Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL PROG  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Magnum, Ten
- Membre : Dc Cooper , John West , Evergrey, Avatarium
- Style + Membre : Yngwie Malmsteen , Ring Of Fire
 

 Site Officiel (376)
 Myspace (215)
 Chaîne Youtube (221)

ROYAL HUNT - 2006 (2006)
Par SPHERIAN le 30 Janvier 2007          Consultée 3662 fois

10 ans! Il aura fallu attendre 10 longues années avant de voir un nouveau vrai live de ROYAL HUNT (si l’on excepte l’album Closing the Chapters). Mais les chasseurs ne font généralement pas dans la dentelle avec les live et ne sont pas du genre à sortir un live pour un album comme certains autres groupes de la scène métal. Le live paru après les 3 premiers albums du groupe, 1996 était déjà un véritable bijou et un formidable outil pour découvrir le groupe. ROYAL HUNT venait alors d’intégrer l’américain D.C Cooper dans ses rangs et le groupe se dirigeait à grande vitesse (Moving Target) dans un genre de musique plus technique et moins FM que lors de ses débuts (Land Of Broken Hearts et Clown In The Mirror avec l’excellent Brockman au chant). D.C. Cooper a permi sans conteste au combo de franchir un palier tant sur le plan de la notoriété que sur le plan artistique. En effet, le génial Paradox est considéré par beaucoup comme le meilleur album du groupe et fut aussi celui qui eut le plus de succès commercial ! Alors qu’on attendait beaucoup de la suite de ce ROYAL HUNT mark II, l’annonce surprise de la mise à la porte de D.C après la tournée Paradox (apparemment suite à une triste histoire d’ordre de sortie d’albums solo des membres du groupe) fut difficile à digérer pour les fans ... moi le premier !

Andersen nous sort alors le deuxième As de sa manche ! John West (ARTENSION) arriva de nulle part et on put craindre le pire. Le sobrement intitulé Fear fut pourtant un véritable chef d’oeuvre ! Suivant la ligne directrice musicale entamée par Paradox, Fear était pourtant beaucoup plus technique et faisait définitivement parti de la fine fleur des albums de prog metal. La recette ROYAL HUNT, alliance de refrains fédérateurs, de guitares subtiles et de claviers virtuoses, est maintenant bien établie et le groupe enchaîne sous un rythme soutenu les albums (le bon Eyewitness et le moyen Paperblood) sans pour autant devenir un ténor de la scène métal.

10 ans, 4 albums et 2 E.P ... il est de bon ton de sortir un nouveau live ! 2006 (clin d’œil au premier live 1996) est aussi l’occasion idéale de se faire une idée de la qualité du nouveau line-up. Exit Kjaer et Steen Mogensen, 2 piliers du groupes et welcome Marcus Jidell et Per Schelander. Ce changement de line-up est d’ailleurs peut-être responsable du durcissement de ton de la musique des chasseurs sur leur dernier opus. Comme pour 1996, le groupe offre un double cd rempli à la gueule avec une set-list des plus variées enregistrée chez Andre en Russie. C'est ça qu’on aime bien avec nos chasseurs, ils se foutent pas de not’ gueule sur les live ! A noter que ce live est aussi disponible en version DVD que j espère me procurer sous peu.

Alors allons-y ! Le CD1 débute avec une version endiablée de « Paper Blood », un des gros titres du dernier album. Le son est absolument cristallin et le mix irréprochable. Chaque instrument ronronne avec précision et on discerne admirablement bien les choristes qui font partie intégrante du show de par leur excellente prestation vocale. John West est en très grande forme et ceux qui doutaient de la capacité du larron a reproduire en live ses prouesses vocales seront rassurés ! Le premier test de ce live pour West arrive dès le 2eme titre. « Time » (sans son intro a capella) nous propulse 11 ans en arrière et nous amène à l’inévitable comparaison entre D.C Cooper et le chanteur actuel des chasseurs. Verdict ... 1-0 pour Cooper ! La version de 1996 est un peu plus pêchue et D.C donnait l’impression de passer les passages haut perchés plus facilement. On est quand même agréablement surpris par la prestation de West qui harangue le public et parle beaucoup entre les titres. Le début de « The Mission » lui permet de faire bouger le public qui parait un peu endormi ! Ce problème de sous mixage du public sera d’ailleurs récurrent tout au long de ce live. Le public russe est beaucoup moins chaud que le public japonais de 1996 et ce live, et c’est son principal défaut, sonne un peu vide. Même lorsque John utilise un break au milieu du groovy « Cold City Lights » pour faire chanter le public, on entend à peine celui-ci chanter ... gros problème quand même pour un live !

Ce défaut est largement compensé par une set-list qui frise le sans faute ! 2 titres du premier album (« Martial Arts » et « Running Wild »), 2 du second (« Wasted Time » et l’émouvant « Epilogue ») démontrent que West aidé par les nouveaux membres du groupe possède plus de feeling que D.C Cooper sur les titres les plus anciens du répertoire. Les 3 titres de Moving Target sont eux aussi excellents et commencent à faire pencher la balance en la faveur de West. Ce sont les 2 titres de Paradox qui font définitivement oublier D.C Cooper. Le bouillant « Message To God » est superbement interprété par le groupe et en bonus, « Long Way Home » fut retravaillée en studio et rechantée par West. Maigre bonus mais qui fait toujours plaisir ...

Le reste des titres où West officiait sur les albums sont bien sûr superbement exécutés. Mention spéciale pour « Lies » qui, bien que difficile à souhait, est passée sans encombre par le groupe !

Les 2 défauts majeurs de ce live viennent de sa principale qualité. Le son de ce live est tellement propre et soigné qu’on a parfois l’impression d’entendre un album. Le public est pratiquement absent et la prestation du groupe tellement parfaite que, si il n’y avait pas le chant en retrait des choristes en backing, on ne pourrait pas faire la différence avec les versions studio ! Ces live « aseptisés » sont toutefois à la mode ces temps-ci donc ne blâmons pas le groupe ...

De plus, ce live manque cruellement de surprises ! Ou sont passés les temps où la corde de la gratte pétait, où le technicien batterie venait foutre un coup de double face sur une peau explosée, où les membres du groupe échangeaient leurs instruments ??? Rien de tout ça ici, ce live est en fait « trop parfait » !

On ne va pas non plus se plaindre ... c’est tout de même un live formidable et encore une fois l’occasion nous est donnée d’hurler comme des veaux les superbes refrains que les chasseurs nous on offerts depuis maintenant près de 15 ans !

A lire aussi en METAL PROG par SPHERIAN :


David COLIN
The Silver Ghost Project (2002)
Le plus grand espoir du prog francais?




FATES WARNING
A Pleasant Shade Of Gray (1997)
Du pur fates warning comme on l aime


Marquez et partagez




 
   SPHERIAN

 
  N/A



- André Andersen (claviers)
- John West (chant)
- Marcus Jidell (guitares)
- Kenneth Olsen (batterie)
- Per Schelander (basse)


- 2006
1. Paper Blood
2. Time
3. The Mission
4. Never Give Up
5. Can't Let Go
6. Last Goodbye
7. Follow Me
8. Cold City Lights

1. Martial Arts
2. Surrender
3. Running Wild
4. Far Away
5. Lies
6. Wasted Time
7. Message To God
8. Epilogue
9. Long Way Home (bonus Track)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod