Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL PROG  |  STUDIO

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Operadyse
 

 Myspace (339)

SPHERIC UNIVERSE EXPERIENCE - Unreal (2009)
Par SPHERIAN le 26 Octobre 2009          Consultée 3787 fois

Il y a 2 ans de cela, SPHERIC UNIVERSE EXPERIENCE (S.U.E) frappait un grand coup avec un album ambitieux et d’une grande richesse. On peut affirmer que "Anima" fit passer un palier aux Niçois en terme de reconnaissance internationale, comme j’ai pu m’en apercevoir lors d’un voyage récent en Argentine! Paradoxalement, le groupe reste relativement absent de la scène française et on peut véritablement regretter encore une fois l’imbécilité de nos medias nationaux qui ne s’intéressent aucunement à la musique de nos talentueuses formations métalliques.

Soucieux d’asseoir cette position de leader en devenir, S.U.E nous gratifie de "Unreal", qui reprend pour notre plus grand plaisir beaucoup d’éléments des albums précédents. Depuis "Anima", il est clair que S.U.E a décidé de délaisser l’audace de "Mental Torments" pour une musique bien sûr toujours progressive mais aussi plus accessible pour le plus grand nombre. Délaissant quelque peu les longs passages instrumentaux ("Mental Torments", chaque titre repose maintenant sur un gros refrain qui ne prend guère plus d’une paire d’écoutes pour se fixer dans les cages à miel. S.U.E fait partie de cette nouvelle vague prog pour qui technique n’est pas synonyme de pauvreté mélodique et en ce sens se rapproche encore plus de la scène prog nordique (CIRCUS MAXIMUS, PAGAN’S MIND).

Bien que présenté par le combo comme un concept-album, "Unreal" est plutôt centré sur un thème commun comme l’était déjà "Anima". C’est cette fois-ci le surnaturel qui est à l’honneur. Même si, il faut l’avouer, l’originalité du concept ne casse pas 3 pattes à un canard, les Niçois sont encore une fois arrivés à créer un formidable conte sonore. Coloris sombres de l’artwork, police agressive du logo, production lourde qui bastonne les graves, l’atmosphère générale de "Unreal", pesante à souhait, est extrêmement réussie.

Mais c’est évidemment coté musique que tout cela est merveilleusement retranscrit. Tel le "Train Of Thought" de DREAM THEATER, "Unreal" est en effet bien plus agressif que ses prédécesseurs, je dirais même surprenant d’agressivité de premier abord. S.U.E m’a toujours surpris par ses choix d’album-openers et "White Willow" ne déroge pas à la règle. Avec son introduction frisant les 2 minutes, le titre est bourrin à souhait et contient un pont qui joue les amourettes avec le Hardcore. "Down Memory Lane" enchaîne sous les mêmes auspices : couplets surpuissants joués à fond les ballons et refrain plus classique super catchy, la recette est décidément d’une efficacité imparable. Les soli de clavier qui faisaient la force des opus précédents sont bien présents, mais on ne peut s’empêcher de remarquer que ce sont bien les guitares de Vince Benaim qui mènent la danse. Surpuissantes en rythmiques, elles savent intelligemment se faire plus discrètes lors de l’apparition des rares leads guitares et claviers. La basse occupe toujours autant d’espace dans la musique de S.U.E et celle-ci, comme sur "Anima" n’est pas noyée dans le mix, fait assez rare dans le Metal pour être noté !

La force de S.U.E réside toujours incontestablement dans ses individualités. La technique de chaque musicien est flagrante et Frank Garcia impressionne toujours par sa polyvalence. Le troisième batteur en 3 albums, Christophe Briand, manie avec facilité ces satanés mesures composées et arrive même à introduire quelques plans sans doutes tirés droit de ses influences funk ("Down Memory Lane", "O.B.E"). Les compositions démontrent une constance dans la créativité aussi bien dans les lignes vocales que dans les parties instrumentales bien que celles-ci, comme noté précédemment, soient moins nombreuses que dans les albums antérieurs. Les cycles de tensions/relâches sont également habilement utilisés et participent grandement au sentiment de "malaise nécessaire" au concept.

Bien que l’album forme un bloc plutôt homogène et cohérent, quelques titres brillent particulièrement par leur génie. "White Willow" et "Down Memory Lane" pour leur puissance, l’aventureux instrumental "O.B.E" pour son incartade jazz/funk et les excellents "Tomorrow" et "Dragged", qui feront le bonheur des amoureux de riffs trashisants ! Dans les légers moins, "Lakeside Park" et "3rd Type", bien que plutôt bons, sentent la prise de risque minimum alors que "Near Death Experience" est un interlude un peu court et assez inutile au milieu de l’album. En essence, l’album est un peu trop court, ne possédant que 7 compositions réelles si on omet l’instrumentale "O.B.E". C’est certainement son seul défaut.

S.U.E impressionne encore une fois par sa maturité et, bien qu’on regrette l’audace d’un "Mental Torments", on se doit d’applaudir le parcours du groupe qui propose un album de grande qualité à chaque nouvelle sortie. J’attends toutefois toujours le chef-d’œuvre du groupe et n’accorde pas encore la 5ème étoile à ce "Unreal" que je trouve légèrement trop court et limité dans la prise de risque. Toujours est-il que S.U.E, après seulement 3 albums, est une des grandes formations de la scène progressive actuelle.

A lire aussi en METAL PROG par SPHERIAN :


ENCHANT
A Blueprint Of The World (1994)
Excellent et prometteur premier effort studio




FATES WARNING
A Pleasant Shade Of Gray (1997)
Du pur fates warning comme on l aime


Marquez et partagez






 
   SPHERIAN

 
  N/A



- Christophe Briand (batterie)
- Fred Colombo (claviers)
- Franck Garcia (chant)
- John Drai (basse)
- Vince Benaim (guitares)


- Unreal
1. White Willow
2. Down Memory Lane
3. Lakeside Park
4. 3rd Type
5. Near Death Experience
6. Lost Ghost
7. Dragged
8. O.b.e.
9. Tomorrow



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod