Recherche avancée       Liste groupes



      
MATH PROG DJENT ROCK  |  E.P

L' auteur
Acheter Cet E.P
 



PLINI - Sweet Nothings (2013)
Par POSITRON le 12 Février 2017          Consultée 645 fois

Salut à toi "Petit Rien", vaniteux rayon de soleil perçant timidement l'air froid et humide. Brave jusque dans ton orgueil, c'est l'hiver tout entier que tu affrontes pour me demander avec ta moue enjôleuse que je rédige ton petit Curriculum Vitae pour tes entretiens d'embauche métalliques, tes lettres de noblesse pour te démarquer au milieu du Tiers Etat des guitaristes – 97–98 % de la population sous l'Ancien Régime. Petit rayon de soleil chargé d'été, de féerie et de naïveté, si charmant, si aimable, je t'ai si longtemps délaissé mon tout petit ami, comment pourrais-je te refuser cela ?

PLINI, mi-projet solo du guitariste et leader éponyme et mi vrai-groupe (des signes contradictoires ne me permettant pas de trancher) est Australien et fait partie d'une génération d'artistes métallurgistes créés dans des chambres et révélés via Bandcamp. "Métal" ? Déjà le doute s'installe car un rapide coup d’œil à la section genre révélera l'absence du terme, certes à moitié caché dans Djent mais contrebalancé par "Rock". Foutre mais qu'est-ce donc que cette connerie sur mon site de Heavy-Thrash ?

Expliquons nous : PLINI est un des représentant de la vague de Metal Progressif(*) développée sous influence du Djent, en la mélangeant en proportions variables avec du Math Rock, du Metal Progressif, du Jazz Fusion de guitariste moderne dans un emballage se voulant fun, insouciant, naïf, si ce n'est pas joyeux. Je ne sais pas trop m'y repérer mais je peux au moins vous citer CHON ce qui me permet de rajouter un autre qualificatif bien croustillant récupéré à propos de ce dernier : "Technical Pop". De grâce, des genres et des étiquettes on ne se sort plus.

Entièrement instrumental et mené par un guitariste, il serait facile de classer "Sweet Nothings" dans la catégorie des "Disques de guitare" dont nos super-héros virtuoses de la guitare nous inondent les oreilles. PLINI cependant se détache de ceux-ci, et s'il faut le rattacher à un guitar hero, ce serait à GUTHRIE GOVAN, tant par le jeu de guitare que par l'écriture en général. L'album "Erotic Cakes" de ce dernier vous est vivement conseillé si vous désirez vous envoyer un disque de guitare s'éloignant des éternels YNGWIE-VAI-SATCHY-BUCKET-etc.

Mais alors si PLINI fait partie d'une vague de Metal Prog, pourquoi "Rock" ? Parce que cet EP un peu spécial délaisse quasiment entièrement une facette Metal – qui n'a jamais été du reste lourdement appuyée – pour se concentrer sur le reste : voir les deux paragraphes précédents. Le reste c'est donc un "disque de guitare" qui ne sonne pas comme un "disque de guitare", au son certes dominé par le lead délicatement saturé et la rythmique en son clair, mais rehaussé pourtant de divers synthétiseurs discrets, quelques notes de piano et d'un ensemble artificiel de cordes si sucré et mielleux que j'en ai pris quinze kilos direct dans la ceinture abdominale. Tristesse.

Et pourtant malgré sa teneur élevée en sucre, PLINI n'est jamais bourratif car il sait rester léger, aérien et parfois même un peu spatial. Excellent élève il sait quand démontrer sa technique – banalement exemplaire – sur chaque instrument et quand se montrer discret, ingénu et calme. Primesautier, galopin, maniant guilleret son arsenal rythmique Math-JazzFusion-DjenTruc, PLINI connaît la capacité d'accroche de ces grooves déployés ici sans l'agressivité toute relative du Djent(**), rôle partagé avec quelques hook presque pop témoignant d'un sens mélodique certain et d'une aisance guitaristique dans la simplicité comme dans la démonstration.

Cassons un peu vos couilles sur un détail en guise de conclusion : l'écoute répétée de "Sweet Nothings" m’évoque la différence entre la joie et le bonheur. La joie et ses cavalcades en majeur est une exaltation soudaine, un transport passager de l'âme. Le bonheur est sa version tranquille et durable, insouciante et sereine, c'est l'atteinte de l'ataraxie, c'est la sagesse des petits riens. Il y a tant de power metal chroniqué sur ce site que ne pourrais me prononcer quant à la joie, mais ce que je peux vous dire, c'est que le "Petits Riens" de PLINI est sans nul doute de l'un des rayons de soleil les plus heureux chroniqués sur ce site.

Il est de surcroît remarquablement bon à l'être, et sa lumière vous est chaudement recommandée.

_______________

(*) Je ne remettrais pas la définition de "Progressif" aujourd'hui parce que j'écoute le disque en écrivant et que c'est la bande-son parfaite pour ne pas être un chieur.
(**) Je pense ici à des gentils comme PERIPHERY et non pas à des méchants MESHUGGAH ou à VILDHJARTA, baissez vos liens youtube menaçants, vipères.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF :


ARAGON
Mouse (1995)
Chef d'oeuvre de rock progressif




ARRAKEEN
Mosaïque (1992)
Rock/metal prog


Marquez et partagez




 
   POSITRON

 
  N/A



- Plini (tout sauf)
- Piotrek 'gru' Gruszka (dernier solo sur 4)
- Stephen Taranto (dernier solo sur 3)
- Luke Martin (piano sur 4)


1. Opening
2. Tarred & Feathered
3. Away
4. Sweet Nothings



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod