Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  DEMO

Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Running Wild, Paragon, Iron Savior
- Membre : Nightmare, Icewind
 

 Site Officiel (634)
 Myspace (289)
 Chaîne Youtube (355)

LONEWOLF - The Calling (1993)
Par JEFF KANJI le 20 Novembre 2015          Consultée 1153 fois

Un groupe de potes se forme sous le nom de LONEWOLF courant 1991, reprenant son patronyme du "Blazon Stone" du groupe qui l'influence le plus : RUNNING WILD. Jens Börner, chanteur/guitariste, tout comme ce vieux brigand de Rolf Kasparek, est accompagné par son collègue Walkyr à la batterie. Rejoint par le propre frère de Jens, Felix, ainsi qu'un bassiste qui passait par là, ils commencent à répéter dans leur garage.

Les premiers méfaits arrivent très vite mais c'est "The Calling" qui est la première (la deuxième si on compte la démo "The Dark Throne", simple support de démarchage local) livraison au format cassette du combo grenoblois. Les jeunes gens manquent cruellement d'expérience et malheureusement cela se sent. Le groupe se saborde lui-même en se montrant sous ces travers typiques des jeunes formations, mais en pire. On peut reparler de DARKTHRONE, pour évoquer la production très roots de "The Calling" digne des plus belles heures du Grieghallen de Bergen. Sauf qu'en plus, très vite, les faiblesses de mise en place (le batteur manque singulièrement de niveau pour le style pratiqué et peine à maintenir ses camarades dans le même tempo, à moins que ce ne soit lui qui soit à la ramasse), les riffs sont tout à fait ordinaires et surtout sont répétés jusqu'à écœurement !

Il faut déjà, après la kitschouille introduction "The Calling" jouée au bontempi (composée et interprétée par un certain Christian Greven), patienter plus de deux minutes avant d'entendre la voix, comment dire, mal dégrossie, de Jens Börner. Et en plus d'être approximatif niveau placement, il l'est aussi niveau justesse et inspiration. Pas une mélodie efficace si ce n'est le répétitif "Burn The Cross" qui péniblement finit par rentrer en tête, et ce malgré les chœurs faux livrés avec.

C'est le désert artistique complet pendant de longues minutes. On manque de craquer au milieu de "Sorcery" on en a marre de ce riff pas désagréable mais répété jusqu'à en finir horripilé au dernier degré, et on prend son mal en patience au milieu du crachotement des guitares asthmatiques de "Walpurgis Night". Sinon effectivement, on a un très mauvais clone de RUNNING WILD à Grenoble, en tout cas pour le moment. Ce son corrosif et ces thématiques vaguement teintées de sorcellerie rappellent les premiers travaux du combo allemand et le titre "Walpurgis Night" n'est pas innocent.

La suite sera une signature douteuse sur un label peut-être inexistant qui verra le premier album enregistré de la bande, "Legions Of The Unlight", rester dans les limbes. Il est toujours possible en farfouillant le net de retrouver une ou deux pistes, et le titre éponyme sera proposé sur le premier véritable opus sorti en 2000.

Mais ces événements ajoutés aux carences techniques assez flagrantes constatées sur "The Calling" conduiront le groupe au split, avant que Jens Börner ne se décide, encouragé par ses potes, à lancer la machine pour de bon.

A lire aussi en HEAVY METAL par JEFF KANJI :


IRON SAVIOR
Titancraft (2016)
Le phénix




PRIMAL FEAR
Best Of Fear (2017)
Mise au point d'une décennie qui explore


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Hagen (basse, chœurs)
- Jens (guitare, chant lead)
- Felix (guitare, chœurs)
- Walkyr (batterie)


- Face A
1. The Calling
2. Into The Battle We Ride
3. Sorcery
4. The Forgotten Valleys Of Hades

- Face B
1. Walpurgis Night
2. Burn The Cross



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod