Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Running Wild, Paragon, Iron Savior
- Membre : Nightmare, Icewind
 

 Site Officiel (318)
 Myspace (139)
 Chaîne Youtube (132)

LONEWOLF - The Heathen Dawn (2016)
Par JEFF KANJI le 26 Octobre 2016          Consultée 1822 fois

Revigoré par un "Cult Of Steel" de très bon niveau, revoilà LONEWOLF, remonté à bloc. Délaissant pour une fois les artworks ultra colorés et marqués du sceau du vintage, "The Heathen Dawn" tend à s'approcher de l'esthétique moins caricaturale de STORMWARRIOR ou REBELLION. Un peu de clarté et de couleurs froides peut parfois faire du bien et cette sensation d'aération transparaît jusque dans la musique.

Car si LONEWOLF est déjà de retour, un an et demi après "Cult Of Steel", c'est pas pour beurrer les sandwichs comme dirait l'autre. C'est jamais le cas avec Jens Börner qui continue sa marche en avant, et ce même si son propre frère a lâché l'affaire et qu'Alex Hilbert a lui aussi quitté le navire. Et leurs départs sont sans doute conjoncturels du vent de fraîcheur qui passe sur ce nouvel opus. Je n'irai pas jusqu'à dire que LONEWOLF est devenu génial dans ce laps de temps, mais force est de constater que je n'avais jamais pris autant plaisir à écouter un de ces albums ; j'ai toujours été un peu peine-à-jouir vis-à-vis de ce groupe, même si certains de mes potes en sont dingues.

Et autant dire que depuis 2001 de l'eau a coulé sous les ponts et le groupe est devenu très professionnel dans l'exercice de sa passion pour le True Metal. Notez déjà la production en béton armé mais organique, les vocaux puissants (mais toujours limite en justesse), les rythmiques épaisses assurées par Jens et le jeune et nouveau venu Michael Hellström (Mickaël Rigollet de son vrai nom) débauché chez ELVENSTORM, solides, souvent simples mais d'une efficacité sans faille. LONEWOLF a déjà perdu Antoine Bussière et Christophe Brunner est de toute évidence une recrue de choix à en juger par les salves quasi-meurtrières d'un "Demon's Fire" et les grooves sautillants d'un "Keeper Of The Underworld".

LONEWOLF n'a pas changé sa formule, mais comme "Cult Of Steel" l'avait démontré, la formation grenobloise est en forme et pousse le bouchon encore plus loin sur "The Heathen Dawn". Car les changements de ton de l'artwork ne sont pas juste là pour faire joli, ils sont à l'image d'une musique toujours simple et efficace, mais diablement inspirée. En particulier, ce sont les lignes vocales qui font un sacré bond en avant et même si j'ai déjà stigmatisé les défauts de Jens Börner, il faut admettre que le bougre manifeste un engagement inébranlable et ultra communicatif, tant et si bien qu'il se sent parfois pousser des ailes ("When The Angels Fall").

Assurément "The Heathen Dawn" est une excellente surprise, même si on pouvait s'attendre à ce que le groupe poursuive sur la lancée de "Cult Of Steel" (qui m'a permis de découvrir le groupe). LONEWOLF signe son album le plus équilibré, le mieux produit, et le plus catchy jusqu'ici. Majoritairement orienté mid-tempo, la section rythmique s'y connaît en groove et constitue un atout sur lequel on n'aurait pas forcément pensé en premier lieu. Généreux aussi, avec pas moins de treize hymnes délivrés, moins de deux ans après "Cult Of Steel" je le rappelle.

À l'image des formations dont il se réclame, LONEWOLF peut être fier de la pierre qu'il apporte à la perpétuation du Heavy traditionnel, car "The Heathen Dawn" vaut largement certains albums de RUNNING WILD et je ne pense pas que plus beau compliment puisse être fait à ce fleuron qui œuvre depuis plus de vingt-cinq ans à l'exercice de sa passion, sans jamais fléchir, qui est redoutable d'efficacité sur scène également, et qui uniquement à force de travail et de conviction est parvenu à approcher la qualité des meilleurs de sa catégorie (IRON SAVIOR en particulier sur "Rise To Victory") alors qu'il apparaissait franchement comme le dernier de la classe en début de carrière. Bravo à vous messieurs !

A lire aussi en HEAVY METAL par JEFF KANJI :


IRON SAVIOR
Titancraft (2016)
Le phénix




SATAN JOKERS
Sj 2009 (2009)
Les deux visages de SATAN JOKERS

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Jens Börner (chant, guitare rythmique)
- Bubu Brunner (batterie)
- Rikki Mannhard (basse, chœurs)
- Michael Hellström (guitare)


1. A Call To Wolves (intro)
2. Wolfsblut
3. Demon's Fire
4. Keeper Of The Underworld
5. When The Angels Fall
6. Until The End
7. Rise To Victory
8. Heathen Dawn
9. Into The Blizzard
10. The Birth Of A Nation
11. Song For The Fallen



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod