Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH METAL  |  STUDIO

Commentaires (21)
Questions / Réponses (1 / 7)
Metalhit
Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Machine Head, Alkoholizer, Exhorder, Evile, Demiricous, No Return, Kristendom, Metallica, Sadus
- Membre : Grip Inc.
- Style + Membre : The Unholy Alliance , Forbidden, The Big 4

SLAYER - Show No Mercy (1983)
Par BIONIC2802 le 24 Novembre 2009          Consultée 12584 fois

Gamins de Californie - dont un Chilien et un Cubain immigrés entre-temps ; cela aura de l’importance par la suite… - n’ayant rien d’autre à faire que de conquérir la planète Thrash dès ses balbutiements ; de plus, se réclamant haut et fort (très fort !) du sulfureux patronyme de SLAYER, ces « exterminateurs de la complaisance » donc, vont embraser le monde sauvage du Metal et le porter à un niveau tel qu’à l’époque, le groupe était ce qui se faisait de plus extrêmes, dans la foulée d’un "Kill’em All" fraîchement découvert et vénéré… mais en plus martial. En quelque sorte, des adolescents rebelles et ôôôh combien provocateurs, vont asseoir, et ce, pour des décennies tout de même (!), une base référentielle et notoire d’une façon de faire sans concession ni limite…

S’inspirant de JUDAS PRIEST pour la dextérité, d’IRON MAIDEN pour l’accroche musicale mais aussi de BLACK SABBATH pour la noirceur malsaine et VENOM en ce qui concerne la rapidité d’exécution, SLAYER va insuffler un courant musical sans précédent. Enfin, n’oublions pas l’aspect indéniablement punk qui les fascinent (surtout le Jeff) avec des groupes comme CRIMINAL TENDENCIES et DEAD KENNEDYS. Ils le démontreront plus tard sur l'album "Undisputed Attitude" consacré entièrement au mouvement Punk.

Connus grâce à la compilation Metal Massacre III, par le billet d’entrée de leur toute première trace sonore "Aggressive Perfector" - qu’ils ré-enregistreront sur le E.P. "Haunting The Chapel" en 1984 - SLAYER marqua au fer rouge son empreinte maléfique d’un "Show No Mercy" humant le diabolique dévastateur fendu de sa tête de bouc et qui, pour la circonstance, de sa main gauche, fut prêt à en découdre, avec les âmes bien-pensantes, à l’aide de son immensément longue épée… Sa cape rouge sang flottant vers le logo cerclé n’était pas des plus réussies (graphiquement parlant) mais annonçait la couleur des hostilités, sans nul doute permis ! Pochette vulgaire sentant bon l’amateurisme, qu’importe, donc.

Satan, les pieds devant et la brutalité musicale dégagée qui était dévastatrice et plus poussée qu’alors, font de ce premier album, un monument Thrash des plus respectueux qui soit ! "Show No Mercy" est l’une des pierres angulaires de la fondation du Thrash made in Bay Area, ni plus, ni moins. Son importance est telle que nombres de groupes de Thrash Metal parmi les meilleurs, s’en inspireront… mais aussi toute la première vague de Death metal (MORBID ANGEL et DEATH en tête).

Voix plus qu’hargneuse et démoniaque, à la limite de l’hystérie : Hyper aiguë et originale en 1983. Les guitares tranchantes et supersoniques comme nulle part ailleurs à l’époque ainsi que le calibrage percutant sans précédent d’un certain Dave - Lombardo, pour les pointilleux - faisait de SLAYER l’un des (LE ?) meilleurs représentants du Thrash mais aussi du Metal et de sa destinée en générale. Un quart de siècle plus tard, PAPA est toujours là !!!

Les textes sont d’emblée polémiques et outranciers ; voici un autre pan de l’extrême musical jamais franchi en 1983. Sans complaisance et donnant une vision des plus inspirées (en tout cas polémiques à foison) vers une détermination des plus efficaces. Malsaine, sauvage, brutale et vicieuse, l’atmosphère qui règne sur ce pilier fondateur du Thrash va vous contaminer et envahir vos sens primaires de tueurs potentiel qui ne demande qu’à germer en vous. Euh, pour ma part, l’agressivité sonore me permet de me débarrasser de ce genre de pulsion et mon médecin continue à me prescrire des concert de SLAYER ! Faites-en de même…

Violent, agressif et ultra rapide - avec une « légère respiration "Metal Storm / Face The Slayer" - le son, en revanche, n’est pas trop génial mais bon, hein, pour l’époque, ça se tient ! Compositions fleurant bon l’expansion outrageante de la jeunesse et ses erreurs de circonstances. Les soli sont brouillons pour les uns et percutants pour les autres. Mais la qualité de nous faire découvrir un univers qui lui est propre est indéniable.

Ah oui, j’allais oublier : QUE DES CLASSIQUES dont la pierre angulaire de SLAYER est "Black Magic", m’est avis et - ÇA N’ENGAGE QUE MOI, HEIN ! Que dire des tueries que sont le captivant "Evil Has No Boundaries", le monstrueux "The Antichrist" ainsi que le stupéfiant "Die By The Sword" ! Que du très bon à l’exception peut-être de "Crionics", trop « maidennien » à mon goût.

Lucie sait y faire et nous a enfanté le Damien du Metal : Mesdemoiselles, Mesdames et Messieurs, LA légende est née et se prénomme SLAYER.

A lire aussi en THRASH METAL par BIONIC2802 :


WARBRINGER
Waking Into Nightmares (2009)
...pourrait devenir énorme. La relève ?




EXODUS
Exhibit B : The Human Condition (2010)
La puissance monte d'un ton - aussi bô qu'avant !

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   BIONIC2802

 
   CANARD WC
   FENRYL
   POSSOPO
   POWERSYLV

 
   (5 chroniques)



- Tom Araya (chant, basse)
- Kerry King (guitare)
- Jeff Hanneman (guitare)
- Dave Lombardo (batterie)


1. Evil Has No Boundaries
2. The Antichrist
3. Die By The Sword
4. Fight Till Death
5. Face The Slayer
6. Black Magic
7. Tormentor
8. The Final Command
9. Crionics
10. Show No Mercy



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod