Recherche avancée       Liste groupes



      
SPEED MÉLODIQUE  |  STUDIO

Commentaires (7)
Metalhit
Lexique power metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : At Vance, Manigance, Operadyse, Nautiluz, Symfonia, Revolution Renaissance, Twilightning, Dreamtale, Thunderstone, Dragonland, Oratory, Insania, Virtuocity, Vanishing Point, Sonata Arctica, Afterworld
- Membre : Allen - Lande, Ring Of Fire, Chaos Magic, Timo Tolkki , Masterplan, Axel Rudi Pell , Running Wild, Dio
- Style + Membre : Yngwie Malmsteen , Timo Tolkki's Avalon , Kotipelto, Cain's Offering
 

 Site Official Francophone Du Fan Club De Kotipelto (1292)
 Site Officiel De Stratovarius (1645)
 Myspace (331)
 Chaîne Youtube (268)

STRATOVARIUS - Fourth Dimension (1995)
Par FREDOUILLE le 11 Juin 2018          Consultée 513 fois

Année 1995… Punaise, je viens tout juste de découvrir STRATOVARIUS avec l’éclectique "Dreamspace" que j’ai en poche depuis quelques mois seulement et que j’écoute bien évidemment très, mais alors très souvent (c’est un peu mon disque de chevet à l’époque). Inutile de vous préciser que STRATOVARIUS a été pour moi non seulement une très belle découverte mais aussi et je dois le reconnaître, le combo finlandais est devenu un peu ma drogue à cette époque. Quelle claque franchement, et ce son… À peine donc remis de mes émotions voilà que je me retrouve déjà nez à nez avec "Fourth Dimension" dans les bacs de la Fnac de Rennes. Artwork dans la lignée de "Dreamspace" mais en mieux avec cette fois des couleurs un peu plus conviviales et sympathiques. Ça se présente bien. Le disque est vendu pour la modique somme de 70 francs à l'époque. Il doit y avoir erreur… Ce n’est pas très cher, généralement à cette époque les nouveautés coutent aux alentours des 100-105 francs et en prix vert… Très surpris par le prix, je pris délicatement le disque entre mes mains pour voir s’il n'y avait pas erreur sur le prix ou sur la marchandise. À l'époque pour ce prix-là, on pouvait avoir des compilations en tout genre. Encore que... Je demande donc au vendeur : Bonjour Monsieur, s'agit-il d'une compilation du groupe ? Le type me répondit tout simplement : ah non pas du tout ! Il s'agit bien du nouvel album des Finlandais de STRATOVARIUS. Groupe encore très méconnu. Bon, ok super, très bien. Merci Monsieur.

Croyez-moi, je n’ai pas tergiversé longtemps pour acheter ce disque puisque "Dreamspace" déjà m’avait conquis, alors imaginez… Il y avait de fortes chances pour que "Fourth Dimension" me plaise aussi. Et je suis rentré fissa chez moi, tout excité, pour écouter le disque. Et, et... Nous y voilà, le moment fatidique ! L’écoute ! Et là quelle énorme claque encore une fois ! Après quelques balbutiements, quelques esquisses (je veux bien évidemment parler de "Dreamspace" et de "Twilight Time" que je ne connais pas encore en 1995) le style de STRATOVARIUS prend ici sur ce nouveau disque une toute autre figure. Une figure qui se dessine de plus en plus et dont on perçoit déjà les futures silhouettes que seront "Episode" par exemple et "Visions" l'un des meilleurs disques du groupe.

Incontestablement le groupe progresse c’est une certitude. Et à grands pas.

Déjà et fait très important, Timo Tolkki désireux de vouloir se concentrer et se consacrer à l’écriture des compositions en plus de la guitare vient de recruter un chanteur qui va tout simplement s’avérer exceptionnel j'ai nommé Timo Kotipelto. Et ça va quand même bien changer la donne. Un vocaliste à la voix haut perchée dont l’étendue est plus étoffée qu’il n’y paraît et qui va incontestablement marquer les esprits. Déjà sur ce disque. Mais aussi par la suite et ce pour quelques années. Car forcément avec un vrai chanteur, la musique très élaborée et inspirée de T. Tolkki prend ici de l’envergure et apparaît finalement beaucoup plus mâture que sur les premiers efforts ("Dreamspace" inclus) et davantage maîtrisée.

Plus cohérent dans son approche, T. Tolkki propose donc sur "Fourth Dimension" des compositions nettement plus homogènes, plutôt élaborées ("Lord Of The Wasteland", "We Hold The Key", "Twilight Symphony") et complètement adaptées pour le petit Timo qui se débrouille déjà comme un chef. STRATOVARIUS ne part donc plus dans tous les sens comme sur "Dreamspace" (manifestement le groupe se cherchait encore) et nous abreuve là d'un Heavy Speed Metal Mélodique de haut volée doté d'une production toujours aussi impressionnante (le disque a été enregistré aux Soundtrack Studios) et aussi atypique (le son de STRATOVARIUS est déjà reconnaissable entre mille). Il n’y a d’ailleurs qu’à écouter le monumental instrumental "Stratovarius" aussi atmosphérique que technique, et qui multiplie brillamment les variations, pour s'en convaincre. À noter que le groupe deviendra d’ailleurs coutumier de ce type d'instrumental aux accointances néoclassiques sur les albums suivants ("Stratosphere" sur l’album "Episode", "Holy Light" sur "Visions").

C'est donc avec "Fourth Dimension" que STRATOVARIUS prend réellement et définitivement son envol. Et pour cause. Ce disque est tout simplement excellent malgré quelques titres de remplissage et/ou "fillers", tels "Nightfall", la ballade "Winter" ou encore le curieux et surprenant "030366" quelque peu influencé (voire pompé) sur le "Screaming In Digital" de QUEENSRYCHE présent sur l'excellent "Rage For Order". "Fourth dimension" débute tambour battant avec un "Against The Wind" de folie et sur lequel le Speed Metal bat ici tout son plein. Grosse, très grosse entrée en matière, d'autant que la suite est particulièrement enthousiasmante avec le tubesque "Distant Skies" (un futur classique) au refrain fédérateur et le très agréable "Galaxies" à l'intro un tantinet kitsch et aux consonances FM. Bien évidemment on retiendra également l'instrumental "Stratovarius" déjà évoqué plus haut avec son break hallucinant et sur lequel T. Tolkki se lâche littéralement et montre tout son savoir-faire (descentes de manche à gogo garanties !). Mais la suite de l'opus sera encore meilleure avec les monstrueux "Lord Of The Wasteland" (quelle intro du tonnerre ambiance/claviers), le très travaillé "We Hold The Key" vraiment excellent avec une nouvelle fois de formidables et efficaces variations (les quelques accélérations y sont particulièrement jouissives avec de superbes soli) et surtout le futur grand classique que sera "Twilight Symphony", titre doté de violons et qui propose de sublimes mélodies. La classe à l'état pur tout simplement.

Speed Metal donc, virtuosité, accents néoclassiques, magnifiques mélodies entêtantes, limpidité, chant haut perché de grande qualité (T. Tolkki a vraiment déniché la perle rare), STRATOVARIUS frappe donc avec "Fourth Dimension" un grand coup et envoie un signal : il faudra compter sur lui dans les années à venir. Car "Fourth dimension" n'est effectivement que les prémices d'une fabuleuse série.


Morceaux préférés : "Against The Wind", "Twilight Symphony", "Distant Skies", "We Hold The Key".

A lire aussi en POWER METAL par FREDOUILLE :


HEAVENS GATE
Livin' In Hysteria (1991)
Speed mÉlodique




SYMPHORCE
Twice Second (2004)
Speed mÉlodique


Marquez et partagez



Par STEF




 
   FREDOUILLE

 
   POWERSYLV

 
   (2 chroniques)



- Timo Tolkki (chant,guitare)
- Timo Kotipelto (chant)
- Tuomo Lassila (batterie)
- Jari Kainulainen (basse)
- Antti Ikonen (clavier)


1. Against The Wind
2. Distant Skies
3. Galaxies
4. Winter
5. Stratovarius
6. Lord Of The Wasteland
7. 030366
8. Nightfall
9. We Hold The Key
10. Twilight Symphony
11. Call Of The Wilderness



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod