Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (8)
Questions / Réponses (1 / 1)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Motorowl, Inglorious, Voodoo Circle, Sunstorm
- Membre : Rainbow, Black Sabbath, David Coverdale, Black Country Communion, Joe Lynn Turner , Yngwie Malmsteen , Whitesnake, Glenn Hughes , Gillan, Blackmore's Night, Ian Gillan Band, Brazen Abbot, Kansas
- Style + Membre : Msg, Coverdale - Page
 

 The Highway Star (8996)
 The Deep Purple Appreciation Society (2132)
 Site Français (3187)
 Site Officiel (1767)

DEEP PURPLE - Rapture Of The Deep (2005)
Par DARK BEAGLE le 27 Septembre 2017          Consultée 180 fois

Mark VII

Trois ans après un "Bananas" en demi-teinte, DEEP PURPLE remet le couvert, toujours avec Mike Bradford aux manettes. Mais cette fois-ci, les musiciens vont faire l’album à leur idée et cela se traduit par bien plus d’ambition tout en affichant bien plus de sérénité. "Rapture Of The Deep" est ce genre de disque qui s’écoute sans déplaisir, où l’on va retenir parfaitement quelques chansons et qui va laisser un souvenir sympathique.

Mais autant briser la glace tout de suite : "Rapture Of The Deep" n’est pas un disque innovant pour DEEP PURPLE. Ah ! Mais est-ce qu’on leur demande encore d’être originaux, de proposer du neuf ? Les plus exigeants diront oui, forcément. Le groupe a apporté tellement de choses à la scène Hard Rock qu’il ne doit en être autrement. Les partisans du non, dont je fais partie, se contentent simplement d’un album convenable, joué avec envie et réussi.

Et celui-ci respecte cela avec une certaine classe. Ce n’est bien sûr pas le meilleur album de DEEP PURPLE et ce n’est certainement pas le pire. Les musiciens se font en revanche plaisir et cela s’entend. Gillan chante mieux que sur les deux dernières offrandes, Steve Morse s’impose de plus en plus comme l’homme de la situation, la section rythmique groove bien et Don Airey semble bien plus à l’aise. Que demander de plus ? De bonnes chansons ?

Il y en a. Ne serait-ce que le morceau-titre, avec son ambiance orientale qui fonctionne bien car amenée avec pertinence. Ou "Money Talks", ouverture robuste qui met directement ce "Rapture Of The Deep" sur de bons rails. Et que penser du remuant "Junkyard Blues" mené par un Ian Paice qui décidément à de très beaux restes ? Même la balade "Clearly Quite Absurd" mérite le détour, une des plus réussie avec Gillan au micro. Le reste n’est pas foncièrement mauvais, pas forcément bon non plus, mais se laisse écouter sans déplaisir.

"Rapture Of The Deep" est donc une bonne surprise. Un album honnête pour un groupe qui ne l’est pas forcément toujours. Un album qui ne va pas ternir la légende, bien au contraire, il va redorer le blason d’une formation qui sait que le meilleur est forcément derrière elle.

A lire aussi en HARD ROCK par DARK BEAGLE :


Rory GALLAGHER
Rory Gallagher (1971)
Still got the blues




HEART
Dog & Butterfly (1978)
De bons présages


Marquez et partagez




 
   NAUSICA75

 
   DARK BEAGLE

 
   (2 chroniques)



- Ian Gillan (vocals)
- Roger Glover (bass)
- Ian Paice (drums)
- Steve Morse (guitars)
- Don Airey (keyboards)


1. Money Talks
2. Girls Like That
3. Wrong Man
4. Rapture Of The Deep
5. Clearly Quite Absurd
6. Don't Let Go
7. Back To Back
8. Kiss Tomorrow Goodbye
9. Junkyard Blues
10. Before Time Began
11. Mtv (limited Edition Bonus Track)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod