Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH METAL  |  STUDIO

Commentaires (12)
Metalhit
Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1986 Morbid Visions
1987 Schizophrenia
1989 Beneath The Remains
1991 Arise
1993 Chaos Ad
1996 Roots
1998 Against
2001 Nation
2003 Roorback
2006 Dante Xxi
2009 A-lex
2011 Kairos
2013 The Mediator Between ...
2014 Metal Veins : Alive At R...
2017 Machine Messiah
2020 Quadra
 

- Style : Eminence, Nervosa
- Membre : Soulfly, Nailbomb, Cavalera Conspiracy, Killer Be Killed
 

 Myspace.com/sepultura (804)
 Site Officiel (530)
 Chaîne Youtube (603)

SEPULTURA - Quadra (2020)
Par FENRYL le 19 Juin 2020          Consultée 2613 fois

L'une de mes gifles de 2017 avait indéniablement été le "Machine Messiah" de nos Brésiliens. En effet, comment attendre un tel album d'un groupe né en 1984 et qui (malheureusement) pour beaucoup trop de monde encore se résume une dichotomie "avec Max" et "sans Max"…
Ce dernier est parti en 1996. Derrick est depuis au micro donc depuis 1997… Arrêtons-là les calculs, vous m'avez sans doute compris.
Bref, cette cuvée 2017 avait l'incroyable qualité d'être résolument moderne et original… Un "One shot", une progression sans lendemain ? C'est ici tout l'enjeu de la découverte de ce "Quadra".

De quoi parle-t-on ici ? D'un Derrick quarante-neuf ans, d'un Jaulo Jr. cinquante-et-un ans, d'un Andreas cinquante-et-un ans et d'un Eloy vingt-neuf ans.. Sic, donc non par de lien avec la crise de la quarantaine…

Le concept ici ? Douze morceaux, quatre époques, soit trois définitions de chaque espace temps du groupe.
Basé sur le Quadrivium (Arithmétique, Géométrie, Musique et Astronomie), signifiant "quatre voies", SEPULTURA nous propose quatre voyages dans l'espace-temps des Brésiliens : les trois premiers titres sont estampillés Thrash Metal, puis Groove Metal (percussions inclues), puis plus Prog extrême, avant de se montrer plus mélodique.
Si on se résume :
PARTIE 1 : son SEPULTURA "classique" mais résolument moderne.
PARTIE 2 : période "Roots" (discutable toutefois).
PARTIES 3 et 4 : période "Machine Messiah" assumée.

"Quadra" définit la diversité du Heavy Metal, comme aime à la considérer Andreas qui réfute toutes catégorisations dans ce style musical… Mais n'en déplaise à notre guitariste, cet opus est truffé d'influences : Groove Metal, Death Metal, Prog, Metal Alternatif, des touches de Doom Metal et de Black Metal… Évidemment, "Isolation" et son Thrash Metal teinté des influences Hardcore indéniables de Green ouvre l'album en mode "furie", mais ne vous laissez pas tromper par sa construction "rentre-dedans" : il illustre les fondements d'un travail de (re)construction qui va trouver ici tout son sens.
"Straight To Your Face".

Le groupe n'en oublie pas ses multiples influences avec cette intro "tribale" sur "Capital Enslavement", assez trompeuse tant Andreas s'emploie à nous mystifier avec un solo épique ! Car si on ne peut pas nier le superbe travail de Paulo Jr (discret) et d'Eloy Casagrande,il faut bien reconnaître que "Quadra" met surtout en valeur tout d'abord un Andreas Kisser qui laisse sans voix à la guitare avec une déferlante de riffs novateurs, énergiques et terriblement accrocheurs (les soli de "Raging Void", on en parle par exemple ? Sa prestation sur "The Pentagram" ? Il est seul à la baguette le bougre ! L'interlude "Quadra", on savoure ?) et évidemment un Derrick Green sans doute au sommet de son art. Le géant américain a totalement défini à la fois son rôle et son registre d'action. Il affiche une aisance insolente aussi bien dans l'extrême (le très lourd/heavy "Ali", le Death/Black hurlé "Autem") que sur d'étonnants titres plus mélodieux et posés, "Agony Of Death" en tête et bien évidemment "Guardians Of Earth" mais j'y reviendrai plus bas.

Il nous offre des refrains épiques et entêtants comme celui de "Raging Void", aussi immédiat qu'irrésistible ou celui de "Autem", qui donne terriblement envie de bouger !
Le Groove Metal est également globalement à l'honneur avec la seconde bombe "Means To An End", embelli notamment par les passages orientaux à la guitare d'Andreas une fois encore mais aussi par son riff catchy à souhait, Derrick délivre une prestation de haut vol, encore une fois !

Si l'univers proche de Joe SATRIANI x bande son d'un jeu vidéo genre shoot'em up lors d'un combat épique de boss ne vous frappe/effraie pas sur l'instrumental "The Pentagram", alors vous goûterez à plus qu'un interlude musical : même dans cet exercice, les quatre Brésiliens ne baissent pas la garde et nous délivrent une prestation appliquée et réussie.

Si je ne devais m'étendre que sur deux morceaux, je prendrais le temps de tenter de vous évoquer mon émerveillement pour :

- "Guardians Of Earth" : guitares acoustiques, chœurs liturgiques, montée en puissance, morceau à tiroirs, riffs à gogo, titre épique par définition. Une création ébouriffante, portée par un solo merveilleux, et un final qui vous laissera sans voix, je vous l'assure.

- "Agony Of Death" qui semble tout droit s'échapper de l'univers de FAITH NO MORE : ce titre progressif à s'en damner est une merveille. Douceur, montée en puissance, ambiance onirique et planante grâce à des chœurs envoûtants, avec un chant divin de Derrick qui se veut particulièrement troublant car rappelant un Phil Anselmo de la grande époque.
Honnêtement, l'album aura du se terminer sur ce morceau grandiose…. SEPULTURA se prend quelque peu les pieds dans le tapis avec un "Fear, Pain, Chaos, Suffering" : ce morceau accueille en guest vocal la chanteuse de FAR FROM ALASKA Emmily Barreto, pour une prestation globalement moins enthousiasmante que tout ce que l'on a pu traverser dans ce "Quadra". Le titre, trop "Pop", dénote avec la merveille jusqu'alors proposée.

Des chœurs, des percussions, des claviers, du violon, des guitares, une basse, une batterie et SEPULTURA à la baguette en chef d'orchestre, et vous obtenez déjà l'un des albums de l'année.

En toute sincérité, je pensais que "Machine Messiah" était un "accident" et que SEPULTURA ne pourrait jamais faire aussi bien… Inutile de vous dire que je ramasse encore mes dents et tourne ma langue un paquet de fois avant de la ramener : "Quadra" va encore plus loin, plus fort, plus beau, plus puissant, plus… mature. L'essai est donc transformé. INDÉNIABLEMENT. Retenez le travail d'orfèvre de production et de mixage qui s’apparente à une référence du genre : chaque musicien est totalement fusionné avec les autres au bénéfice du collectif. La paire Paulo/Eloy est d'une efficacité redoutable.
Effarant de travail et d'intelligence, "Quadra" est indéniablement un immense album, qui fera date dans la discographie d'un combo s'apparentant désormais à un sublime phénix…
C'est à ce jour l'album le plus abouti du combo et il envoie un message retentissant à toute la concurrence : il faut compter avec les Brésiliens qui pourront porter et défendre fièrement ce quinzième opus !

SEPULTURA ou l'art de renaître de ses cendres avec une splendeur décuplée…

Note réelle : 4,5/5, arrondi à la supérieure, en toute logique par rapport à l'album précédent.

Les deux folies de l'album : "Guardians Of Earth", "Agony Of Death"

Top : "Isolation", "Means To An End", "The Pentagram", "Autem", "Quadra".

A lire aussi en THRASH METAL par FENRYL :


ANGELUS APATRIDA
Clockwork (2010)
L'Espagne à la présidence de l'Europe...

(+ 1 kro-express)



KREATOR
Enemy Of God Revisited (2006)
Triomphe romain ? Non, Allemand !!


Marquez et partagez




 
   FENRYL

 
  N/A



- Derrick Green (chant)
- Andreas Kisser (guitare)
- Paulo Jr. (basse)
- Eloy Casagrande (batterie)


1. Isolation
2. Means To An End
3. Last Time
4. Capital Enslavement
5. Ali
6. Raging Void
7. Guardians Of Earth
8. The Pentagram
9. Autem
10. Quadra
11. Agony Of Defeat
12. Fear, Pain, Chaos, Suffering



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod