Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK FM  |  LIVE

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1978 Toto
1979 Hydra
1981 Turn Back
1982 Iv
1984 Isolation
  Dune
1986 Fahrenheit
1988 The Seventh One
1990 Past To Present 1977-199...
1992 Kingdom Of Desire
1995 Tambu
1998 Xx (1977 - 1997)
1999 Mindfields
2006 Falling In Between
2014 35th Anniversary : Live ...
2015 Toto Xiv
2016 Live At Montreux 1991
2018 40 Trips Around The Sun
  Old Is New
 

- Style : The Night Flight Orchestra , Asia, Touch
- Membre : Steve Lukather , Judas Priest, Msg, Kimball Jamison
- Style + Membre : Yoso
 

 Site Officiel (543)
 Fan-club France (615)
 Chaîne Youtube (902)

TOTO - Livefields (1999)
Par JEFF KANJI le 31 Octobre 2021          Consultée 321 fois

Alors certes "Livefields" est un sacré cadeau, car six mois après la sortie de "Mindfields" on peut dire que les fans de TOTO sont gâtés avec la sortie du deuxième Live de la bande, le premier avec Bobby Kimball (passons sur le "Live In Tokyo 1980" encore pas sorti officiellement à l'époque). Mais je ne pourrai m'empêcher de couiner un peu devant les choix d'agencement qui ont été faits sur "Livefields" dont la plupart des titres ont été captés lors des dates françaises. Pas plus d'ailleurs que la multiplication des éditions CD dont certaines comprenaient le deuxième cd et dont seulement les versions japonaises contenaient "Child's Anthem" sans doute délivré dans sa version définitive qui plus est.

Si je commence par ce préambule qui ressemble à s'y méprendre à une conclusion, c'est parce que nous avons à disposition un outil formidable qui est le Tube, et que par son biais j'ai pu visionner déjà plusieurs fois un Live intégral de cette tournée, capté par la tv japonaise à Yokohama. Pour les amateurs, foncez tête baissée, car malgré son rythme parfois étrange (pas mal de mid-tempi tranquilles ou de slows sur le milieu de set), la setlist y est absolument fabuleuse, n'escamotant rien du medley acoustique (qui comprenait "99" et "I'll Be Over You"), mais surtout elle défendait bien mieux "Mindfields" dont ici seul "Caught In The Balance" et "Better World" sont rescapés. Dommage car la version de "Mad About You" passait particulièrement bien l'épreuve des planches, idem pour "Cruel". Et ce qui semble le plus surprenant, c'est que le groupe a choisi de ne pas retenir "Africa" !

Bref, voici pour la grille de lecture qui est la mienne au moment d'apprécier "Livefields". Et je vais commencer par en partie excuser TOTO qui, hormis en sortant un triple CD, ne saurait retranscrire les 2H30 de moyenne que durent ses concerts. Et comme je le disais plus haut, le concert originel était plus gourmand en morceaux cool, pas les plus évidents à apprécier quand on n'est pas en train de vivre le moment avec les musiciens. Ce qui permet de venir à l'agencement choisi pour "Livefields" qui pour le coup se présente sous un jour novateur et propose une lecture bien plus digeste. Si "I Will Remember" intervenait initialement juste après "Tale Of A Man", elle cassait un peu la dynamique du début du concert, qui s'ouvrait sur un flamboyant "Caught In The Balance" qui surpasse sa version studio et où on peut constater quel interprète incroyable Bobby Kimball est, et sur l'inédit de "Toto XX" qu'est "Tale Of A Man" rafraîchissant au possible. Là avec "Rosanna" ça passe tout seul, d'autant que Steve Lukather nous gratifie d'un solo final à la frontière du shred.

C'est aussi sur "Livefields" que TOTO décide d'afficher non sans une certaine fierté sa virtuosité, avec l'enchaînement très tôt dans le set de "Jake To The Bone" et "Dave's Gone Skiing", soit quasi dix minutes de démonstration entrecoupées de quatre minutes de solo de Simon Phillips, qui montre encore quel batteur incroyable il fait. Même si je dois reconnaître que l'édition a été un peu faite à la sauvage, car on sent bien qu'à la fin de "Jake To The Bone" les mecs allaient tous repartir sur autre chose, ce qu'une fois de plus la vidéo permet de constater, car ils enchaînaient sur un bout de "Dave's Gone Skiing" justement.

Pensé en tableaux, TOTO, sur le troisième, nous emmène dans une revisite acoustique (l'exercice imposé par TESLA et MTV est quasi un passage obligé durant les nineties). Une visite qui commence de façon surprenante, puisque Luke y interprète le "Out Of Love" de "Past To Present" puis deux extraits de "Hydra" dont un seul a survécu au passage sur CD. Pour le coup il manque deux titres évidents, mais sans doute que cela aurait semblé un peu long avec la seule écoute.

C'est un TOTO bien accompagné par trois choristes, dont un qui joue les secondes guitares et l'autre les claviers additionnels (celui-ci reste caché en coulisses) qui sonne au plus proche de son ADN, sans le côté très musique noire apporté par Jenny Douglas et John James sur "Absolutely Live". Les parties vocales, souvent guettées sont impeccables et sonnent fabuleusement. Et c'est là que nous avoir privé de "Africa" est franchement dommage, car quand Bobby Kimball, Steve Lukather et David Paich s'emboîtent le pas sur le refrain, on retrouve instantanément la magie de la version studio.

Ce qui après le passage coloré début années 90 mené par Steve Lukather conclu par une version massive de "Better World", on arrive vers l'enchaînement de classiques final. Et c'est là qu'en fonction de la version que vous avez, vous n'êtes pas tous logés à la même enseigne. Mais admettons que la version américaine (un seul CD) soit la vôtre. Et bien vous en serez pour vos frais, puisque c'est l'enchaînement "Girl Goodbye" (quelle version !)/"White Sister" qui vient conclure ce remarquable tout de chant. Mais les Européens ont tout de même le loisir d'écouter "Hold The Line" et "I Won't Hold You Back".

En conclusion, je dirai que "Livefields" c'est le disque sur lequel on pèse les pour et les contre. Les concerts originaux, en plus du défaut de rythme que j'évoquais plus haut, étaient assez symptomatiques du chemin que cherchait TOTO, coincé entre sa formule quartette qui repose beaucoup sur les épaules de Luke, et la lumière qu'apporte Bobby Kimball à chacune de ses interventions, rappelant instantanément le son classique de la formation. En cela "Livefields" est un Live équilibré, qui permet de faire oublier que Bobby Kimball ne chantait en définitive que sur les deux tiers (au mieux) des concerts, entre ceux chantés solo en acoustique et les instrumentaux, et qui se présente comme un témoignage qui vient compléter "Absolutely Live", en présentant très peu de doublons avec lui. "Livefields" est ainsi un Live plutôt réservé aux fans de TOTO, pas aux néophytes qui risquent de se demander dans quoi ils débarquent, sans trop de points d'accroche auxquels se référer.

A lire aussi en HARD FM / A.O.R par JEFF KANJI :


REVOLUTION SAINTS
Revolution Saints (2015)
Un power trio extra !




X JAPAN
Forever Love (1996)
Dry your tears with love


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Steve Lukather (guitare, chant)
- Mike Porcaro (basse)
- Simon Phillips (batterie)
- Bobby Kimball (chant)
- David Paich (claviers, chant)
- -
- Tony Spinner (chant, guitare)
- John Jessel (claviers, chœurs)
- Buddy Hyatt (percussions, chœurs)


- Cd 1
1. Caught In The Balance
2. Tale Of A Man
3. Rosanna
4. Luke Solo
5. Million Miles Away
6. Jake To The Bone
7. Simon Solo
8. Dave's Gone Skiing
9. Medley: Out Of Love
10. Medley: Mama
11. Medley: You Are The Flower
12. The Road Goes On
13. Better World
14. Girl Goodbye
15. Dave Solo
16. White Sister

- Cd 2
1. I Will Remember
2. Hold The Line
3. I Won't Hold You Back
- Bonus Japonais
4. Child's Anthem



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod