression, c’est complètement reboosté par autant de reconnaissance (hélas, seulement dans le milieu underground, quelle injustice !) que Shelton se mit à composer un de ses albums les plus ambitieux, et surtout le plus épique à ce jour : Gates of fire.

Cet album est conçu comme une trilogie de trilogie. Trois histoires nous sont contées, avec trois morceaux pour chacune.
On aura droit ainsi à de l’héroïc Fantasy avec The frost giant’s daughter, adaptation d’une nouvelle de Robert E. Howard (Conan), de la mythologie romaine avec Out of the ashes (l’Enéide de Virgil) puis grec avec Gates of fire (la fameuse bataille des 300 spartiates aux Thermopyles). Les amateurs d’épopée et de récits épiques seront donc servis !

The frost giant’s daughter est la trilogie la plus concise. Le titre d’ouverture, le très speed « Riddle of steel », semble avoir été spécialement conçu pour mettre en valeur le jeu du nouveau batteur : Corey « hardcore » Christner. Le jeu de ce dernier est assez bluffant et rappelle beaucoup celui du génial Randy « thrasher » Foxe qui officiait dans le groupe dans les 80’s, et qui fut, je le rappelle, le meilleur batteur du heavy metal. Le chanteur Bryan « hellrodie » Patrick affirme également nettement sa présence avec ses vocaux limite death metal alternés avec la fameuse voix nasale de Mark Shelton. Car désormais depuis quelques années ce sont deux chanteurs qui officient dans MANILLA ROAD, ceci étant à la base du au fait que Shelton ne pouvait plus assumer un concert entier au chant. Sur album c’est une autre histoire et donc Shelton continue d’assurer tout le chant lyrique tandis que Hellroadie assure les parties plus extrêmes (que ce soit dans les graves ou dans les aigues).
« Behind the veil » dénote complètement du premier titre, puisque nous avons là un titre entièrement acoustique, genre dans lequel MANILLA ROAD excelle. « When Giants fall » clôture cette première trilogie sous une tonalité des plus épique, avec un riff typiquement Sheltonien, rappelant la grande époque de Open the gates.

La seconde trilogie traitant de l’Enéide est quant à elle beaucoup plus dense. MANILLA ROAD prend des accents très doom sur ces trois morceaux dont le premier, « The fall of Iliam » atteint 14 min et « Rome » 11 min, rien que ça ! Des titres tout en longueur donc, laissant la part belle aux soli toujours inspirés de Mark Shelton. Des soli très caractéristiques, à la fois planants et psychédéliques, et bourrés de disto. Les rythmiques se veulent plus lourdes et pesantes. Il faudra plusieurs écoutes pour bien assimiler cette trilogie.

« Stand of the spartans » qui ouvre la troisième trilogie se montre nettement plus belliqueux. Son riff rouleau compresseur ne peut qu’évoquer la puissance des hoplites spartiates face à la horde perse. A lui seul ce morceau nous fait oublier le sombre navet de Zack Snyder, 300. Un nouveau classique pour MANILLA ROAD, c’est sur. « Betrayal » est lui beaucoup plus lancinant et planant. Quant à « Epitaph to the king », c’est un poignant hommage au sacrifice héroïque des spartiates et de leur roi. Une longue complainte de 10 min, dont plus de la moitié est acoustique. On tient encore là une preuve que Mark Shelton est définitivement un grand guitare heroe. Ses arpèges sont tout en finesse, et que dire de ses soli électriques qui se fondent parfaitement derrière ces accords délicats ? C’est beau tout simplement. On a qu’une envie : fermer les yeux et imaginer un champ de bataille dévasté, jonché des cadavres de ces héros sacrifiés. Un titre qui prouve qu’il n’y a pas besoin de se montrer agressif et de sortir les grosses guitares et les voix stridentes pour être épique. En cela, ce dernier titre me rappelle beaucoup une œuvre ancienne de MANILLA ROAD : l’album Mark of beast, composé et enregistré en 1981 mais sorti seulement en 2002.

Gates of fire est donc de loin le disque le plus épique de MANILLA ROAD. Une œuvre ambitieuse dont la lourdeur (surtout pour la seconde trilogie) peut rebuter aux premières écoutes, ce qui m’empêche d’ailleurs de lui accorder la note maximale. Pour d’autres, c’est l’aspect sous-produit du disque qui dérangera, un fait récurrent chez MANILLA ROAD, ce qui ne m’a d’ailleurs jamais véritablement dérangé. Cependant, il s’agit indéniablement d’un grand album, à sa sortie c’était le meilleur opus depuis la reformation, surpassant en songwriting Atlantis Rising et Spiral Castle, et peut-être même le meilleur depuis The deluge. MANILLA ROAD a toujours un style aussi unique et reconnaissable, toute comparaison avec d’autre groupe semble vaine. Une chose est sur, Gates of fire témoigne qu’en 2005 les maîtres incontestés du metal épique ce sont toujours eux.

A lire aussi en HEAVY METAL par DARK SCHNEIDER :


STORMWITCH
Eye Of The Storm (1989)
Stormwitch entame un virage encore plus mélodique




SAMSON
Shock Tactics (1981)
Le premier chef d'oeuvre de bruce dickinson!!


Marquez et partagez




 
   DARK SCHNEIDER

 
  N/A



- Mark 'the Shark' Shelton (chant, guitare)
- Bryan 'hellrodaie' Patrick (chant)
- Harvey 'the Crow' Patrick (basse)
- Cory 'hardcore' Christner (batterie)


- The Frost Giant's Daughter
1. Riddle Of Steel
2. Behind The Veil
3. When Giants Fall
- Out Of The Ashes
4. The Fall Of Iliam
5. Imperious Rise
6. Rome
- Gates Of Fire
7. Stand Of The Spartans
8. Betrayal
9. Epitaph To The King



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod