Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Firehouse
- Style + Membre : Sweet & Lynch
 

 Site Officiel (753)
 Myspace (380)
 Chaîne Youtube (628)

STRYPER - Even The Devil Believes (2020)
Par JEFF KANJI le 5 Octobre 2020          Consultée 897 fois

Difficile de faire un homme plus occupé que Michael Sweet. Quand il ne tourne pas avec STRYPER, il écrit un album solo (dont les contenus aux accents de plus en plus Heavy tendent à se rapprocher de son groupe de toujours), et quand il tourne pour le promouvoir, écrit un nouveau STRYPER ! Et la vitalité affichée par ce ponte des années quatre-vingt m'épate car rares sont ceux à pouvoir se targuer de proposer une discographie aussi qualitative dans leur seconde carrière… Il y a bien EUROPE et les plus confidentiels Anglais de FM mais sinon…

Le Heavy Metal de STRYPER a ses codes, son langage et ses gimmicks qui personnellement me séduisent, même si parfois les "oooooooh" traînants de Michael tendent à me saouler parfois. Surtout, STRYPER tente d'allier depuis la formule gagnante de "No More Hell To Pay" le Heavy Mélodique qui a fait sa réputation avec des moyens plus modernes et un jeu de guitare qui a su traverser le temps en ne restant pas coincé sur les années quatre-vingt. Et là où "God Damn Evil" avait peut-être poussé le bouchon un poil loin, avec vocaux arrachés du leader de SHADOWS FALL et riffs thrashisants, "Even The Devil Believes" propose un équilibre parfait entre tradition et modernité.

Comme beaucoup de groupes, STRYPER est partagé entre son envie de rester pertinent artistiquement et d'apporter aux fans ce qu'ils attendent. Voilà pourquoi avec le recul, il ne choisirait plus un titre comme "God Damn Evil" qui lui aliène une partie de ses fans. Je suis le premier à cracher sur "Reborn" ou "Murder By Pride" (pas forcément pour les mêmes raisons) mais force est de reconnaître que même s'il apparaît, comme ses prédécesseurs directs, un peu plus traditionnel (même s'il y a toujours un petit truc dans l'écriture pour rester actuel), "Even The Devil Believes" est clairement un de mes STRYPER préférés et ce pour un sacré moment je pense. Aucun titre à jeter, une énergie d'enfer, une prestation éclatante de chacun des musiciens, une production parfaite qui ne laisse personne sur le carreau et des hymnes à la pelle.

Oui, je dirais même que pour son onzième album de compositions originales, STRYPER a sans doute sorti son album le plus formidable depuis… ben pas si longtemps que ça en fait. Même "No More Hell To Pay" et "Fallen" qui me semblent un poil en-dessous tapaient déjà dans le très bon. Comment STRYPER réussit ce tour de force ? Il est important d'avoir autour de soi une équipe soudée, et le tandem avec Danny Bernini dure depuis déjà onze ans, sans oublier Paul McNamara, là pour donner la main sur des arrangements et assurer les claviers nécessaires pour agrémenter le Heavy Metal des Américains. Et puis il y a le groupe lui-même, rasséréné par l'arrivée du transfuge de FIREHOUSE Perry Richardson, qui apporte en sus d'une assise efficace avec Robert Sweet ; la basse est bien mise en avant et porte les grooves, en particulier sur les mid-tempi comme "Make Love Great Again" ou la presque pièce-titre "The Devil Believes In", un hymne de plus à mettre au programme de ses concerts où le groupe se montre à son avantage, avec notamment un Michael Sweet qui gère son rôle de guitariste-chanteur avec brio. Le groupe semble avoir été plus focalisé que jamais sur l'objectif de faire de cet album un excellent cru, et ce, avec le concours de Stan W. Decker qui lui aussi semble porter chance au groupe.

Et on ne peut que leur concéder la franche réussite de leur entreprise. Dans tous les domaines les quatre musiciens se donnent au meilleur de leurs capacités, les chœurs si caractéristiques de Michael et Oz sont à l'honneur (le délié "How To Fly" avec son côté QUEEN/ELO) en harmonies complexes ou en gang vocals ("Let Him In", "Divider" (*), et les duels de guitare parfois féroces ("Divider" encore une fois). Peu de morceaux très enlevés, "Blood From Above" constitue en cela un démarrage en trompe-l'œil, mais vraiment pas un seul moment d'ennui sur "Even The Devil Believes" c'est certain, qui en plus vient se refermer sur un "Middle Finger Messiah" qui n'est pas sans évoquer l'urgence de "Saved By Love". Au top de leur créativité, les Américains, ont également inclus avec "Invitation Only" un titre de l'époque "Against The Law" qui n'avait pas pu être finalisé. Et vous savez quoi ? Ça fonctionne d'enfer là aussi !

(*) et pour cause, une trentaine de fans ayant participé à ce titre.

A lire aussi en HEAVY METAL par JEFF KANJI :


ORDEN OGAN
Gunmen (2017)
Entre les deux (c)yeux




SAVATAGE
Streets: A Rock Opera - Narrated Version (2013)
SAVATAGE version comédie musicale


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Michael Sweet (chant, guitare)
- Robert Sweet (batterie)
- Perry Richardson (basse, chœurs)
- Oz Fox (guitare, chant)
- -
- Paul Mcnamara (claviers, orgue, moog)
- Keith Pittman (chœurs)


1. Blood From Above
2. Make Love Great Again
3. Let Him In
4. Do Unto Others
5. The Devil Believes In
6. How To Fly
7. Divider
8. This I Pray
9. Invitation Only
10. For God & Rock'n'roll
11. Middle Finger Messiah



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod