Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL GOTHIQUE  |  STUDIO

Commentaires (14)
Questions / Réponses (4 / 17)
Metalhit
Lexique metal gothique
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : My Dying Bride, Anathema, Madrigal, Orphaned Land, Empire Drowns, Amorphis
- Membre : Cradle Of Filth
 

 Site Officiel (357)
 Myspace (340)

PARADISE LOST - In Requiem (2007)
Par DARK BEAGLE le 11 Février 2018          Consultée 143 fois

Cette fois-ci, PARADISE LOST franchit le pas. Il se décide à regarder dans le rétroviseur et ce qu’il voit semble lui plaire et se laisse emporter par une vague nostalgique. Cela se traduit tout d’abord par des guitares plus dures, plus abruptes, qui font passer celles présentes sur l’album éponyme pour une rébellion adolescente, destinée à échouer de toute manière. Ensuite, Nick Holmes revient à un chant plus rocailleux par moments, sans pour autant aller dans les growls dont il nous gratifie aujourd’hui. "In Requiem" porte le nom d’une mise en bière toutefois.

Celle du PARADISE LOST qui s’était révolutionné, celui de "One Second" et de "Host", même si on y retrouve toujours des traces, présentes notamment au travers du chant, quand ce dernier est clair. Sinon, les petites mélodies qui savaient se montrer agaçantes tant elles semblaient omniprésentes se font plus rares, elles laissent place à des murs de riffs solides, qui se travestissent d’un petit côté Doom par moments, même si souvent le groupe aime se montrer plus virulent, plus rapide, avec des relents plus gothiques ("Fallen Children", avec son solo très NWOBHM).

On se rapproche peu à peu de l’esprit de "Icon" ou de "Draconian Times", mais sans se l’approprier totalement. À dire vrai, PARADISE LOST aurait pu sortir ce disque à la suite de "Draconian Times" sans rougir ni choquer tant il semble faire le trait d’union entre ce dernier et "One Second" ("Beneath Black Skies" et son chant trafiqué). Et malgré tout, difficile d’être pleinement satisfait de ce disque, qui ne fait que ressasser le souvenir d’une époque dorée sans parvenir à l’égaler.

Si la première partie de l’album s’avère la plus réussie ("Never For The Damned" fait carrément illusion, dommage que la suite calme un peu le jeu), en posant une ambiance funeste ("Praised Lamented Shade", Requiem), la suite s’avère plus facile d’accès, comme si le groupe avait enclenché le pilotage automatique jusqu’à un "Your Own Reality" plus orchestral, qui plomberait définitivement le moral de Bertrand Labévue.

"In Requiem" est donc un album en demi-teinte, mais de meilleure facture que l’éponyme qui ne faisait qu’effleurer ce que PARADISE LOST a cherché à faire ici. À présent, le groupe est prêt à faire demi-tour et à retrouver des sonorités qui sont plus proches de ses racines Doom, mais celui-ci ne remplit pas encore tout à fait le cahier des charges. Il lui-même encore un petit quelque chose pour être un très bon disque de PARADISE LOST.

A lire aussi en METAL GOTHIQUE par DARK BEAGLE :


LACRIMOSA
Stille (1997)
Dans l'âge d'or




LACRIMOSA
Testimonium (2017)
Testis est missi mortem


Marquez et partagez





Par POWERSYLV



Par MEFISTO



Par KARL VON KARL




 
   POSSOPO

 
   DARK BEAGLE
   KARL VON KARL
   MEFISTO

 
   (4 chroniques)



- Nick Holmes (chant)
- Gregor Mackintosh (guitare solo, claviers)
- Aaron Aedy (guitare rythmique)
- Stephen Edmondson (basse)
- Jeff Singer (batterie)


1. Never For The Damned
2. Ash & Debris
3. The Enemy
4. Praise Lamented Shade
5. Requiem
6. Unreachable
7. Prelude To Descent
8. Fallen Children
9. Beneath Black Skies
10. Sedative God
11. Your Own Reality



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod