Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PSYCHéDéLIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Arcturus, BØrknÅgar, Aura Noir, Mysticum

ULVER - Childhood's End - Lost And Found From The Age Of Aquarius (2012)
Par POSITRON le 13 Mars 2017          Consultée 139 fois

"Childhood's End" représente pour moi une énigme. Non pas par son contenu qui s'apprivoise assez vite mais par sa qualité. Si je revendique ma subjectivité comme irrémédiable et d'ailleurs désirable, je ne peux m'empêcher de me demander: "Et si j'avais tort ?".

C'est bien facile de toiser les obsédés des BEATLES ou de DEVIN TOWNSEND d'un air narquois, tout en arborant fièrement mon "Pet Sounds" – bien évidemment "objectivement" meilleur – pour contrer les premiers, mais ne suis-je pas (presque) aussi fanatique qu'eux ? Est-ce réellement pensable de sortir après 19 ans de carrière un album :
a/ De reprises (le traquenard par excellence)
b/ D'un genre jamais exploité par le groupe
Et pourtant aussi bon ?

Est-ce mon ignorance du psychédélisme des années 60, dont ULVER s'offre un petit mélange pop, rock et folk ? Pourtant THE BYRDS, JEFFERSON AIRPLAINE, THE 13TH FLOOR ELEVATORS, THE UNITED STATES OF AMERICA je connais, et puis quelques autres aussi...

Et peut-être que que je n'ai pas tort, peut-être que "Childhood's End" est réellement une porte d'entrée fabuleuse, à la fois excroissance de la compilation "Nuggets"(*), où l'on retrouvera la plupart des artistes repris, ainsi sa remise au goût du jour. Pour les moins aguerris aux sonorités du garage/psyché des années 60, le son est ici bêtement parfait, les musiciens bêtement talentueux, Rygg... bon vous avez compris.

"Childhood's End" est une énigme par la valse sans fin de ses titres se révélant après les autres, attirant chacun leur tour l'attention ainsi que les faveurs, malgré un cœur de disque (de "Can You Travel In The Dark Alone" jusqu'à "Magic Hollow") encore meilleur que le reste. C'est une énigme impénétrable à la raison, car le cœur en trouve bien aisément la réponse : l'écouter encore une fois.

"Childhood's End" est une occasion supplémentaire de savourer la maîtrise indécente d'ULVER et la voix de son leader, une occasion d'embarquer pour un voyage rafraîchissant, acidulé, ensoleillé, serein.

_________

(*) http://fp.nightfall.fr/index_4606_nuggets-original-artyfacts-from-the-first-psychedelic-era.html

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF :


Arjen Anthony LUCASSEN
Lost In The New Real (2012)
Enfin l'album solo

(+ 1 kro-express)



TRANSATLANTIC
Live In Europe (2003)
All star prog


Marquez et partagez




 
   PERE FRANSOUA

 
   POSITRON

 
   (2 chroniques)



- Kristoffer Rygg (chant, programmation)
- Tore Ylwizaker (programmation)
- Jørn H. Sværen (programmation)
- Daniel O'sullivan (guitare, piano)
- Guest/session
- Tomas Pettersen Drums (batterie)
- Lars Pedersen (batterie)
- Espen Jørgensen (guitares)
- Mats Engen (basse)


1. Bracelets Of Fingers (the Pretty Things)
2. Everybody's Been Burned (the Byrds)
3. The Trap (bonniwell's Music Machine)
4. In The Past (the Chocolate Watchband)
5. Today (jefferson Airplane)
6. Can You Travel In The Dark Alone (gandalf)
7. I Had Too Much To Dream (last Night) (the Electric
8. Street Song (13th Floor Elevators)
9. 66-5-4-3-2-1 (the Troggs)
10. Dark Is The Bark (the Left Banke)
11. Magic Hollow (the Beau Brummels)
12. Soon There Will Be Thunder (common People)
13. Velvet Sunsets (music Emporium)
14. Lament Of The Astral Cowboy (curt Boettcher)
15. I Can See The Light (les Fleur De Lys)
16. Where Is Yesterday (the United States Of America)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod