Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL PROG  |  STUDIO

Commentaires (12)
Questions / Réponses (1 / 1)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Magnum, Ten
- Membre : Dc Cooper , John West , Evergrey, Avatarium
- Style + Membre : Yngwie Malmsteen , Ring Of Fire
 

 Site Officiel (397)
 Myspace (236)
 Chaîne Youtube (247)

ROYAL HUNT - Paradox (1997)
Par JEFF KANJI le 13 Juillet 2016          Consultée 1350 fois

Avec son changement de chanteur et son orientation de plus en plus Prog, l'excellence de "Land Of Broken Hearts" n'avait plus été approchée qu'en de rares occasions ("Clown In The Mirror", "Far Away"…). Mais "Paradox" va en 1997 asseoir définitivement la réputation des Danois en délivrant un chef d'œuvre du Metal Progressif. La prestation d'un DC Cooper au sommet de son art va tellement être liée à la réussite de ce quatrième opus qu'il demeurera, malgré les trois petites années qu'il passera avec ROYAL HUNT le chanteur emblématique du groupe. Il sera limogé par André Andersen pour de stupides querelles d'ego, ce dernier exigeant un report de sortie de l'album solo du chanteur afin de favoriser sa propre carrière.

N'empêche qu'après "Moving Target", le bond en avant est remarquable. Développant carrément un concept-album aux textes influencés par la religion et le rapport au divin, ROYAL HUNT produit une œuvre où chaque pièce est interdépendante et contribue à la persistance de cette ambiance si particulière qu'aucun album n'a su approcher de près ou de loin. Tous les titres sont des bijoux, des pièces d'orfèvrerie regorgeant de détails, de nuances et d'arrangements bien sûr, le groupe étant connu par la profusion de claviers, instrument principal de son maître à penser André Andersen. Le tout s'enchaîne avec une rare perfection, mention toute particulière pour l'enchaînement "River Of Pain"/"Tearing Down The World" ainsi que celui à couper le souffle de "Silent Scream" et de la longue mélopée "It's Over" qui enterre un "Clown In The Mirror" en beauté.

Ce sont en particulier les chœurs qui font une grande percée, insufflant une grandeur bienvenue aux refrains fédérateurs dont "Paradox" est doté. Que ce soit sur le fleuve "River Of Pain", sur le FM "Message To God" ou encore "Time Will Tell" l'un des premiers titres de ROYAL HUNT qu'il m'a été donné d'écouter avec "Tearing Down The World", les mélodies de chaque titre sont prodigieuses, hymniques et surtout, comme je le disais plus haut, délivrées par un DC Cooper à son zénith. On retrouve les intonations si typiques dans les aigus, les phrasés groovy d'inspiration FM, le rapprochant de Jimi Jamison. Mais DC est aussi doué pour aider à dérouler des pièces plus ambitieuses comme "Time Will Tell" ou laisser parler la pureté de son expression accompagné d'une guitare acoustique et d'une flûte (de toute évidence jouée au clavier).

Après, cet opus semble tout de même surgir de nulle part. Si "Moving Target" avait posé des jalons dans différentes directions, "Paradox" donne vraiment l'impression d'un groupe qui a plutôt fait table rase et si les claviers reprennent une écriture assez proche finalement du premier album des Danois, les guitares ont muté et l'influence Malmsteen a totalement disparu, de même que l'aspect néoclassique beaucoup mieux intégré qui ne donne pas l'impression d'être un argument pour situer l'album dans un style bien trop étriqué pour lui. En définitive, c'est bien "Paradox", deuxième chef d'œuvre de ROYAL HUNT qui impose une certaine patte sonore, un Metal Prog qui n'oublie jamais de rester proche du Rock, de la FM également et ce malgré les structures alambiquées et progressives qui l'en tiendront de toute façon éloigné pour proposer une mixture à la fois personnelle et diablement efficace. Bref nous tenons indiscutablement un album culte sur lequel le temps ne semble avoir absolument aucune prise.

Difficile de dire qui doit monter sur la première marche du podium en cette année 1997. Si VANDEN PLAS est un client très sérieux avec "The God Thing", nos compatriotes d'HEADLINE arrivent en force, alors que PAIN OF SALVATION entame sa moisson d'albums concepts riches en émotions. À une époque où le Black Sympho et le Power ont sérieusement la cote, 1997 est surtout une très belle année pour le Prog.

A lire aussi en METAL PROG par JEFF KANJI :


VANDEN PLAS
Accult (1996)
Pochette Surprise




DREAM THEATER
The Astonishing (2016)
Opera rock


Marquez et partagez






Par STEF




 
   JEFF KANJI

 
   STEF

 
   (2 chroniques)



- André Andersen (claviers, guitare)
- D.c. Cooper (chant)
- Steen Mogensen (basse)
- Jacob Kjaer (guitare)
- Allan Sørensen (batterie)


1. The Awakening
2. River Of Pain
3. Tearing Down The World
4. Message To God
5. Long Way Home
6. Time Will Tell
7. Silent Scream
8. It's Over



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod