Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
Questions / Réponses (1 / 6)
Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Tankard, Nervosa, Exodus, Exumer, Sodom, Kreator
- Membre : Morgoth, Mystic Prophecy, Indukti, The German Panzer , Holy Moses
- Style + Membre : Headhunter
 

 Site Officiel Du Groupe (927)
 Myspace Officiel Du Groupe (657)

DESTRUCTION - Metal Discharge (2003)
Par FENRYL le 31 Octobre 2020          Consultée 482 fois

Les Allemands sont de retour et ont désormais trouvé une espèce de vitesse de croisière !
Plus question d'attendre longtemps avant de les revoir pointer le bout de leur nez et c'est déjà au tour de "Metal Discharge" de débarquer…

Et la douche est froide à la découverte de l'artwork de cet opus ! Là où nous étions en admiration précédemment, DESTRUCTION nous balance à la tronche une bouse bien fadasse sur la forme.
Évidemment, sortant d'un "The Antichrist" qui avait su convaincre la critique aussi bien sur le fond que sur la forme, ce nouvel album nous propose une sorte d'expérience "montagnes russes émotionnelles". Passons donc ce travail simplement laid sur la forme pour nous concentrer sur le fond…

Le groupe annonce la couleur dès le départ, à la manière d'un RAGE AGAINST THE MACHINE, en nous assurant un album sans retouche ! Si l'essentiel à ce niveau-là étant sans aucun doute le remplacement de Vormann par Marc Singer derrière les fûts, DESTRUCTION n'opère pas de véritables changements. La construction de ce "Metal Discharge" repose sur les fondements des Allemands : un titre marquant en ouverture et une succession de morceaux sans répit, bien Thrash, encore et encore. Rien à redire au final. Le contrat est rempli : "The Ravenous Beast" semble occuper le rôle défini et l’homogénéité qui s'en suit n'est pas à remettre en cause…
Sauf que…
Sauf que la mayonnaise ne prend pas/plus cette fois-ci. Certes donc, "The Ravenous Beast" est un morceau réussi et totalement estampillé DESTRUCTION mais il n'est pas à la hauteur de ses glorieux aînés. Le titre éponyme exagère la vitesse par moments. En dix morceaux peu aérés, le groupe enchaîne encore et encore.

Quelques bons soli comme celui de "Desecrators Of The New Age", un "Rippin' The Flesh Appart" en troisième position pour un mid-tempo efficace et plaisant, un "Savage Symphony Of Terror" speed et féroce certes mais globalement notre Marcel surjoue et finit par épuiser son auditoire. Une forme de régression semble avoir frappé les morceaux : un "Made To Be Broken" dont le riff introductif me fait penser à un "The Beautiful People" de MARILYN MANSON par exemple copulant avec du PANTERA certes pourrait illustrer la disparition d'un Thrash burné et inspiré sur les deux précédents opus.

"Metal Discharge" semble définir la répétitivité : plus le temps passe, moins nous sommes en mesure de différencier, d’apprécier les compositions. DESTRUCTION se répète, s'embourbe et ne sait pas comment s'en sortir : en activant une sorte de pilotage automatique, le groupe pousse à l'overdose, voire à la caricature. On regrette trop rapidement de ne pas être en mesure de véritablement sortir du lot des compositions marquantes. Attention, difficile de parler de médiocrité mais honnêtement d'un défaut généralisé d'originalité. Le trio n'est pas à l'économie côté jeu mais sincèrement plutôt côté création.

DESTRUCTION se brûle ouvertement en approchant les flammes de la linéarité totale de cet album. Nous sommes loin de l'annonce fracassante du titre de cet album et ce n'est pas la discographie conséquente des Allemands qui viendra me contredire.
Certes, les trve fans pourront crier au scandale (et encore !) mais rien ne pourra sauver cet album aux yeux des aficionados du Thrash en général, du Big 3 allemand en particulier.

Note réelle : 2,5/5.

A lire aussi en THRASH METAL par FENRYL :


SKELETONWITCH
Serpents Unleashed (2013)
Black thrash

(+ 1 kro-express)



BIOMECHANICAL
The Empires Of The Worlds (2005)
PRIEST + PANTERA + Prog' à la QUEENSRYCHE = ENORME


Marquez et partagez




 
   FENRYL

 
   POWERSYLV

 
   (2 chroniques)



- Schmier (chant, basse)
- Mike Sifringer (guitare)
- Marc Reign (batterie)


1. The Ravenous Beast
2. Metal Discharge
3. Rippin' The Flesh Apart
4. Fear Of The Moment
5. Mortal Remains
6. Desecrators Of The New Age
7. Historical Force Feed
8. Savage Symphony Of Terror
9. Made To Be Broken
10. Vendetta
11. Killers (cover Iron Maiden)
12. Whiplash (cover Metallica)
13. U.s.a. (cover The Exploited)
14. Bestial Invasion (demo Version 1999)
15. The Butcher Strikes Back (demo Version 1
16. Nailed To The Cross (demo Version 2001)
17. Metal Discharge (demo Version 2002)



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod