Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER METAL  |  STUDIO

Commentaires (5)
Metalhit
Lexique power metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


ALBUMS STUDIO

1989 2 Fright Night
1991 Twilight Time
1994 Dreamspace
1995 1 Fourth Dimension
1996 1 Episode
1997 2 Visions
1998 2 Destiny
2000 2 Infinite
2003 4 Elements Part 1
1 Elements Part 2
2005 2 Stratovarius
2009 2 Polaris
2011 2 Elysium
2013 2 Nemesis
2015 2 Eternal
2022 1 Survive

E.P

2010 Darkest Hours

SINGLES

2002 Eagleheart
2003 I Walk To My Own Song

ALBUMS LIVE

1997 1 Visions Of Europe

COMPILATIONS

2001 Intermission

VHS/DVD/BLURAYS

2000 Infinite Visions
 

2018 Enigma - Intermission Ii
 

- Style : At Vance, Twilightning, Revolution Renaissance, Nautiluz, Operadyse, Manigance, Frozen Land, Northtale, Kenziner, Dreamtale, Thunderstone, Arida Vortex, Afterworld, Sonata Arctica, Vanishing Point, Virtuocity, Insania, Oratory, Dragonland
- Membre : Status Minor, Devil's Train, Timo Tolkki, Chaos Magic, Dio, Ring Of Fire, Running Wild, Axel Rudi Pell, Allen - Lande, Masterplan
- Style + Membre : Symfonia, Yngwie Malmsteen, Kotipelto, Cain's Offering, Avalon
 

 Site Official Francophone Du Fan Club De Kotipelto (1788)
 Site Officiel De Stratovarius (2388)
 Myspace (923)
 Chaîne Youtube (1138)

STRATOVARIUS - Survive (2022)
Par FREDOUILLE le 29 Octobre 2022          Consultée 4902 fois

Sept ans ! On a bien cru que l’emblématique STRATOVARIUS ne reviendrait pas cette fois ! Sept ans c’est le plus gros écart enregistré entre deux albums de STRATOVARIUS (*). Du jamais-vu chez les Finlandais toutes périodes confondues ! Bien évidemment c’était sans compter sur la persévérance et la détermination des Scandinaves qui n’étaient bien évidemment pas en totale hibernation loin de là, mais actifs malgré tout, puisqu’on les voyait à intervalles réguliers écumer les scènes de différents festivals. Et on savait déjà depuis l’année dernière que le groupe peaufinait son grand retour avec l’enregistrement d’un nouvel album.

Et le Précieux est enfin arrivé, fort de cette pochette pour le moins particulière, un peu moche aussi (je préférais personnellement l’artwork arboré pour la sortie du single "Survive"), mais riche en clins d’œil. Avez-vous d’ailleurs aperçu sur l’artwork le disque éponyme "Stratovarius" bien déchiqueté au milieu de la décharge ? En tout cas ce dépotoir nous signale que la production des déchets (merci la consommation humaine de masse !) et leur gestion (recyclage) devient sans conteste une préoccupation majeure et mondiale (STRATO avait déjà joué la carte de l’environnement sur la pochette de "Elysium"). Une pochette et un nom d’album qui restent cependant porteurs d’espoir avec cette jeune pousse qui réussit tant bien que mal à se frayer un chemin parmi ces détritus et "Survive", titre qui signifie beaucoup de choses pour le groupe. De l’aveu même de Jens, "Survive" correspond à l’histoire de STRATOVARIUS qui a finalement survécu malgré la traversée de périodes étranges et difficiles (fin de l'ère T. Tolkki notamment).

Fan inconditionnel des Finlandais, j’avoue avoir eu un peu peur il y a quelques mois à l’écoute des premiers singles dévoilés sur la toile, je veux bien évidemment parler de "Survive", "Firefly" (quelle mélodie !) et de "World On Fire", morceaux certes, très musclés, catchy (les grattes restent bien pêchues mine de rien) et accrocheurs mais un poil Pop tout de même (notamment au niveau des lignes de chant) avec une tessiture relativement actuelle (pour ne pas dire moderne) et dépareillant un poil avec le passé discographique du groupe. Et bien à l’écoute de "Survive", mes craintes se sont complètement dissipées tant ces différents morceaux passent comme une lettre à la poste. Mieux même, il s’agit là véritablement de tubes en puissance aux refrains redoutables et terriblement efficaces, titres qui se fondent aisément et naturellement dans le décor.

Car STRATOVARIUS a mine de rien très bien travaillé. Vraiment. "Survive" est un grand album qu’on se le dise, à la fois solide, divertissant, enthousiasmant avec des mélodies irrésistibles à la pelle, comme bien souvent chez les Finlandais, d’une fraîcheur avérée comme si le groupe avait même un poil rajeuni. Sans doute le fruit aussi de ce son plus actuel, plus catchy et moins classique finalement. Et des sonorités de claviers aussi un peu plus modernes par endroits comme sur "We Are Not Alone" très 'Eurodance' dans l’esprit (certains n’aimeront sans doute pas) signe que Jens Johansson ne se repose pas toujours sur ses lauriers et fait preuve d’un peu de créativité aussi. Même si on retrouvera les sonorités et ses lignes de claviers si typiques et familières sur d’autres titres, je pense notamment au lumineux "Glory Days", à "Broken" ou à "Voice Of Thunder" brillante pièce de clôture.

Les Finlandais ont justement réussi à bien équilibrer les choses sur "Survive" disque très homogène avec de grands moments. Entre morceaux plus actuels ("World On Fire", "We Are Not Alone") et clins d’œil au passé à l’image de ce "Glory Days" des plus limpides, titre Speed à souhait (quel pied !), et dans une moindre mesure le très rapide aussi "Before The Fall" haut en couleurs avec ses chœurs puissants et fédérateurs (nul doute que ce titre fera aussi son effet en live !), rappelant du même coup les plus belles heures du groupe (ère T. Tolkki), le groupe n’en a pas oublié pour autant les grands moments épiques. Dans le registre on citera bien évidemment ce sublime "Frozen In Time", mid-tempo à la saveur symphonique, marqué par des chœurs d’enfants (comme pour le morceau "Destiny" en son temps). La mélodie est juste magnifique, la construction digne des plus grands morceaux de STRATOVARIUS, et la fin juste grandiose et presque ingénieuse. Du grand art ! "Frozen In Time" met également l'accent sur le travail très précis de Rolf Pilve à la batterie. On ne mentionne que très rarement les qualités de Rolf mais au fil des années il apparaît assurément comme un redoutable batteur. Il est en tout cas à créditer d’une très belle prestation sur le disque.

En morceau de bravoure, on pourra également et bien évidemment mettre en avant ce "Voice Of Thunder" véritable dédale de onze minutes (l’introduction et sa mélodie sont juste superbes avec guitare acoustique à l’appui accompagnée de la voix tout en délicatesse de Timo Kotipelto) qui nous embarque dans un Power Metal Progressif de haute volée (loin du tarabiscotage d’un "Elysium" par exemple), alambiqué, parfois enlevé, parfois lancinant avec des passages guitaristiques de toute beauté. Il manque toutefois une étincelle, cette étincelle qui aurait pu propulser ce morceau au panthéon des meilleures compositions du groupe.

Parmi les grands moments de l’album, on citera bien volontiers le monstrueux "Broken" fort de sa rythmique lourde et compacte, d’arrangements minutieux (chœurs féminins en fond), et sur lequel l’ami Matias Kupiainen va nous délivrer quelques soli très techniques et de toute beauté. Des soli qui démontrent un nouvelle fois que le jeune guitariste est talentueux (en plus d’être un bon compositeur – il est d’ailleurs crédité de l’ensemble des titres de l’album) et qu’il ne se contente pas d’uniquement mimer Timo Tolkki. Enfin, STRATOVARIUS nous distille sur le disque une seule ballade (Power ballade même !), "Breakaway" plutôt dynamique donc (une partie acoustique tout de même qui pourra évoquer "Celestial Dream") mais un tantinet classique avec un joli refrain cela dit. Pas vilaine mais pas exceptionnelle non plus.

STRATOVARIUS fort d’un disque ultra solide, carrément bien produit (signée Matias Kupiainen lui-même), entre tradition, conservatisme et modernité signe son grand retour et montre une nouvelle fois à la face du monde qu’en matière de Power Metal il reste parmi les meilleurs en activité. Les morceaux sont pour pas mal de véritables hits/tubes en puissance (de futurs classiques), tout à la fois frais, énergiques et très chantants, quand ils ne sont pas de purs moments de bravoure. Le combo est assurément en très grande forme que ce soit donc au niveau du songwriting brillant qu'au niveau des prestations individuelles. On a loué les performances plus haut de Rolf Pilve et de Matias Kupiainen ou encore de Jens pour son zeste de créativité, mais on pourrait aussi mentionner la prestation impeccable de Timo Kotipelto qui chante avec puissance mesurée et expression. Ce "Survive" est donc une sacrée bonne surprise et supplante de la tête et des épaules son prédécesseur "Eternal" qui avec recul m'apparaît justement comme le moins bon disque post-Tolkki. J’irai même plus loin du coup, je trouve que "Survive" est tout simplement le meilleur disque de STRATOVARIUS de cette ère Post-Tolkki (devant "Nemesis" du coup !).

(*) j'exclus bien évidemment la compilation de faces B qu'est "Enigma - Intermission II" sorti en 2018.

Note : 4,5/5.

Morceaux préférés : "Broken", "Voice Of Thunder", "Frozen In Time", "Glory Days".

A lire aussi en POWER METAL par FREDOUILLE :


FREEDOM CALL
M.e.t.a.l. (2019)
Coup gagnant !




SUNBURST
Fragments Of Creation (2016)
Quelque part entre CONCEPTION et NEVERMORE !


Marquez et partagez




 
   FREDOUILLE

 
   GEGERS

 
   (2 chroniques)



- Timo Kotipelto (chant)
- Matias Kupiainen (guitare)
- Jens Johansson (claviers)
- Lauri Porra (basse)
- Rolf Pilve (batterie)


1. Survive
2. Demand
3. Broken
4. Firefly
5. We Are Not Alone
6. Frozen In Time
7. World On Fire
8. Glory Days
9. Breakaway
10. Before The Fall
11. Voice Of Thunder



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod