Recherche avancée       Liste groupes



      
DOOM CLASSIEUX  |  STUDIO

Commentaires (13)
Questions / Réponses (1 / 2)
Metalhit
Lexique doom metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : My Dying Bride, Anathema, Madrigal, Orphaned Land, Empire Drowns, Amorphis
- Membre : Cradle Of Filth
 

 Site Officiel (343)
 Myspace (322)

PARADISE LOST - Tragic Idol (2012)
Par ENENRA le 3 Juillet 2012          Consultée 6779 fois

"Dieu, pardonne-moi, j'ai pêché. J'apprécie grandement le dernier PARADISE LOST : "Tragic Idol". J'ai honte, oh oui j'ai honte... Passer de PENTAGRAM à TROUBLE n'a encore tué personne mais lorsque ce TROUBLE se voit remplacer par le PARADISE LOST nouvelle mouture, celle existante depuis 2007 avec "In Requiem", je ne peux m'empêcher de rougir. Mon poil s'hérisse, je suis un hérétique, un traitre à la couronne, un ennemi du Roi !

Pardonne-moi. Il faut quand même avouer qu'ils gèrent bien leur coup les British d'Halifax. Écoute donc cette prod' en béton, ces riffs majestueux à travers lesquels quelques notes pleurent, coulent, roulent, s'écoulent, perlent... je n'ai plus de mots, c'est beau ("Solitary One"). Le groupe n'a pas perdu sa science du riff sombre mais taillé avec la plus grande finesse dans l'ébène le plus rare des bois les plus reculés, allant puiser la sève de chaque note tournoyante au fond de leur cœur. Les guitares livrent ainsi une musique grandiloquente, avec tout le côté pompeux que cela implique, certes, mais chargée en émotion. Une émotion brute et implacable car peu de feeling ne ressort de la musique du groupe, l'ambiance est froide et chaque note claque dans l'air incroyablement pur et sec.

PARADISE LOST allie l'obscurité de riffs plombés, soutenus par une partie rythmique assez timide, aux virevoltes de la guitare lead toujours très en avant et qui ne relâche jamais la pression, envoyant des myriades de notes à chaque titres, pas de jaloux. L'auditeur en quête d'arabesques aiguës ne sera pas déçu. Faut dire que le combo a 24 années d'existence et sait à présent manier un tant soit peu ses engins. Un groupe soudé et qui assume son évolution musicale puisque le seul poste ayant posé quelques soucis fut celui du batteur, les autres membres sont ceux d'origine. On sent une réelle cohésion dans ce "Tragic Idol", et surtout entre les deux gratteux Mackintosh, le lead, et Aedy, le rythmique. Un travail d'orfèvre, les notes se répondent, s'intriquent puis se détachent pour mieux se superposer. Mackintosh prend en effet un malin plaisir à faire danser ses petites mélodies sur les rythmes appuyés et les solides bases montées d'une main de maître par son compagnon. On regrettera la quasi absence de la partie rythmique, bien trop en retrait. Et sur cet amas de notes qui fusent en direction des cieux puis plongent vers les ténèbres, la voix de Nick Holmes reste fidèle à elle-même, puissante, claire, quoique parfois plus profonde ("Tragic Idol", "Worth Fighting For"), aux accents tragiques, graves, tout en gardant ce courage et cet affront marqués dans sa façon de déclamer ses textes.

Comment résister à un album si homogène en terme de qualité. PARADISE LOST nous propose ici un disque aux multiples ornementations. Il y a plus à écouter qu'on ne pourrait le croire lors du premier contact, c'est là le piège, la pomme tendue par le serpent. Il suffit de donner sa chance au groupe quelques temps et nous voilà donc conquis. C'est bien simple, aucune chanson de ne fait tache, rien n'est en deçà ou juste "passable". Le groupe aiguise ses riffs, peaufine ses titres, les enrichie, les lustre, les cire. Rien ne déborde sur cet album, pas un pet de travers, c'est majestueux, impérial. Je t'en supplie, mon père, pardonne-moi".

Vous me direz que c'est bien gentil tout ça mais pourquoi je fais pas péter le 5/5 et la Sélection après tant de compliments et de termes enjôleurs, mortechibre ! Je dois avouer que le Doom des derniers PARADISE LOST n'est pas celui qui me fait le plus vibrer. Certes certains morceaux sont vraiment intenses et m'emportent (au hasard la super chiadée "The Glorious End" ou le hit riffesque "Crucify"), mais globalement, et sans vouloir faire mon insupportable "true", les prod' huilées dans le Doom (comme dans beaucoup d'autres styles) avec rien qui dépassent et tout qui brille, j'ai beaucoup de mal. Cependant (!) si vous êtes un fan des deux derniers albums de PARADISE LOST, alors, compagnons, vous ne faites pas fausse route ! Courez écouter ce dernier méfait des Anglais, si ce n'est pas déjà fait, cette chronique arrivant un peu en retard, je le concède. C'est de la bonne mes ami(e)s !

For a glory ascends, surround us. For a glory ascends, devours us.

A lire aussi en DOOM METAL par ENENRA :


SUBROSA
More Constant Than The Gods (2013)
Dream Doom




UNCLE ACID & THE DEADBEATS
Blood Lust (2011)
Vintage 'n' groove


Marquez et partagez




 
   ENENRA

 
  N/A



- Nick Holmes (chant)
- Gregor Mackintosh (guitare)
- Aaron Aedy (guitare)
- Adrian Erlandsson (batterie)
- Stephen Edmondson (basse)


1. Solitary One
2. Crucify
3. Fear Of Impending Hell
4. Honesty In Death
5. Theories From Another World
6. In This We Dwell
7. To The Darkness
8. Tragic Idol
9. Worth Fighting For
10. The Glorious End



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod