Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Firehouse
- Style + Membre : Sweet & Lynch
 

 Site Officiel (184)
 Myspace (168)
 Chaîne Youtube (279)

STRYPER - The Covering (2011)
Par JEFF KANJI le 22 Avril 2016          Consultée 1630 fois

STRYPER est revenu par la petite porte avec "Reborn" réaffirmant son appartenance au genre Heavy Metal après avoir succombé aux sirènes plus commerciales et légères sur "To Hell With The Devil" et surtout "In God We Trust". Il a fait profil bas pendant près de quinze ans avant de s'y remettre sérieusement mais l'ère du spandex jaune et noir n'est plus vraiment de rigueur, bien qu'il fasse partie intégrante de l'identité de STRYPER.

Ainsi pour se rappeler au bon souvenir du public, les résidents d'Orange County vont en l'espace de deux ans enregistrer deux albums de reprises, un qui précèdera de peu la sortie de l'excellent "No More Hell To Pay" avec des relectures de ses classiques du premier EP et des deux premiers albums et en 2011 un autre pour reprendre ses tubes favoris et c'est "The Covering" qui nous intéresse justement aujourd'hui.

STRYPER, c'est, avant d'être le plus médiatique représentant du White Metal, une formation de Heavy Mélodique disposant de quatre musiciens (dont les deux frères Sweet) de gros niveau et toujours adeptes du gros son ; il faut pour cela se rappeler de la production monstrueuse de son premier album "Soldiers Under Command". Un chant emphatique, presque lyrique, souvent rehaussé d'amples chœurs, des riffs en acier trempé et des twin guitares planantes qui viennent colorer une basse toujours très présente, premier de deux éléments d'une section rythmique implacable, composent le son STRYPER.

STRYPER n'a pas cherché midi à quatorze heures pour choisir ses morceaux fétiches et n'est pas rentré dans un calcul c'est certain. Car la tracklist est extrêmement alléchante avec quasi uniquement des méga classiques du Hard/Heavy. Les quelques curiosités viendront peut-être du choix de "On Fire" pas le morceau le plus mémorable de l'éponyme de VAN HALEN (mais dont la musique a beaucoup influencé le jeu de Oz Fox), ou encore "Over The Mountain" d'Ozzy, pas non plus un méga classique mais qui s'offre une belle cure de jouvence une fois revisité par ces chrétiens convaincus. La reprise du classique de SWEET, "Set Me Free" lance "The Covering" sur les chapeaux de roue, avec tempo enlevé, harmonies vocales travaillées et magnifiées et une prod du tonnerre.

Si les titres vous parleront quasi tous de façon instantanée, ils permettront de comprendre l'identité particulière de STRYPER, qui n'a pas connu tant d'émules que ça en 1985. On s'aperçoit que cet alliage de Heavy et de Hard Mélodique tel que le pratiquait SCORPIONS va comme un gant à STRYPER, il faut écouter avec quel brio Michael Sweet se glisse dans les santiags de Klaus Meine, c'est bluffant ! Il en va de même pour le choix de "Shout It Out Loud" où guitares harmonisées, chœurs, rythmique Rock'N'Roll bien appuyée se retrouvent très bien dans l'écriture habituelle de STRYPER.

Au rang des bonnes surprises on notera le respect des originaux dont STRYPER a fait preuve sans pour autant verser dans la récitation, à l'image de ce "Heaven And Hell" que le groupe a customisé en y incorporant les chœurs chantant le riff légendaire, comme Ronnie James Dio se plaisait à le faire en concert et en harmonisant à sa sauce le deuxième couplet. Michael Sweet respecte les lignes de chant tout en gardant sa personnalité, jamais on n'entend Dio dans son interprétation, chapeau bas Monsieur. Ce que je remarque aussi, c'est qu'une grande majorité des titres sont issus du Hard/Heavy du milieu des seventies et sur les dix ans qui ont suivi. Une petite ellipse au prélude du solo d'orgue de "Highway Star" ramène de l'efficacité et gomme cet aspect jam typique du Pourpre Profond. Et les puristes comme moi seront enchantés par cette version de "Immigrant Song" qui rend enfin justice à l'original avec sa profusion d'effets de studio (le filtre d'intro, la coupure nette à mi-course) et de guitares en tremolo s'incrustant dans le mix.

Après certaines relectures n'ont pas un grand intérêt, comme "The Trooper" ou "Breaking The Law" respectés à la note près et bénéficiant du son STRYPER à défaut de personnalité. On se rendra compte aussi que Timothy Gaines malgré la belle mise en valeur de sa quatre-cordes dans le mixage ne possède pas une once du groove particulier de Pete Way sur "Lights Out" et que la gouaille de Phil Mogg est à des années-lumière du chant très pur et lyrique de Michael Sweet.

Pour conclure cette parfaite compile à se passer en soirée avec des potes (ou pour faire sa séance de cardio-training mais c'est autre chose), avec garantie de passer un super moment avec du gros son puissant mais pas agressif, STRYPER nous gratifie d'une nouvelle compo, "God", avec un refrain planant de toute beauté et qui rentre facilement dans le crâne, déjà annonciateur de la réussite de "No More Hell To Pay". Ce titre possède l'âme d'un "Yaweh" ("Fallen" - 2015) avant l'heure. En bref, un album extrêmement plaisant auquel on pourra juste reprocher une pochette assez hideuse, aux antipodes de la quantité de bonne came proposée.

A lire aussi en HEAVY METAL par JEFF KANJI :


NIGHTMARE
The Burden Of God (2012)
Transition réussie




SAVATAGE
Streets: A Rock Opera (1991)
L'album des frères Oliva


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Timothy Gaines (basse, chant)
- Robert Sweet (batterie)
- Oz Fox (guitare)
- Michael Sweet (chant, guitare)
- Charles Foley (claviers, orgue, piano, chœurs)
- Jon Donais (chœurs sur 13)
- Maria Ellena Leone (chœurs sur 13)


1. Set Me Free
- Sweet
2. Blackout
- Scorpions
3. Heaven And Hell
- Black Sabbath
4. Lights Out
- Ufo
5. Carry On Wayward Son
- Kansas
6. Highway Star
- Deep Purple
7. Shout It Out Loud
- Kiss
8. Over The Mountain
- Ozzy Osbourne
9. The Trooper
- Iron Maiden
10. Breaking The Law
- Judas Priest
11. On Fire
- Van Halen
12. Immigrant Song
- Led Zeppelin
13. God



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod