Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER METAL  |  STUDIO

Commentaires (9)
Questions / Réponses (1 / 1)
Metalhit
Lexique power metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Heavenly, Insania, Chroming Rose, Zonata, Scanner, Montany, Blind Guardian, Dragonforce, Armory
- Membre : Unisonic, Neopera, Iron Savior
- Style + Membre : Helloween, Primal Fear, Metalium, Freedom Call
 

 Chaîne Youtube (357)
 Myspace (356)
 Site Officiel (480)

GAMMA RAY - Sigh No More (1991)
Par JEFF KANJI le 30 Avril 2014          Consultée 3154 fois

Le one-off supposé de GAMMA RAY, monté par Kai Hansen afin de retrouver la flamme après la désillusion HELLOWEEN avait, pense-t-on, sonné la fin de la récré avec un Live au Japon commercialisé dans la foulée de "Heading For Tomorrow" sous le nom de "Heading In The East". Seulement voilà, l’entente du trio Hansen/Schlächter/Scheepers semble couler de source, si bien qu’un second disque entre en réalisation, précédé par deux singles – "The Spirit" (qui contient une version Live du "Save Us" d'HELLOWEEN) et "One With The World" - présentant le nouveau venu Uli Kusch, amené à une carrière florissante et dont ce "Sigh No More" constitue un peu le point de départ.

Composé puis sorti en pleine guerre du Golfe, on sait que les évènements du Moyen-Orient ont profondément touché Kai Hansen dont les paroles retrouvent une verve teintée de cynisme, critique des systèmes et des manipulations politiques ("As Time Goes By", "Countdown") que le jeune Kai, alors guitariste/chanteur, avait pleinement exprimé sur "Guardians" ou "How Many Tears" ("Walls Of Jericho"), ce qui tend à rendre cet album plus sombre que son prédécesseur plus ancré dans le Happy Metal hérité des "Keepers Of The Seven Keys". En effet des morceaux comme "Changes", "One With The World" ou encore "(We Won’t) Stop The War" dénotent face aux "Lust For Life" ou "Space Eater" chargés d’ondes positives du premier opus.

Kai Hansen ne lâche pour autant pas ce qui a toujours fait la force de GAMMA RAY, une critique acerbe d’une part, et d’autre part un message à la libre-pensée très positif que l’on retrouve dans les titres les plus enjoués de la galette, notamment "Rich And Famous" ou encore "The Spirit", que le groupe a d’ailleurs récemment rejoué en Live pour notre bonheur. On est plus proche de "Heading For Tomorrow" à ces moments-là mais également du style plus défini qui va faire le succès de GAMMA RAY dans les prochaines années.

"Sigh No More" est l’un de mes albums préférés de GAMMA RAY car il renferme un certain nombre des meilleurs titres de la disco des Hambourgeois : "Changes", "Rich & Famous" constituent un duo d’entrée fracassant, "One With The World" et "Dream Healer" des ports d’attache diversifiés. Et leur principale qualité est de ne pas s’enfermer dans un carcan Power Metal, comme GAMMA RAY aura tendance à le faire à partir de "Somewhere Out In Space" et à part la cohérence de groupe, rien ne se ressemble ici.

Les titres enlevés mais un peu plus passe-partout comme "Start Running" (composé par le bientôt démissionnaire Uwe Wessel) remplissent leur rôle de filler à merveille, aérant un album très bien produit qui n’a pas tellement vieilli, notamment grâce à un mixage équilibré et une batterie au son tout à fait naturel (merci Uli Kusch), et qui sonne bien plus Heavy traditionnel que Speed mélodique. En cela, la rupture avec HELLOWEEN est définitivement consommée artistiquement parlant. Et ce n’est pas le moyen "Pink Bubbles Go Ape" qui viendra le contredire, Kai Hansen, par la sympathie qu’il dégage et la qualité de ses deux premières réalisations, attire une frange conséquente du public de son ex-groupe et lui fera du tort, accélérant bien malgré lui la descente aux enfers des Citrouilles.

"Sigh No More" est le meilleur témoignage de la capacité de GAMMA RAY à exister sur le long-terme, bien que la variété des titres cache également un groupe en recherche d’identité, d’où le grand écart ressenti (peu de points communs entre le "As Time Goes By" co-signé par Kai Hansen et Piet Sielck et le "Father And Son" de Dirk Schlächter). C’est que ce second opus est le premier où les autres membres amènent leur contribution au songwriting ("Heading For Tomorrow" avait été entièrement composé et presque intégralement enregistré par Kai), s’attelant à créer une identité de groupe, témoignant du sens du partage retrouvé du fondateur du Speed Mélodique.

Pas forcément un chef d’œuvre, "Sigh No More" a pour lui ce caractère qui le rend délectable pour les initiés et juste sympathique pour le metalleux lambda. Quand on analyse la suite de la carrière de GAMMA RAY, difficile de nier qu’une partie des énergies mobilisées sur cet opus ne seront que trop rarement ramenées au premier plan (je pense à "One With The World" ou "Changes"), le successeur "Insanity & Genius" commençant déjà à correctement radicaliser la formule, et que les chefs d’œuvre n’arriveront qu’après le retour de Kai au chant, ce qui contribue hélas à laisser de côté ces trois premiers opus de GAMMA RAY moins aboutis mais plus aventureux.

3,5/5.

A lire aussi en POWER METAL par JEFF KANJI :


GALNERYUS
Vetelgyus (2014)
5 fruits et légumes par jour




HELLOWEEN
Master Of The Rings (1994)
Willkommen Andi!

(+ 3 kros-express)

Marquez et partagez



Par FREDOUILLE




 
   JEFF KANJI

 
   FREDOUILLE
   PIERRE

 
   (3 chroniques)



- Ralf Scheepers (chant, chœurs)
- Kai Hansen (guitare, chœurs)
- Dirk Schlächter (guitare, chœurs)
- Uwe Wessel (basse, chœurs)
- Uli Kusch (batterie, chœurs)
- Fritz Randow (tambour militaire sur 6)
- Tommy Newton (talkbox sur 8, guitare, chœurs)
- Rolf Köhler (chœurs)
- Piet Sielck (chœurs, claviers)
- Tommy Hansen (claviers)


1. Changes
2. Rich & Famous
3. As Time Goes By
4. (we Won't) Stop The War
5. Father And Son
6. One With The World
7. Start Running
8. Countdown (Cd Bonus)
9. Dream Healer
10. The Spirit



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod