Recherche avancée       Liste groupes



      
EPIC METAL  |  STUDIO

Commentaires (5)
Questions / Réponses (1 / 1)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style + Membre : Hellwell
 

 Ancien Site Officiel De Manilla Road (552)
 Nouveau Site Oficiel De Manilla Road (845)
 Myspace Manilla Road (636)

MANILLA ROAD - The Blessed Curse (2015)
Par ERWIN le 18 Mai 2015          Consultée 4367 fois

Ah la remise en question... La voilà qui se pointe. Il y a plus de 28 ans, j'entendais pour la première fois "The Fire Of Mars" et je tombais en arrêt devant le talent incomparable de Mark Shelton, cultissime guitar hero à la voix de barde médiéval qui ne laissera définitivement personne indifférent. Il incarne aujourd'hui à merveille la flamme ardente du Heavy Metal, en plus d'être la rock star la plus abordable, la plus sympa qui soit, vous verrez si vous avez la chance de le croiser ! Le Shark ne laisse planer aucun doute sur le jusqu'auboutisme qui l'anime, à près de 58 ans, il est toujours aussi frais et jeune, d'ailleurs les membres du groupe ont tous entre 10 et 20 ans de moins que lui... "The Blessed Curse" est le 17ème album du projet de sa vie MANILLA ROAD, et c'est un double album ! Putain, ça poutre dis comme ça. Sois fort man !

L'opus s'ouvre sur "The Blessed Curse", classique évident de cette livraison, construction désormais standard : arpèges suivis d'un chant doux, puis rythmique de plomb et batterie incapable de rester tranquille. "The Dead Still Speak" dans un ordonnancement inhabituel, est une vraie cavalcade qui rappellera les grandes heures des eighties - remember "Metalstrom" -, avec un refrain dantesque. D'ailleurs je cause de Mark en permanence mais M. Bryan Hellroadie Patrick occupe toujours la place de frontman ! Et il l'assume ! Le road n'oublie pas non plus ses vieux amours Thrash, la voix de Bryan attaque sur la puissante "Reign Of Dreams", au superbe refrain, la rythmique - géniale sur le bridge - est là pour tronçonner, idem sur "Truth In The Ash"."Sword Of Fate" est tantôt rampante, tantôt époumonante. La basse de Joshua Castillo est à la fête sur le très direct "Kings Of Invention".

Passons aux maîtres titres : "Tomes Of Clay" est une vraie petite merveille, lancinance est le maître mot de cette chanson belle et élancée comme une jeune vierge grecque. Les voix des deux chanteurs s'y superposent avec un grain étonnant. La mélodie est très originale, avec un autre solo de fou. Mais c'est sur l'incroyable "The Muses Kiss" que le talent unique de Mark s'exprime avec le plus de brio, je vous ordonne d'ailleurs immédiatement l'écoute de cette compo absolument sublime. C'est une plongée dans l'univers le plus beau qui soit : tout y est parfait, le solo déchire l'espace, la voix de l'icône de Wichita y est céleste, jusqu'aux paroles du refrain qui arracheront une larme à tous ceux qui savent de quoi il s'agit...

Et puis un second disque est là, comme sur le mythique "Open The Gates". Nous connaissions déjà "Life Goes On" sous une forme plus épurée, parue sur l'opus solo folk de Mark : le SHARK PROJECT - que vous trouverez sur FP -. cette version plus orchestrale est toute aussi belle que sa grande sœur. "In Search Of The Lost Chord" présente la quête de Mark vers la chanson ultime. Si un artiste doit la trouver un jour, la vérité pourrait bien surgir des champs de blé du Kansas. Et sa guitare limpide de retentir, gorgée de feeling, ici point de descente vertigineuse, juste un artiste qui caresse son instrument chéri pour le meilleur, sur des arpèges sublimes de guitare sèche; "I'll never stop searchin"... Il l'assume avec force, et pas un de ses fans n'en doute.

La 12 cordes lance "Reach", nimbée d'une rare clarté, dans une ambiance simple et directe, peu utilisée par le Road. C'est très lumineux, comme si on se rapprochait de la note ultime, et qu'on allait... L'"Atteindre" ? Mark a-t-il jamais chanté aussi bien ? Le titre est en tout cas d'une originalité sans faille. "Falling" est une petite comptine où la gratte occupe la première place sur une mélodie superbe. Enfin, une petite sucrerie est là, pour les vieux fans, la présence de "All Hallow's Eve" en deux versions. Celle de 81 surprendra par le chant juvénile de Mark. Bien sur, la seconde version présente une chanson mature de 15 minutes à la production léchée - surprenant chez le Road -, le batteur Andreas "Neudi" Neuderth a beaucoup parlé avec Mark pour aboutir à un tel changement.

Il n'y a plus rien à prouver, juste poursuivre la quête de l'éternité et celle de la fameuse note perdue. On s'en approche si on en juge par le refrain du baiser de la muse : "I have felt the muse's kiss". Le bonheur n'est pas donné à tout le monde mais chacun de mes modestes échanges avec le mighty Shark me laisse penser que ce mec est heureux, et ça se ressent intensément dans sa musique. MANILLA ROAD n'est pas proche de mourir.

Les fans vont adorer, et les autres vont entendre sans comprendre... Peu importe, voila le meilleur album du Road depuis sa reformation.

Long live the Road ! Que ta route soit longue et glorieuse brother !
Up the hammer and down the mails, may the lords of lights be with you !

A lire aussi en HEAVY METAL par ERWIN :


MANILLA ROAD
Playground Of The Damned (2011)
Maitre du metal épique

(+ 2 kros-express)



HELLWELL
Beyond The Boundaries Of Sin (2012)
L'omega


Marquez et partagez






 
   ERWIN

 
  N/A



- Mark 'the Shark' Shelton (guitare-chant)
- Bryan 'hellroadie' Patrick (chant)
- Joshua Castillo (basse)
- Andreas 'neudi' Neuderth (batterie)


1. The Blessed Curse
2. Truth In The Ash
3. Tomes Of Clay
4. The Dead Still Speak
5. Falling
6. Kings Of Invention
7. Reign Of Dreams
8. Luxiferia's Light
9. Sword Of Hate
10. The Muses Kiss
11. After The Muse
12. Life Goes On
13. All Hallow's Eve 1981
14. In Search Of The Lost Chord
15. Reach
16. All Hallow's Eve 2014



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod