Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY PROG FM  |  STUDIO

Metalhit
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Magnum, Ten
- Membre : Dc Cooper , John West , Evergrey, Silent Force, Narnia, Avatarium
- Style + Membre : Ring Of Fire, Yngwie Malmsteen , Steel Seal
 

 Site Officiel (480)
 Myspace (318)
 Chaîne Youtube (340)

ROYAL HUNT - Xiii - Devil's Dozen (2015)
Par JEFF KANJI le 23 Octobre 2015          Consultée 1587 fois

La cadence ne faiblit pas pour ROYAL HUNT, et je dois avouer que "X" et "A Life To Die For" m'ont tellement enthousiasmé que je me réjouis de voir débarquer le treizième opus des Danois. Leur personnalité unique, la profusion des claviers inventifs du maître à penser André Andersen, le chant parfait de DC Cooper, et les amples chœurs toujours grandioses sans être grandiloquents sont autant de caractéristiques de la personnalité bien trempée de ROYAL HUNT qui me séduisent.

Depuis le retour de DC Cooper, ROYAL HUNT s'est musicalement réorienté sur les thématiques de l'époque "Paradox" ce nouvel opus ne vient pas nous faire mentir, comme sur le bijou "May You Never (Walk Alone)" où DC Cooper étincelle, alors que les arrangements amples d'André Andersen ont la main (et il a mis les bouchées doubles comme sur "Riches To Rags"). "Devil's Dozen" reprend les choses exactement là où elles s'étaient conclues avec "A Life To Die For", un hymne majestueux de 8:38 qui demeure l'un de mes tubes favoris de 2013.

Les morceaux plus progressifs sont en majorité sur ce treizième opus (on reste autour des sept minutes) à part sur "Riches To Rags" et le final "How Do You Know". Et l'album en devient dense, car André Andersen a mis le paquet. De nombreuses écoutes sont nécessaires, mais si on se laisse bien vite entraîner par ces mélodies pleines d'entrain et ces vocaux parfaitement incarnés de DC Cooper, "Devil's Dozen" aura du mal à supporter l'épreuve du temps. La théâtralité a voix au chapitre sur "A Tear And The Rain" où l'approche vocale de DC est passionnante. Le jeu de question-réponse avec les choristes est juste parfait, de manière à nous emmener en douceur vers un nouveau refrain aux relents Power, signe que le style est clairement en train de revenir à la mode.

Mais fondamentalement ROYAL HUNT ne se renouvelle pas et même si aux premières écoutes je n'y avais pas prêté attention, je m'interroge concernant DC Cooper. Comment lui est venue cette façon de chanter bien nasillarde ? Si le bougre dispose toujours d'une voix chaleureuse, elle est clairement gâchée par cette nouvelle manie et "Until The Day" qui partait pourtant si bien avec son minutieux travail d'orchestration et de sound design d'André Andersen ne retrouve sa classe que sur le refrain pour un titre qui aurait tout à fait eu sa place sur "Paradox".

"Devil's Dozen" se contente de jouer la sécurité, loin de l'audace d'un "X", ou encore d'un "Fear" en son temps. De plus, à l'exception des morceaux cités, aucune mélodie ne parvient à se fixer durablement dans mon esprit et on a vraiment la sensation de voir une copie de "Show Me How To Live" avec ce même manque d'ambition et pour la première fois une réelle sensation de pilotage automatique pour la formation danoise. Dommage car s'il y en a bien un qui ne s'économise pas c'est bien Jonas Larsen qui fait vraiment étalage de son talent tout au long de l'album, délivrant des soli aussi techniques que mélodiques quand les claviers lui en laissent l'opportunité.

Non, en définitive, "XIII – Devil's Dozen", opus déséquilibré et à la première moitié très moyenne, ne sera qu'un album de plus dans la discographie au groupe qui affiche donc treize opus pour déjà près de vingt-cinq ans d'existence. D'où une note un peu sévère mais, je ne vois honnêtement pas par rapport à quel album de la Chasse Royale cette nouvelle livraison pourrait affirmer sa prééminence. Vraiment pour les fans, et encore. Les premières écoutes m'avaient beaucoup séduit pourtant…

A lire aussi en HEAVY METAL par JEFF KANJI :


ASTRAL DOORS
Evil Is Forever (2005)
Trinquons à la margarita




Jon Oliva's PAIN
Festival (2010)
Le digne successeur de "Streets"


Marquez et partagez







 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- André Andersen (claviers)
- Andreas Passmark (basse)
- Andreas 'habo' Johansson (batterie)
- Jonas Larsen (guitare)
- D.c. Cooper (chant)
- Kenny Lübcke (chœurs)
- Alexandra Popova (chœurs)


1. So Right, So Wrong
2. May You Never (walk Alone)
3. Heart On A Platter
4. A Tear In The Rain
5. Until The Day
6. From Riches To Rags
7. Way Too Late
8. How Do You Know



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod