Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Running Wild, Paragon, Iron Savior
- Membre : Nightmare, Icewind
 

 Site Officiel (634)
 Myspace (289)
 Chaîne Youtube (355)

LONEWOLF - Unholy Paradise (2003)
Par JEFF KANJI le 7 Janvier 2016          Consultée 1321 fois

Visiblement, Goi Music a su déceler chez les Grenoblois la petite étincelle qu'avait saisie Powersylv et qui m'a totalement échappé. Défendre la scène française tient parfois du sacerdoce c'est moi qui vous le dit… Car LONEWOLF, formation Heavy/Speed d'une régularité et d'une ténacité étonnante, n'hésite pas à nous livrer en pâture le fruit de ses répétitions pour nous chanter, ou plutôt scander, son amour du Heavy allemand et plus particulièrement de RUNNING WILD !

Le deuxième opus du groupe est, contrairement à ce qu'une signature sur un label (espagnol) pouvait suggérer, produit assez sommairement. Ainsi si LONEWOLF met un point d'honneur à conserver une certaine rugosité dans son propos, on regrette que cela joue sur le rendu d'un "S.P.Q.R." ou d'un "Wild And Free" qui auraient gagné en puissance. Si Jens Börner a toujours cette voix d'ours mal léché, les refrains de ces deux titres, dans une tradition à la Rock'N'Rolf, sont plutôt fédérateurs, et la passe d'armes instrumentale de la seconde est des plus réjouissantes, particulièrement grâce à la maestria de Dryss Boulmédaïs.

Ainsi, si on n'a pas de progression sonore, on en a une niveau écriture. N'est-ce pas le plus important au final ?
Ne nous emballons pas pour autant, "Unholy Paradise" peine à maintenir l'attention sur toute la durée de l'album même si "Erik The Red" vient conclure la galette sur une bonne note. Le groupe possède toujours les mêmes défauts ; l'ensemble semble manquer encore d'un peu de travail et le calage des instruments fait davantage penser à VENOM qu'à JUDAS PRIEST, notamment la guitare lead qui joue toujours un peu les mêmes motifs mélodiques et qu'on sent un peu juste sur certains soli ("1789").

On ne peut pas reprocher à LONEWOLF son intégrité ni son credo que l'on peut résumer à faire la musique que l'on aime sans trop chercher à comprendre. Mais l'inspiration en dents de scie est un peu le problème de ce genre d'entreprise et c'est encore le cas sur ce deuxième album. Dans sa générosité, LONEWOLF se tire une balle dans le pied, car si on ne peut objectivement occulter les qualités présentes dans des titres comme "Behind The Cross", "S.P.Q.R." ou "Erik The Red", on ressort tout de même de l'écoute de l'album avec la sensation d'avoir écouté quelque chose d'assez insipide, les meilleurs exemples étant les courants d'air "Snake In Eden", et la seconde partie de l'album en général, même si on se réveille brièvement le temps du refrain de "Unholy Paradise", bateau mais toujours efficace. Il faut selon moi y voir une tentative de LONEWOLF de donner dans le mid-tempo vaguement épique. Il affinera sa formule à l'avenir, fort heureusement pour lui.

Toujours est-il que ce second album et ce deal chez le label espagnol donneront à LONEWOLF l'occasion d'écumer les scènes européennes en compagnie de PARAGON, SABATON ou encore GRIM REAPER, ce qui lui permettra de se faire notamment une place dans le cœur des fans grecs auxquels le groupe dédiera un single – "Hellenic Warriors" – l'année suivante.

A lire aussi en HEAVY METAL par JEFF KANJI :


SAVATAGE
Streets: A Rock Opera (1991)
L'album des frères Oliva

(+ 1 kro-express)



ROYAL HUNT
2016 (2017)
Best of live


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Jens Börner (chant, guitare)
- Félix Börner (batterie)
- Dryss Boulmédaïs (basse, chœurs)
- Damien Capolongo (guitare solo)


1. Stronger Than Evil (pagan Glory Part Ii)
2. 1789
3. S.p.q.r.
4. Wild And Free
5. Snake In Eden
6. Behind The Cross
7. Unholy Paradise
8. Medieval Witchcraft
9. Phantomride
10. Erik The Red



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod