Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH METAL  |  STUDIO

Commentaires (50)
Questions / Réponses (6 / 39)
Metalhit
Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Machine Head, Alkoholizer, Exhorder, Evile, Demiricous, No Return, Kristendom, Metallica, Sadus
- Membre : Grip Inc.
- Style + Membre : The Unholy Alliance , Forbidden, The Big 4

SLAYER - Seasons In The Abyss (1990)
Par CANARD WC le 4 Mai 2006          Consultée 25289 fois

Il est de ces albums qui font l’effet d’un pavé dans la mare. Rien n’est plus comme avant après leur passage. Et « Reign in Blood » a été cet ouragan qui a balayé le Thrash en 1986. Et le Metal en général, car quand on porte l’étiquette d’album « le plus violent de l’Histoire du Metal », on ne peut limiter ses déflagrations qu’à un seul genre.

Si on met de coté l’aura dont a bénéficié SLAYER après avoir sorti cet OVNI, « Reign in Blood » est aussi un album problématique. Comment succéder à pareil effort ? Comment faire plus que ces 27 minutes de brutalité sans nom ? Tout ce qu’aurait pu sortir le groupe après « Reign in Blood » aurait forcément eu un coté « petit bras ». Et ce n’est pas les critiques (des fans et de la presse de l’époque) de « South of Heaven » qui me contrediront.

Non, on ne pouvait pas faire « plus » que « Reign in Blood ».

Mais on pouvait faire mieux.

Et c’est ce que SLAYER a fait avec « Seasons in the Abyss ».

« Seasons » est le chef d’oeuvre de SLAYER et de ce fait leur meilleur album. Les rois du Thrash ont non seulement fait « plus » que tout le monde, mais avec cet album ils ont aussi mis un point final au genre. Les contours et le pic de la montagne Thrash en quelque sorte.

Cet album respire de bout en bout la puissance maîtrisée. Toutes les facettes du groupe y sont magnifiquement présentes : la puissance naturelle, les riffs terribles, les accélérations véloces, la totale inspiration... « Seasons » est un récital unique, celui d’un groupe majeur dans la plénitude de ses moyens. Comme cela arrive quelquefois dans l’Histoire du Metal. Il est à ranger aux cotés des chefs d’oeuvres métalliques que tous les amateurs de Metal se doivent de posséder. Pas moins.

Car il s’agit bien de l’album proprement inusable, qui a cet avantage par rapport au terrible « Reign in Blood » de pouvoir plaire à un public plus large, même aux allergiques du groupe. On est pourtant loin de la tentative de séduction, car SLAYER n’a pas cherché à mettre de l’eau dans son vin (ignoble pratique s’il en est). Bien au contraire, « Seasons » possède son lot de tueries, et de brutalités. Mais chaque morceau est le produit d’une capitalisation des précédents opus, dont les variations auront pour conséquence de vous emmener toujours plus loin toujours plus haut tout au long de la galette. Cette totale maîtrise du sujet rend le Thrash brutal et haineux de SLAYER abordable sur cet album.

Cette accessibilité est en pratique due à deux autres choses : l’apport mélodique (non vous ne rêvez pas) et la modulation d’ARAYA. En effet, chaque pépite qui orne l’album a été soigneusement pensée : que ce soit un refrain en béton armé, des soli magnifiques (n’en déplaise à MALMSTEEN), ou encore des riffs du tonnerre... Aucun morceau ne rebute par sa violence. A tous les coups, il y a une porte d’accès pour l’auditeur lambda. SLAYER en devient presque lisse et d’une fantastique homogénéité. Pour cela, il a fallu opérer des changements dans l’approche du groupe : on note ainsi un tempo moins élevé et surtout un ARAYA qui alterne hurlements et un chant plus classique. On pourrait crier au scandale devant tant d’infamies (SLAYER est mélodique wooo wooou la honte SLAYER c’est devenu des tapettes) mais le résultat est là tel un monolithe incontournable : ça déchire comme jamais SLAYER n’a réussi à déchirer.

Car si SLAYER ouvre les débats avec « War Ensemble », ce n’est pas anodin. Quel titre pouvait aussi bien représenter l’héritage de « Reign in Blood » ? Qui plus est placé en ouverture, c’est un gros clin d’oeil qui semble nous dire : « vous pensez qu’on n’est plus capable de jouer vite ? Ah ah ah ». Pied au plancher du début à la fin, on ne pouvait pas faire de liminaire plus agressif : refrain guerrier, riffs rageurs, solis infernaux... SLAYER nous fait la totale. De l’autre coté, « Dead Skin Mask » : refrains mid tempo, chant quasi clair, riffs sombres et mélodiques. SLAYER pose une ambiance torturée, angoissante qui colle parfaitement avec la thématique choisie (chère au groupe Cf. « Divine Intervention ») puisque ça cause de serial killer et du lugubre Ed GAIN. Pour l’occasion, ARAYA s’emploie à marteler ce refrain légendaire en donnant à sa voix des intonations à la limite de l’imprécation.

Encore s’il y avait quelques morceaux un peu plus faibles que les autres... Mais même pas ! Non seulement TOUS les morceaux valent leur pesant de cacahouètes grillées, mais SLAYER se pait de surcroît le luxe de n’aligner que des morceaux différents. De ce fait, aucune répétitivité (donc aucune lassitude) ne vient entacher l’album, ce qui est à proprement parler un tour de force. Comment comparer des morceaux comme « Born of Fire » (brutale, intense, décélération à pleurer tellement c’est bon) avec le surprenant « Skeletons of Society » (sombre, refrains mid tempo, riff pesant... presque DOOM dans l’approche) ?

Prenez la structure de l’album dans son entier. Tout a été pensé autour des trois tubes de l’album (War Ensemble / Dead Skin Mask / Seasons in the Abyss), répartis de façon à contrebalancer les deux facettes principales du groupe de chaque coté. De « War Ensemble » à « Dead Skin Mask », c’est le groupe avec ses refrains catchy, grattes accrocheuses comme du velcro, tempo rapide et recherche de mélodies. Puis de « Hallowed Point » à « Born of Fire », on retrouve SLAYER où a priori on ne l’attendait plus : un thrash haineux, sombre, violent, carré, et ses fameux breaks mid tempo à s’empaler de bonheur. Et pour parachever le tout, SLAYER opère dans un registre encore inconnu avec « Seasons in the Abyss » : la Thrash ballade. Une conclusion sombre à souhait, avec intro en arpège inquiétant, on pressent la terrible montée en puissance qui vient crucifier le chef d’oeuvre.


En réalité, cet album a un défaut : il est trop parfait. C’est le syndrome des albums Best Of. Tout paraît terne à coté. Et la jouissance immédiate est si forte... Comment aller plus loin ? On ne peut plus faire mieux. La boucle est bouclée. On est en 1990 et SLAYER vient de tuer le Thrash.


Note : 6/5 (je sais, je viens de griller mon dernier fusible).

Chanson préférée du Canard : Dead Skin Mask
Chansons cultes : War Ensemble, Dead Skin Mask, Seasons in the Abyss

A lire aussi en THRASH METAL par CANARD WC :


EXODUS
Pleasures Of The Flesh (1987)
Virage intéressant du groupe : une réussite !

(+ 1 kro-express)



CORONER
No More Color (1989)
Le meilleur album de coroner ? pas si évident...

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez




 
   CANARD WC

 
   DEADCOM
   FENRYL
   FREDOUILLE
   MEFISTO
   POSSOPO

 
   (6 chroniques)



- Tom Araya (chant, basse)
- Kerry King (guitare)
- Jeff Hanneman (guitare)
- Dave Lombardo (batterie)


1. War Ensemble
2. Blood Red
3. Spirit In Black
4. Expendable Youth
5. Dead Skin Mask
6. Hallowed Point
7. Skeletons Of Society
8. Temptation
9. Born Of Fire
10. Seasons In The Abyss



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod