Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
Questions / Réponses (1 / 2)
Metalhit
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Powergod, White Skull, Dragonheart, Paragon, Thundersteel
- Membre : Holy Moses, Domain, Headhunter, Rage, Grinder, Accept
- Style + Membre : Refuge, Rebellion

GRAVE DIGGER - The Clans Will Rise Again (2010)
Par CANARD WC le 16 Avril 2011          Consultée 1064 fois

Dans le cadre de sa candidature, voici la chronique (retouchée) de l'un des candidats, NATHAN, que nous n’avons pas pu retenir. En guise de remerciement pour sa participation, nous publions son papier « test » sur cet album de GRAVE DIGGER.


En octobre dernier j’arrive chez mon disquaire chéri et je lui demande ce qu’il a comme nouveautés. Lui me répond : « Euh en Metal c’est ça ? Ben j’ai rentré pas mal de trucs là va voir par toi-même suis occupé ». En cette belle journée d’automne pluvieuse, je me dirige donc vers le rayon Metal. Et là SURPRISE, le DIGGER nouveau est arrivé dans son beau packaging kitsch aux couleurs de l’Ecosse. Ma réaction a été assez logique, enfin je crois. Je me suis dis que le groupe vieillissait et voulait une dernière fois s’assurer un revenu d’argent en sortant une suite au grandiose "Tunes Of War".

Premièrement je n’aime pas les suites, c’est donc tout naturellement que j’ai acheté le digipack (logique non ?). J’arrive chez moi et boum dans la boite à musique après avoir regardé la tracklist qui bizarrement comptait treize titres comme "Tunes Of War" pour approximativement 53 minutes en décomptant le bonus. À ce moment-là, ne suivant pas trop l’actualité de GRAVE DIGGER je ne savais pas que Schmidt était parti et que son remplaçant était le prolifique guitariste de DOMAIN, Axel Ritt.

Pas de gros changement de bout en bout, on a droit à du gros Heavy Metal teuton comme sait parfaitement le faire GRAVE DIGGER. Évolution ? Pas vraiment, peut être une légèrement mutation et ouverture d’esprit au Power/ Speed mélodique avec un morceau comme "Spider" qui se rapproche plus dans sa structure et son chant d’un titre de GAMMA RAY que du Thrash et qui possède en prime un superbe solo. L’énergie reste au rendez-vous, peut-être même plus que sur le précédent opus car je me suis plusieurs fois surpris à headbanguer et à gueuler comme un barbare sur les refrains de "Paid In Blood", "Hammer Of The Scots", "Execution" ou encore "Rebels" bien que ce dernier soit un poil trop téléphoné pour moi.

La production aussi est énorme et bien meilleure que celle du "Ballads Of A Hangman" même si ça le fait pour moi au détriment de l’atmosphère générale qui reste moins fouillée que sur le terrible "Tunes Of War". En effet mise à part une introduction qui met tout le monde d’accord grâce à son mélange claviers/cornemuse, le duo cornemuse/guitare sur le single "Highlands Farewell" et un superbe passage au début du monstrueux "Execution" qui nous parle de la mise à mort de Wallace, je ne retrouve pas la puissance des atmosphères qui m’ont fait vibrer sur "Excalibur" ou "Tunes Of War" par exemple.

Après cette première écoute qui m’a permis de sortir les grands thèmes ci-dessus, j’ai regardé plus attentivement et je me suis rendu compte que le gratteux avait changé. Et ben, j’ai été choqué car je n’avais vraiment pas remarqué ! Je pensais que Schmidt avait un poil évolué sur certains points et ben non… C’est juste grâce à Axel que l’on a droit à un superbe passage instrumental sur "Rebels", une belle fin de solo en harmoniques sur "Coming Home" mais c’est malheureusement lui qui pêche parfois par manque de technique sur certains soli trop communs ou répétitifs. Bon, Ritt n’est pas un manche à la guitare mais il est moins bon qu’un Schmidt ou un Lulis je pense.

Maintenant je vais péter mon câble pendant quelques lignes assez méchantes pour sortir du disque tout ce qui pour moi ne va pas, mais alors pas du tout. D’abord la palme de la lourdeur inutile et de la longueur pour le morceau-titre qu’est "The Clans Will Rise Again" sur lequel rien n’est bon. Ensuite, tous les autres mid-tempos sont au minimum endormants au pire ultra chiants et clichés à mourir avec un vocaliste allemand qui peine quand même à me donner l’envie de poursuivre la lecture de morceaux comme "Valley Of Tears", "Whom The God Loves" malgré un solo très bien ajusté de Ritt ou encore "When Rain Turns To Blood" même si là on sort du mid-tempo pour tomber sur une ballade beaucoup trop pompeuse à mon goût. Mais bon, les mid-tempos et les ballades ont toujours été le point faible de GRAVE DIGGER qui à cause de son chanteur, qui alourdit avec son timbre rauque tout riff lent, ne peut pas se permettre des mélodies mollassonnes…

Au finish, le nouveau GRAVE DIGGER est arrivé, il est meilleur que ses deux prédécesseurs mais n’apporte pas énormément de changement. Il plaira donc aux inconditionnels et fans du combo et peut aussi être une bonne porte d’entrée pour découvrir ce groupe du moins si vous aimez le Power assez Thrash allié à une voix caverneuse et rocailleuse.

A lire aussi en HEAVY METAL par CANARD WC :


ACCEPT
Restless And Wild (1982)
Du heavy metal comme on n'en fait plus (sigh)...

(+ 1 kro-express)



JUDAS PRIEST
British Steel (1980)
Breaking the conventions, breaking the conventions

(+ 5 kros-express)

Marquez et partagez




 
   FREDOUILLE

 
   CANARD WC

 
   (2 chroniques)



- Chris Boltendahl (chant)
- Axel Ritt (guitares)
- Jens Becker (basse)
- H.p. Katzenburg (claviers)
- Stefan Arnold (batterie)


1. Days Of Revenge
2. Paid In Blood
3. Hammer Of The Scots
4. Highland Farewell
5. The Clans Will Rise Again
6. Rebels
7. Valley Of Tears
8. Execution
9. Whom The Gods Love Die Young
10. Spider
11. The Piper Mcleod
12. Coming Home
13. When Rain Turns To Blood



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod