Recherche avancée       Liste groupes



      
SPEED MÉLODIQUE  |  STUDIO

Commentaires (26)
Questions / Réponses (4 / 23)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


ALBUMS STUDIO

1989 2 Fright Night
1991 Twilight Time
1994 Dreamspace
1995 1 Fourth Dimension
1996 1 Episode
1997 2 Visions
1998 1 Destiny
2000 2 Infinite
2003 4 Elements Part 1
1 Elements Part 2
2005 2 Stratovarius
2009 2 Polaris
2011 2 Elysium
2013 2 Nemesis
2015 2 Eternal

E.P

2010 Darkest Hours

SINGLES

2002 Eagleheart
2003 I Walk To My Own Song

ALBUMS LIVE

1997 1 Visions Of Europe

COMPILATIONS

2001 Intermission

VHS/DVD/BLURAYS

2000 Infinite Visions
 

2018 Enigma - Intermission Ii
 

- Style : At Vance, Manigance, Operadyse, Nautiluz, Revolution Renaissance, Twilightning, Dreamtale, Frozen Land, Thunderstone, Dragonland, Oratory, Afterworld, Kenziner, Northtale, Sonata Arctica, Vanishing Point, Virtuocity, Insania
- Membre : Dio, Chaos Magic, Allen - Lande, Ring Of Fire, Timo Tolkki, Running Wild, Status Minor, Axel Rudi Pell, Masterplan
- Style + Membre : Yngwie Malmsteen, Timo Tolkki's Avalon, Kotipelto, Symfonia, Cain's Offering
 

 Site Official Francophone Du Fan Club De Kotipelto (1620)
 Site Officiel De Stratovarius (2128)
 Myspace (701)
 Chaîne Youtube (779)

STRATOVARIUS - Visions (1997)
Par FREDOUILLE le 12 Mars 2022          Consultée 1186 fois

Et si on tenait là le chef d’œuvre des Finlandais de STRATOVARIUS ? Le disque est sorti en 1997 (et oui déjà !), et "Visions" me convainc un peu plus à chaque écoute et ce, après presque 25 ans de recul, qu’il est certainement LE disque de STRATOVARIUS. Au final, je le préfère à son prédécesseur "Episode" qui question chef d’œuvre tient pourtant la corde avec des titres forts, imparables et devenus aussi au fil du temps des classiques. On pensera bien évidemment à "Season Of Change", "Will The Sun Rise?", "Speed Of Light" pour ne citer que ceux-là. Incontestablement du bel ouvrage !

Oui, mais question titres forts et futurs classiques, "Visions" se pose carrément là et en a autant à revendre sinon plus. Personnellement, je trouve que le combo finlandais est encore en progression sur ce disque et est serais-je tenté de dire, limite au sommet de son art. Il semble s’être une nouvelle fois surpassé que ce soit musicalement, techniquement (on se délectera des attaques et duels de guitares/claviers – cf. "Legions", "Forever Free" morceaux enlevés, particulièrement robustes - notons des riffs plus lourds qu’à l’accoutumée - et flamboyants - le jeu redoutable de Jari Kainulainen, ou l’infatigabilité du métronome Jörg Michael) et dans la composition des morceaux qui révèle une écriture irréprochable et parfois même ambitieuse. On pensera notamment au morceau fleuve qui termine l’opus "Visions (Southern Cross)", véritable chef d’œuvre, réellement captivant, qui du long de ses dix minutes nous en fait voir de toutes les couleurs, entre ambiance narrative épique (les prophéties de Nostradamus), changements de rythme particulièrement jouissifs, riffs agressifs, passage acoustique du plus bel effet, un Timo Kotipelto au sommet vocalement, sans en faire des tonnes (il ne monte pas encore avec excès dans les notes)… STRATOVARIUS récite ses gammes tel qu’on lit un journal, et apparaît littéralement comme une des machines de guerre les plus sophistiquées dans le genre. Les Finlandais renouvelleront d’ailleurs l’exercice du morceau-fleuve sur les albums suivants ("Destiny" et "Infinity" ou bien encore "Elements") et passeront maîtres dans le genre.

Sur "Visions", STRATOVARIUS assoit donc encore un peu plus sa supériorité du moment sur la concurrence, en nous délivrant donc une palanquée de titres qui ne manqueront pas de vous faire hérisser les poils sur les bras. On pensera bien évidemment à "The Kiss Of Judas", titre mid tempo des plus calibrés, certes, mais qui ouvre l’album de façon tonitruante, fracassante et de manière carrément étincelante (le break est des plus ingénieux, les arrangements aussi subtils soient-ils sont géniaux), emmené qui plus est par la batterie ultra puissante de l’ami Jörg Michael. Le son est d’ailleurs monstrueux, des plus cristallins aussi, avec une basse qu’on devine clinquante comme il se doit. L’ingénieur du son qu’est aussi Timo Tolkki et qui a une nouvelle fois produit l’album, a encore réalisé un travail tout à fait remarquable. "Visions" a, qui plus est, été enregistré et mixé aux fameux Finnvox Studios et inutile de vous dire que le « son » STRATOVARIUS est toujours bel et bien présent sur ce disque et n'a certainement jamais été aussi mis en avant.

STRATOVARIUS multiplie donc les morceaux de bravoure sur "Visions", on pensera bien évidemment au classique, archi classique qu’est "Black Diamond" (l'hymne du groupe ?), morceau enivrant des plus speed et basé sur ces notes de clavecins si caractéristiques et qui donnent incontestablement au morceau une dimension néoclassique (Jens s’en donne littéralement à cœur joie). Du néoclassique en mode virtuose donc, que l’on retrouvera également sur "Holy Light" l’instrumental de circonstance (une habitude désormais chez les Finlandais -Remember "Stratosphere" sur l’album "Episode") et qui enchaîne les moments complètement virevoltants, Speed avec donc ces duels claviers/guitares des plus lumineux avec des avalanches de notes assez ahurissantes, et passages presque atmosphériques avec ces mélodies irrésistibles à faire pleurer dans les chaumières. Exercice de style dans lequel les Finlandais sont passés maîtres également. On n’oubliera pas non plus et bien évidemment ce "Paradise", morceau assez simple au final avec ses guitares plutôt Heavy, titre des plus accrocheurs et d’une efficacité avérée et qui fait incontestablement partie des hymnes et classiques de l’album. Excellent tout simplement ! Enfin, comme à son habitude STRATOVARIUS nous sert aussi de jolies ballades, pas forcément indispensables (ce n’est pas "Forever" non plus !) mais elles font le boulot proprement avec cet aspect toujours un brin très mélancolique et un tantinet triste ("Before The Winter", "Coming Home" et ses ohohohoh de circonstance !). Il n’y a guère que "The Abyss Of Your Eyes" qui me paraît en-dessous du reste sur "Visions". Pour le reste, c’est de la balle !

Fort de son line-up de fou et de plus en plus rôdé techniquement, STRATOVARIUS nous sert ici un album proche de la perfection, avec bien évidemment son lot d’hymnes qui renforcera un petit peu plus les setlists live à venir. Un double-Live de haute tenue verra d’ailleurs le jour en 1998, "Visions Of Europe" et qui fera la part belle à "Visions" (normal je serais tenté de dire !) et sur lequel on retrouvera donc les "Forever Free", "Kiss Of Judas", "Legions", "Paradise", "Holy Light" ou encore "Visions". "Visions" est pour moi le chef d’œuvre de STRATOVARIUS car il m’apparaît comme l’album le plus travaillé, le plus varié aussi et incontestablement celui qui contient le moins de "fillers". D’une courte tête devant "Infinite" de mon côté !

Hautement recommandé !

Note réelle : 4,5/5 arrondie à 5/5.

Triptyque de folie : "The Kiss Of Judas", "Black Diamond", "Legions".
Le morceau fleuve : "Visions (Southern Cross)"

A lire aussi en POWER METAL par FREDOUILLE :


GALLOGLASS
Heavenseeker (2005)
Du Speed Mélodique qui ravira les fans !




NORTHTALE
Welcome To Paradise (2019)
Bienvenue au paradis !


Marquez et partagez



Par STEF, JULIEN




 
   FREDOUILLE

 
   BAST
   POWERSYLV

 
   (3 chroniques)



- Timo Tolkki (guitare)
- Timo Kotipelto (chant)
- Jorg Michael (batterie)
- Jens Johansson (clavier)
- Jari Kainulainen (basse)


1. Kiss Of Judas
2. Black Diamond
3. Forever Free
4. Before The Winter
5. Legions
6. Abyss Of Your Eyes
7. Holy Light
8. Paradise
9. Coming Home
10. Visions



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod