Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL GOTHIQUE  |  TRIBUTE

Commentaires (2)
Lexique metal gothique
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : My Dying Bride, Anathema, Madrigal, Orphaned Land, Empire Drowns, Amorphis
- Membre : Cradle Of Filth
 

 Site Officiel (345)
 Myspace (326)

PARADISE LOST - As We Die For... Paradise Lost (1998)
Par JULIEN le 7 Novembre 2003          Consultée 4928 fois

Qu'est-ce que cet objet ? Mais un Tribute à PARADISE LOST, pardi ! Un hommage entièrement concocté par des groupes signés sur le prestigieux et atypique label français Holy Records, spécialiste ès esthétisme et originalité dans le cadre du Metal extrême. Bien que je n'apprécie guère cette façon de chroniquer, il me semble qu'un titre à titre s'avère ici la solution la plus judicieuse et ludique. Mon travail n'en sera que facilité, et votre lecture moins laborieuse, chers visiteurs ! Alors en avant !

"Say Just Words" - GLOOMY GRIM : Une reprise d'un single de l'album qui lança la controverse ("One Second"), respectueuse de l'architecture de l'original, le dialogue entre la voix grimaçante d'Agathon et la diction froide de la peu accorte Whisper en sus. Les guitares se la jouent tordues et distordues, pour un résultat plutôt sympathique mais pas transcendant, marqué par la griffe synthétique et carnavalesque morbide de GLOOMY GRIM.

"Mercy" - ORPHANED LAND : Ca c'est de la reprise originale, qui nous cueille avec surprise ! ORPHANED LAND, groupe israélien (si si!) de Thrash-Death oriental mystique (puisqu'on vous le dit!), orne ce deuxième morceau extrait de "One Second" de l'exotisme d'instruments traditionnels, de choeurs féminins orientaux, de percussions colorées et de chants trafiqués ! Une boîte à rythme incongrue vient même s’associer à cette joyeuse pagaille, et accroît le côté un peu fou de la démonstration. Une reprise fantastique, à saluer vivement. Quel exemple !

"The Last Time" - SEPTIC FLESH : Assez fidèle à l'original (sur "Draconian Times") pour ce qui est de la construction, cette reprise met en avant des traits plus gothiques que sur la version de PARADISE LOST. Le travail de SEPTIC FLESH gomme le caractère colérique et acéré initial pour adopter, à la place, une panoplie plus rêveuse, le chant clair de Sotiris aidant. Belle ré-appropriation.

"Forever (Shattered) Failure" - MISANTHROPE : Un excellent medley de deux morceaux, qui maintient la douleur des compositions séminales. Très belle reprise, originale (le texte adapté en français, et déclamé par un SAS toujours aussi passionné) et pertinemment agrémentée d'un piano qui déclenche une pluie de notes tristes sur l'ouvrage.

"True Belief" - ON THORNS I LAY : Etonnante relecture d'un classique de "Icon", dépouillé de tout apparat lugubre. Les percussions et les voies féminines aériennes et aguicheuses parachèvent une certaine impression de quiétude. Seule la grosse voix Death surprend un peu par sa grossièreté, face au chant plutôt angélique de Gorgia (la belle et la bête, un grand classique...).

"Embers Fire" - LEGENDA : Ouh, quelle agressivité ! LEGENDA, pourtant réputé pour son Doom très atmosphérique et emphatique, se livre ici à un exercice de radicalisation d'une composition de "Icon", à la base lente et majestueuse. On navigue plutôt ici dans une violence Death mélodique nourrie de l'excellence du riff original. Remarquable et inattendu pour LEGENDA, cette reprise se laisse déguster avec un sourire sadique aux lèvres...

"As I Die" - ARGILE : Une vision luxuriante et encore plus profonde que celle de l'original disponible sur "Shades Of Gods", « Le » tube de PARADISE LOST que le groupe n'a pas le droit de ne pas jouer en concert ! Avec ses choeurs vaporeux et ses arrangements brumeux qui caressent un décor Gothique onirique et très évocateur, ARGILE nous offre ici une superbe plongée dans les abîmes de la mélancolie. Une pleine réussite.

"Gothic" - GODSEND : Alors là, on va faire court : reprise 100 % conservatrice, tellement proche de l'original qu'on croirait un calque. Inintéressant. Pouah !

"The Painless" - STILLE VOLK : PARADISE LOST façon folklorique pyrénéen élitiste ! Qui l'eut cru ? Mêmes les textes sont passés à la moulinette française de ce groupe hors normes, qui s'inspire ici de son héritage musical culturel pour en imbiber ce titre issu de "Gothic". Ca surprend, mais c'est vraiment réussi. Méconnaissable !

"Eternal" - YEARNING : Alors spécialiste d'un Doom plutôt technique, triste et accablant, YEARNING est à sa place sur ce tribute ! Surtout quand il reprend un titre de "Gothic" ! Chant plaintif et solennel, ambiance plus poignante et éthérée, "Eternal" s'offre une garde robe tragique étoffée, mais le jeu outrancier et excessivement compliqué du batteur aurait pu se laisser tenter par un soupçon de modestie... rien de grave cependant, ça reste intéressant et bien fait.

"Lost Paradise" - NIGHTFALL : Quelle surprise que cette programmation électronique très aqueuse et apaisante de NIGHTFALL, qui se plaçait à ses débuts sous le signe du bon gros Death avec ascendant guerrier ! Du Death à l'électronique... Tiens, mais ça me rappelle un certain groupe anglais, ça... Bref, voilà une version futuriste un peu déconcertante mais inspirée, et finalement très agréable. Une reprise différente, à base de samplers imagés et de voix féminines pleines de caractère.

"Rotting Misery" - SUP : Fidèle à sa personnalité atypique et avant-gardiste, SUP triture le Death initial de "Rotting Misery" en le transfigurant dans cette adaptation électronique très libre et assez franchement glauque. Il est d'ailleurs étonnant de constater que ce sont les deux morceaux tirés du premier album de PARADISE LOST ("Lost Paradise" et "Rotting Misery"), le plus cru et massivement Death d'entre tous, qui subissent ici les traitements les plus risqués et osés ! Un comble !

Voilà pour une visite guidée au détour de ces douze reprises. La plupart d'entre elles sont de jolies réussites, quelques unes s'avérant carrément géniales. Et la majorité manifeste une volonté évidente de signifier à PARADISE LOST la qualité de sa musique, capable de survivre à tous les sévices musicaux imaginables sans que jamais le résultat ne sonne faux. C'est là finalement la plus grande leçon à tirer de ce tribute : capable de susciter les paris les plus fous et de stimuler librement l'imagination de tous (ou presque...), la création de PARADISE LOST gagne, au terme de cette épreuve révélatrice, ses galons d'héritage musical conséquent pour les générations métalliques à venir.

Quoi qu'il en soit, ce tribute est un véritable plaisir. Doté d'une âme véritable, présenté dans un somptueux digipack et accompagné d'un livret très détaillé, bourré de reproductions d'articles consacrés à PARADISE LOST (histoire de signifier l'impact majeur de ce groupe sur le monde Metal), ce "As We Die For... PARADISE LOST" pourrait bien vous réconcilier (temporairement) avec les tributes, par l'indéniable soin apporté à sa réalisation, et l'audace indéniable qui commande nombre de ces reprises. Ce n'est pas si souvent que l'on peut se frotter avec un tel produit de qualité, loin des sombres arnaques habituelles. Bel exemple, Monsieur Holy Records ! Et beau catalogue !

A lire aussi en METAL GOTHIQUE :


PARADISE LOST
Draconian Times (1995)
L'aboutissement d'une carrière.

(+ 1 kro-express)



DOMINIA
Stabat Mater (2017)
Affliction


Marquez et partagez




 
   JULIEN

 
  N/A



- Voir Les Groupes Concernés !


1. Voir Chronique !



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod