Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH METAL  |  STUDIO

Commentaires (19)
Questions / Réponses (3 / 7)
Metalhit
Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Machine Head, Alkoholizer, Exhorder, Evile, Demiricous, No Return, Kristendom, Metallica, Sadus
- Membre : Grip Inc.
- Style + Membre : The Unholy Alliance , Forbidden, The Big 4

SLAYER - Undisputed Attitude (1996)
Par CANARD WC le 14 Novembre 2007          Consultée 11581 fois

Parfois, avant de sortir un album, certains groupes devraient y réfléchir à deux fois. Prendre, ne serait-ce que quelques minutes de réflexion, avant de foncer la tête la première dans un guet-apens musical.

Undisputed Attitude fait malheureusement partie de cette catégorie de skeud qui n’aurait jamais dû voir le jour.

L’équation était simple :

Kerry KING est fan de Punk bruyant
+
Au beau milieu des années 90, on est en plein revival Punk / Hardcore
+
La carrière de SLAYER présente pour la première fois des signes de fatigue
+
Le Thrash est devenu un genre un peu « Has Been »
+
HANNEMAN s’est rappelé qu’il avait composé 2 titres Punk au début des années 80
=
RESULTAT FOIREUX


Fruit d’un mauvais enchaînement de circonstances et de raisons douteuses, ce n’était clairement pas le moment – discographiquement parlant – de balancer à la face du monde ce simili hommage à la mouvance Punk. L’espace d’un album, SLAYER a donc décidé de faire du Hardcore Thrashy. A moins que ce ne soit du Thrash teinté HxC. Ça dépend. Ça dépasse.

In abstracto, ça pouvait le faire. Le Thrash et le Hardcore présentent pas mal de points de jonction évidents (tant historiques que stylistiques). Les plus optimistes voyaient même en Undisputed Attitude un menu alléchant : la puissance du riff à la SLAYER combiné à l’intensité et l’efficience du Punk. Pourquoi pas, après tout ?

Et il s’en est fallu de peu. C’est l’histoire de la recette qui ne prend pas. La frontière entre le « raté » et le « réussi » est parfois mince et le fait est que c’est plutôt raté. Undisputed nous renvoie aux défauts qu’on avait sur le bout de la langue depuis un moment. SLAYER se disperse, ça sent le compromis, le manque d’inspiration et la tentative de séduction.

On pourrait acter les compos moyennes, mais ce n’est pas vraiment le problème. Undisputed Attitude déboule, il fait son effet, le son se veut « garage » (SARDY oblige). Le résultat escompté est atteint : l’album tranche avec les précédents – tant dans la mentalité que dans le rendu.

Puis, il y a cette énergie. L’énergie du désespoir. SLAYER gueule, les guitares saignent, ça arrache et la batterie est frénétique. Mais le résultat – quelque peu brouillon – fait l’effet d’un pétard mouillé. Rien de transcendant. Il manque le riff assassin, le break de tueur et la « furia » slayerienne. Emporté dans ce tourbillon HxC, SLAYER n’a pas le temps. Pas le temps d’aménager ce qui fait la force du groupe.

Le choix des compos et leur exécution imposent un tel rythme de malades qu’il est humainement impossible de jouer l’album en live tel quel. A peine le riff jeté à la figure qu’il faut déjà conclure. Embarqué dans cette ronde infernale, SLAYER n’arrive pas à briller et la monotonie s’installe rapidement. Ce dépotoir d’énergie, violemment bruitiste, empêche de souffler et finit par asphyxier.

Au bout d’une quinzaine de minutes, l’évidence vous frappe alors de plein fouet : SLAYER s’est planté dans les grandes largeurs. Le sujet n’a pas été traité comme il fallait. Alors que les précédents œuvres du groupe nous ont semblé indispensables par le passé, Undisputed Attitude affiche une insolente vacuité. Alternant le sympa (« Richard hung himself ») au rasoir (« Verbal Abuse »), Undisputed se cherche et ne se trouve pas. Seuls les titres composés par HANNEMAN (et Rocky GEORGES) tirent leur épingle du jeu. Ils sont la preuve irréfutable que SLAYER aurait dû s’approprier complètement le sujet, au lieu de s’en remettre globalement à des reprises et autre parodie Hardcore (« I gonna be your God »).

De cette erreur de jugement transpire une certaine feignantise et un mercantilisme qui finit de nous convaincre de la "dispensabilité" de ce simili album. Ne serait-ce qu’en le présentant en tant que tel, SLAYER cède à la facilité. La facilité de prendre les fans pour des vaches à lait. Ou comment se donner du temps pour sortir un vrai album et faire payer une galette le double de ce qu’elle vaut.

Reste la conclusion, une perle noyée dans un océan d’inutilités. « Gemini » justifie presque à lui seul l’achat de ce faux LP. Ce qui pourrait ressembler à une chute de studio oubliée de Divine Intervention s’avère être l’un des morceaux les plus jouissifs du groupe. Ca commence par un mid tempo crasseux soutenu par des paroles sombrissimes, la double pédale sonne le début des hostilités et le morceau s’envole au bout de trois minutes. ARAYA insuffle assez de haine pour envoyer le morceau sur orbite, dans une dimension parallèle où la souffrance est délicieuse et la sentence si jouissive.

Ça valait presque le coup d’attendre la fin de l’album.


Note : 2/5


Morceau préféré : Gemini
Morceaux « originaux » : Can’t stand you, Ddamm
Morceau sympa : Richard hung himself
Parodie inutile : "I'm Gonna Be Your God" (pour "I Wanna Be Your Dog" des Stooges)

A lire aussi en THRASH METAL par CANARD WC :


SLAYER
Hell Awaits (1985)
Réhabilitation obligatoire pour ce missile thrash!

(+ 2 kros-express)



SLAYER
Seasons In The Abyss (1990)
I-n-d-i-s-p-e-n-s-a-b-l-e !!!

(+ 5 kros-express)

Marquez et partagez




 
   CANARD WC

 
   FENRYL

 
   (2 chroniques)



- Tom Araya (chant, basse)
- Kerry King (guitare)
- Jeff Hanneman (guitare)
- Paul Bostaph (batterie)


1. Disintegration/free Money
2. Verbal Abuse/leeches
3. Abolish Government/superficial Love
4. Can't Stand You
5. Ddamm (drunk Drivers Against Mad Mothers)
6. Guilty Of Being White
7. I Hate You
8. Filler/i Don't Want To Hear It
9. Spiritual Law
10. Sick Boy
11. Mr. Freeze
12. Violent Pacification
13. Richard Hung Himself
14. I'm Gonna Be Your God (i Wanna Be Your Dog)
15. Gemini
16. Memories Of Tomorrow



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod