Recherche avancée       Liste groupes



      
EPIC METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
Questions / Réponses (1 / 2)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Trance
- Style + Membre : Hellwell, Riddlemaster
 

 Ancien Site Officiel De Manilla Road (677)
 Nouveau Site Oficiel De Manilla Road (963)
 Myspace Manilla Road (740)

MANILLA ROAD - To Kill A King (2017)
Par ERWIN le 4 Janvier 2018          Consultée 2235 fois

L'heure est à une nouvelle remise en question. Comme à chaque sortie du vaisseau amiral de l'Epic Metal. Désormais, vous le savez tous, MANILLA ROAD est le porte-étendard de tous les groupes pratiquant le Metal en mode épique. C'est comme ça, même Fenriz de DARKTHRONE ou Phil Anselmo de PANTERA le revendiquent, j'ai une liste longue comme le bras de toutes les légendes du Metal qui admirent et revendiquent filiation ou fraternité avec le groupe de Wichita. Les années passant, les réseaux sociaux aidant, la notoriété de Mark Shelton est allée en s'étoffant jusqu'à devenir la plus culte qui soit... Je ne vois guère qu'un autre groupe bénéficiant d'un tel statut dans le monde : les créateurs franchouillards de la Zeulh MAGMA. Que vous l'aimiez ou pas Mark « Shark » Shelton est une légende.

L'adjonction de Neudi le teuton au poste de batteur, adorable gentleman ultra pointu et batteur de superbe tenue admirateur de Randy Foxe aura été l'élément déterminant de la pérennisation de MANILLA ROAD. En dépoussiérant les vieilles bandes et en trouvant les deals les plus adéquats, notre distingué camarade a finalement permis aux figures historiques du groupe Mark et Bryan « Hellroadie » de ne plus avoir à se préoccuper des basses taches pécuniaires et de vivre de leur musique. Dorénavant, Mark n'a plus besoin d'être expert-comptable dans la vie de tous les jours, mais oui ! Merci Neudi ! Profitons en ! Enfin, quelques mots pour cette superbe pochette tellement raccord avec le reste de la discographie signée des mains expertes de l'artiste et fan italien.

"To Kill A King" en titre d'ouverture est remarquable à plus d'un titre. Il repositionne immédiatement tous les acquis du légendaire combo de Wichita. Vous voulez de l'épique ? Vous voulez des solos d'une volubilité intense et profondément originaux ? Un voix de barde qui déclame des textes mythiques ? Bon, vous avez du bol : tout est là ! Ce titre est presque Ambient de prime abord, mais attendez donc le bridge phénoménal suivi du solo dantesque, qui seront indéniablement des éléments pertinents pour tous ceux qui ne connaîtraient pas encore d'accéder au Nirvana du Metal qu'est le Mighty ROAD.... Si, si, vous êtes encore quelques-uns, qui a maugréé, qui face à la production, qui face à la voix nasillarde de Mark, ne vous cachez pas, je vous vois ! Je ne serai vous dire mieux pourquoi ces obscurs cowboys du Kansas constituent mon groupe préféré depuis plus de trente ans, sans avoir connu jamais la moindre rivalité, deux petites minutes durant lesquelles on atteint au sublime du Valhalla de la musique ! Merci Mark.

La merveilleuse chevauchée de "The Arena" rappellera aux vieux aficionados du ROAD "Children Of The Grave" sur "Mystification". Avec un refrain épique des familles, qui nulle part ne faiblit, Mark rebondit ici sur l'histoire romaine avec tout le talent de conteur dont il est capable à la gloire du Colisée ! Un titre qui se pose en égal des grandes cavalcades, lorsqu'elles étaient la substantifique moelle du Metal, remember "Metal Storm" sur "Open The Gates" ? Plusieurs titres sont de cette trempe : "The Talisman" propose une rythmique à tronçonner les bœufs et l'album s'achève sur "Blood Island" qui n'est pas là pour provoquer une sieste, loin s'en faut, Mark a toujours su composer ces impitoyables chevauchées où l'épique ne cède en rien à la puissance, et où chaque intervention de la six-cordes est lumineuse et éclaire d'un seul coup l'auditeur.

Il y a aussi du plus Ambient : "In The Wake" présente un nouvel aspect des compositions du Shark, c'est en effet très light, les rythmiques oscillent entre du mid-gras et du quasi clair, c'est étonnant mais ne perd pas une seconde en intensité. La sirène hurlante de "Never Again" voit le Shark renouer avec un chant très bas, sa voix désormais très éraillée – il faut l'entendre parler, c'est juste bluffant, on croit être face à un guerrier viking ces dernières années, sans doute la voix parlée la plus belle que j'ai entendue, même celle d'Orson Welles ne rendait pas aussi bien. Et le bridge est d'une splendide arythmie, avec les roulements de grosse caisse de Neudi et un solo encore fédérateur. Nous avons aussi la rythmique rampante de "Castle Of The Devil" sur une compo qui rappelle certains vieux titres de IRON MAIDEN, surprenant mais on a vu pire comparaison !

Sur "The Other Side", on observe Bryan Patrick tirer le meilleur parti de sa puissante voix, et parvenir à faire naître une nouvelle « voie » pour le ROAD. Pas mal du tout : voyez plutôt ce refrain superbe de bout en bout, c'est une nouvelle vision des choses car pour la première fois, on ne confond pas sa voix avec celle du Shark son mentor. Un titre qui augure du meilleur pour la suite, Bryan ne chante d'ailleurs que sur quatre titres de "Kill A King". La belle allure rythmique de "Ghost Warrior" permet à nouveau au grand « Hellroadie » de briller, sur un morceau qui devrait magnifiquement rendre en concert, Salut à lui ! Pas facile de se faire une place à l'ombre du mythique Shark !

Dix-septième album de MANILLA ROAD ! Quelle légende Mark « The Shark » Shelton est en train de bâtir ! Comme à l'accoutumée, il faudra aux générations actuelles la patience de faire fi d'une production qui leur paraîtra datée, pour se concentrer sur les aspects épiques et profondément originaux du groupe ! Le leader le plus charismatique qui soit, doublé d'un être humain de grande qualité et d'une culture enviable, continue de présider à la destinée, son chant écorché et nasillard, sa guitare luminique sont toujours de la partie. Accrochez-vous, je n'en connais point qui ne l'aient fait et n'aient pas succombé... Up the hammer and down the nails!

A lire aussi en HEAVY METAL par ERWIN :


EXXPLORER
Symphonies Of Steel (1985)
Chef-d'oeuvre




MANOWAR
Sign Of The Hammer (1984)
Death to False Metal

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   ERWIN

 
  N/A



- Mark ''shark' Shelton (chant-guitare)
- Bryan 'hellroadie' Patrick (chant)
- Phil E. Ross (basse)
- Andreas 'neudi' Neuderth (batterie)


1. To Kill A King
2. Conqueror
3. Never Again
4. The Arena
5. In The Wake
6. The Talisman
7. The Other Side
8. Castle Of The Devil 
9. Ghost Warrior
10. Blood Island



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod