Recherche avancée       Liste groupes



      
MODERN THRASH  |  DVD

Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Ce DVD
 


 

- Style : Eminence
- Membre : Soulfly, Nailbomb, Cavalera Conspiracy, Killer Be Killed
 

 Myspace.com/sepultura (500)
 Site Officiel (233)
 Chaîne Youtube (286)

SEPULTURA - Live In Sao Paulo (2005)
Par POWERSYLV le 30 Janvier 2006          Consultée 7315 fois

Qui ? Quoi ? SEPULTURA, ils existent encore ceux-là ? Bon, je vais pas démarrer cette chronique en faisant mon mauvais esprit. Si je fais preuve d'une telle ironie, c'est pour marquer la déception qui m'habite encore 10 ans après l'écoute de Roots. Effectivement, pour moi, SEPULTURA, c'était avant tout la triplette Schizophrenia/Beneath The Remains/Arise ... Chaos A.D. aussi, même si on pouvait sentir le vent tourner. Mais l'écoute de Roots en cette année 1996 m'avait fait déchanter. Bon, à la longue, je me suis fait à ce disque en me jurant qu'on ne m'y prendrait plus. Et puis quelques semaines après les avoir vus fin à Lille fin 1996, voilà que j'apprend que Max Cavalera est parti. Autant dire qu'en ces années de déceptions (METALLICA, SEPULTURA, suivra PARADISE LOST ...), je me disais que les brésiliens étaient perdus pour la cause. Aussi ai-je délaissé le groupe, leur souhaitant bon vent avec Mr Green pour poursuivre dans la voie de leur hardcore tribal teinté de néo.

Voilà. Etant retourné au pays des chasseurs de dragons, je n'avais daigné poser une oreille sur les albums période Green (je dois dire que SOULFLY a eu le même traitement). Puis voilà qu'on décide en cette fin d'année 2005 de me gratifier de ce joli petit DVD : SEPULTURA - Live In Sao Paulo. Rangeant un temps mes albums de vieux heavy metal, les galettes true metal et autres démons black et death mélodique, je me suis dit : "Pourquoi pas ?" ... en espérant découvrir ce que le groupe du dernier Cavalera Sépulturien (Igor) et de ses sbires étaient devenus et en espérant me remémorer les années de headbanging sur les surpuissants "Beneath The Remains", "Inner Self", "Mass Hypnosis", "Dead Embryonnic Cells" ... j'en passe et des meilleures.

Dans son ensemble, ce DVD est une bonne surprise. Il faut dire qu'on est toujours surpris en bien quand on n'attend pas grand chose d'un DVD et qu'on passe un bon moment. Venons en tout de suite au gros morceau sur le premier DVD : le concert. Un mystérieux gros bonhomme en haut de forme déboule sur scène, rejoint ensuite par de jeunes filles en maillot de bain chatoyant (c'est Alerte à Malibu ou quoi ?). Celui-ci dit quelques mots en portugais pour introduire le groupe. Je ne parle pas portugais mais j'imagine qu'il s'agit d'éloges. Car tout est fait ce soir pour célébrer les 20 ans d'un des groupes brésiliens qui aura exporté le metal de son pays et connu la célébrité partout dans le monde. Qui savait avant SEPULTURA qu'il y avait une tribu d'indiens qui s'appelait les Xavantes hein ? Un grand dessin des 4 musiciens du groupes est par terre, éclairé par les superbes lights. Idem pour le logo en 3 dimensions qui est suspendu au fond de la scène. Après un Carmina Burana (non, ce n'est pas Ozzy), les 4 arrivent sur scène acclamés par leurs fans prêts à en découdre. Le groupe entame « Apes Of God » et c'est parti.

Les 4 membres du groupes sont filmés de façon impeccable tout le long de ce concert, celui que l’on voit le moins étant le bassiste Paulo Jr. La caméra apprivoise donc essentiellement les 3 autres : Derrick Green est impérial et impressionnant (même si j’ai du mal avec ses vocaux lorgnant vers le hardcore), et ses gros yeux blancs qu’on croirait exorbités traduisent la foi qu’il met dans l’interprétation des chansons. Celui-ci joue de la guitare sur « Apes Of God ». J’ai remarqué qu’il aimait bien les petits jumps. A droite, Andreas Kisser headbangue, prenant parfois la parole et toujours maître de sa 6-cordes à qui il infligera les distorsions les plus impitoyables. Enfin Igor Cavalera, toujours imposant derrière ses fûts. Même si je ne suis plus aussi fan du groupe qu’avant, il faut reconnaître que le batteur reste une valeur sûre du genre. Un Igor qui a pris un certain ascendant sur le groupe depuis le départ de son grand frère Max. Malgré tout, c’est un groupe soudé qui joue ici, et le concept de tribu cher à la famille SEPULTURA est toujours vivace, même avec Derrick. Le chanteur adhère d’ailleurs totalement à cette vision comme on pourra le ressentir dans le documentaire sur le deuxième DVD. La set-list est un gros best of, variant les titres de la grande époque et ceux de ces 10 dernières années. Quelle joie de retrouver les « Inner Self », « Beneath The Remains » (ces deux 2 titres sont regroupés dans un mix terrible), « Slave New World », « Propaganda » (terriblement stroboscopique), « Arise », « Refuse/Resist », « Biotech Is Godzilla » et tant d’autres … même si la voix est pour ma part plus difficile à apprécier que celle de Max et si le son aurait pu être meilleur. En tous cas le public présent ce soir là apprécie à fond la soirée, un terrible mosh-pit se mettant en place dans les moments les plus chauds. De plus, les titres sont joués de façon très rapide, autant dire que ça part dans tous les sens. Gros effet rouleau compresseur.

A côté de tout ces moments de bravoure, il y a des morceaux de l’époque Green. Des titres qui mélangent le relativement bon et efficace (« Choke », « Mindwar ») et d’autres qui sont carrément à jeter, surtout l’immonde « Black Steel In Hour Of Chaos » et le pitoyable et bruyant « Reza » (introduit par le riff de « Black Sabbath »), trop core à mon goût. Sur le premier interviennent un gros rappeur black (Be Negao) et un DJ, sur le second un gros hardcoreux qui n’est pas le cousin de Billy Milano (S.O.D.) mais le chanteur Joao Gordo (RATOS DE PORAO), ami de longue date du groupe. Celui-ci ne génère des onomatopées agressives plus qu’il ne chante réellement, avec une voix insupportable. Le bonhomme restera là pour faire son con sur « Biotech Is Godzilla », morceau carton entrecoupé de manière sympathique par le riff de « Dazed And Confused » (LED ZEPPELIN), preuve que malgré son virage plus core, SEPU n’a pas oublié ce qu’il devait au hard rock et au heavy metal. En parlant d’invités, on notera aussi et surtout la prestation de Jairo « Tormentor » Guedes, le premier guitariste de SEPULTURA (le EP Bestial Devastation (1985) et l’album Morbid Visions (1986)) sur un « Troops Of Doom » vorace et un « Necromancer » très death metal. « Necromancer » sur lequel viendra également un autre guest, un ami du groupe là aussi puisqu’il s’agit d’Alex Kolesne, ci-devant chanteur-hurleur des terribles death metalleux de KRISIUN. Cataclysmique ! Passons également par la reprise de U2 « Bullet The Blue Sky » que je trouve sympa, et une fin enthousiaste sur un « Roots Bloody Roots » des familles. Sur ce premier DVD, on trouve également un making of de 11 minutes sur les préparatifs, avec les interventions des musiciens, de gens du staff, de fans plutôt sympathiques ...

Le deuxième DVD est un poil plus dispensable, surtout la galerie photo un peu bateau, les paramétrages et une biographie écrite par le président du fan club brésilien (si vous ne connaissez ni le portugais ni l’anglais vous êtes dans la merde), et 3 clips qui auront été archi-vus par les fans. On a 3 titres live issus d’autres performances qui peuvent éventuellement compléter le gig anniversaire. Mais ce qui ravira les fans en plus du concert, c’est un petit documentaire de 24 minutes (évoqué plus haut) réalisé par Derrick Green en personne, qui porte l’accent sur SEPULTURA depuis son arrivée au sein du gang. 24 minutes de sincérité avec les commentaires de Green, des images des membres du groupe (Paulo qui fait le con, Igor et sa fille …), des shoots de studio et sur scène de part le monde, j’en passe et des meilleures.

Live In Sao Paulo ravira sans nul doute les fans de la tribu brésilienne. Les autres regarderont avec plus ou moins de plaisir et d’intérêt et les anciens adeptes vibreront avec émotion sur les anciens classiques du combo de la période pré-Roots, car au niveau de la scène le groupe est impeccable. Et on se souviendra alors de l’époque glorieuse des années 1988-1995 où SEPULTURA avait l'audace de faire jeu égal avec SLAYER et compagnie. Bien que sa réalisation soit excellente (moins au niveau du son), je ne sais pas si ce DVD donnera néanmoins envie à ses anciens fans dont je suis de remettre de couvert et d’investiguer davantage les productions de ces 10 dernières années … ni des 10 suivantes.

A lire aussi en THRASH METAL par POWERSYLV :


SEPULTURA
Dante Xxi (2006)
La bande son de la Divine Comédie de Dante par SEP

(+ 2 kros-express)



EXODUS
The Atrocity Exhibition (exhibit A) (2007)
C'est dans les vieux pots ... etc ...etc ...

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez




 
   POWERSYLV

 
  N/A



- Derrick Green (chant)
- Andreas Kisser (guitare)
- Paulo Jr. (basse)
- Igor Cavalera (batterie)


1. Apes Of God
2. Slave New World
3. Propaganda
4. Attitude
5. Choke
6. Inner Self / Beneath The Remains
7. Escape To The Void
8. Mindwar
9. Troops Of Doom
10. Necromancer
11. Sepulnation
12. Refuse/ Resist
13. Territory
14. Bullet The Blue Sky
15. Reza
16. Biotech Is Godzilla
17. Black Steel In The Hour Of Chaos
18. Arise / Dead Embryonic Cells
19. Come Back Alive
20. Roots Bloody Roots
21. Bullet The Blue Sky
22. Black Steel In The Hour Of Chaos
23. Roots Bloody Roots



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod