Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK PSYCHÉ  |  STUDIO

Commentaires (5)
Metalhit
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Voluptas, Ihsahn, Windir, Primordial, Bathory, Negurà Bunget, A Forest Of Stars, NaÐra
- Membre : SkuggsjÁ, Tartaros, Blood Red Throne, Gehenna, Aura Noir, BØrknÅgar, Audrey Horne, Demonaz, Trinacria, God Seed, Ov Hell, Red Harvest, Evig Natt, Thundra, Emperor
 

 Site Officiel (804)
 Page Myspace (328)

ENSLAVED - Axioma Ethica Odini (2010)
Par MEFISTO le 4 Octobre 2010          Consultée 9093 fois

L'heure est à la réconciliation.

ENSLAVED a retrouvé son chemin dans la tempête musicale qu'il a lui-même créée en 2000. Depuis ce temps, il tire à droite et à gauche, tentant de pousser ses racines vikings à l'extrême, utilisant la folie du psychédélisme et la violence brute du black pour y parvenir. Ces trois éléments n'étant pas toujours en accord, souvent mal dosés, on a pu collectionner une série d'excellents disques, d'autres plus douteux, contaminés de morceaux frisant l'expérimentation ou la pop metal, deux opposés que les Norvégiens ont touchés sans s'y attarder comme bien des formations médiocres s'attachant à un point d'ancrage facile d'accès pour s'empoisonner. ENSLAVED aurait pu devenir viking vêtu de fluo ou viking noir et complètement impossible à comprendre. Or, grâce à son génie si souvent loué, il aura pêché le meilleur poisson dans chaque lac que son vaisseau aura sillonné pour confectionner une bouillie unique, carrée, mais si difforme à la fois. ENSLAVED est complexe, c'est pour cela qu'il figure parmi les incontournables de la Norvège et du metal extrême en général.

Oui, la réconciliation est arrivée. Et pas juste avec les fans, avec lui-même. Et c'est ce qui compte. "Axioma Ethica Odini" est la synthèse des dix dernières années d'ENSLAVED, un rideau sur une décennie riche en rebondissements et, espérons-le, un tremplin vers l'avenir. Car comme avancerait l'autre, « ENSLAVED a encore beaucoup de choses à dire ». J'ajouterais : à inventer pour fasciner. Disons qu'avec un line-up stable depuis 2004 et un noyau solide formé d’Ivar et Grutle (ils ont fondé l'entité alors qu'ils étaient âgés de 13 et 17 ans !), ça aide…

Mais commençons d'abord par le négatif, réglons ce menu détail avant de s'engouffrer dans le délire du quintette. Même si la réconciliation est quasi complète, les Norvégiens ne pouvaient pas s'empêcher de foutre quelques touches de prog' des années 70 (dont sur "Night Sight", heureusement lézardée de coups de marteau viking mélodique à la sauce heavy), question de convier la poussière à ce « conventum musical », les 70's ayant ponctué leur ascension qu'on le veuille ou non. Inutile de dire que je leur en tenais rigueur depuis "Vertebrae", album record de l'inégalité avec deux excellentes chansons lourdes aux riffs mémorables ("New Dawn", "The Watcher") et six autres à mi-chemin entre le rock psyché et le prog'.

Non vraiment, je suis content qu'ENSLAVED ait rangé ses instruments en carton et se soit rappelé avec "AEO", que c'est lorsqu'il alourdit le climat (la « sludgienne » et horrifique "Giants", ma préférée, l'entraînante "Raidho" et son tandem guitare/clavier beau à pleurer, la versatile "The Beacon") qu'il est à son meilleur. Sans oublier son inclination pour les pièces épiques et planantes ("Ethica Odini" et ses grattes aériennes et organiques, la « lumineuse » "Lightening") où des murmures fantomatiques et des chœurs réels ou dessinés au clavier s'invitent. Il ose même rajouter une instrumentale au clavier spatial en plein milieu du festin, avec "Axioma", leur première intermède depuis longtemps !

Le talent d'ENSLAVED se traduit de nombreuses façons, vous le savez. On a chacun nos coups de cœur. Moi, sur "AEO", c'est sa facilité qu'il a de passer rapidement d'un riff plat de départ qui n'augure rien de bon (vous savez, ce genre de riff qui vous donne envie de changer de plage au bout de cinq secondes) comme celui de "Raidho", à une débâcle mélodique surchargée en intensité se terminant en un crescendo frissonnant. De plus, à l'instar de groupes comme DIMMU BORGIR, la cohabitation des chants gras (celui de Grutle est reconnaissable entre mille) et clair (ici, sous la responsabilité du claviériste/« mellotronniste » Herbrand Larsen), enrichit dignement les compos. Larsen intervient souvent en fin de morceau pour accentuer les émotions et vider l'entonnoir d'un grand coup sec ("Raidho", "Ethica Odini", "Lightening") ce qui, pour l'auditeur, est l'équivalent de recevoir double dose de grêle en pleine poire. Effet garanti, comme un soleil s'éloignant des nuages.

Mais ENSLAVED n'arrive pas toujours à ensorceler, des pièces comme "Waruun" ou "Singular" tournent un peu en rond et pourraient être qualifiées de « passables ». Or, « passable » chez ENSLAVED est souvent « excellent » chez d'autres, donc elles offrent tout de même de brillants moments ! Faut dire qu'avec des plages de près de 7 minutes en moyenne, ENSLAVED se donne une marge de manœuvre… Et avouons que certaines pistes auraient pu être étêtées d'une bonne minute, comme "Ethica", qui se répète un brin.

Malgré cela, on parle d'un groupe majeur, pas de chétives excroissances en cuir aux aptitudes limitées. ENSLAVED, c'est le Grand Nord dans toute sa splendeur, la mythologie racontée sans que ça paraisse, tellement la musique transcende les textes couramment banals. Une musique dépaysante qui frappe en plein cœur (les atmosphères chargées de "Ethica Odini", "Giants" et "Lightening" en tête de liste) et qui s'éloigne ici un peu plus du psychédélisme rustique pour déployer une grâce et un muscle bien entraînés. L'agilité du guerrier à trancher des têtes et son humanité à se recueillir après une bataille.

"Axioma Ethica Odini" est le meilleur album d'ENSLAVED depuis "Isa", rien de moins. Il est le conventum idéal, contenant quelques semences complexifiées d'un "Mardraum", des jams foutraques à la "Below The Lights" et des mélodies épiques à la "Isa". "Ruun" et "Vertebrae" sont sous-représentés et c'est tant mieux, bien que plusieurs de mes pièces favorites du groupe émanent de ces deux albums. Or, je préfère un disque en unité que quelques hits parmi des cellules mortes.

ENSLAVED a déjà sa place au Panthéon et, ad vitam, captivera les différentes générations de métalleux ayant grandi ou non en sa compagnie.

A lire aussi en BLACK METAL par MEFISTO :


WEAPON
From The Devil's Tomb (2010)
Si tous les groupes de Black faisaient ça...




BLUT AUS NORD
What Once Was… Liber I (2010)
Nouvelles aventures d'un épouvantable bourreau


Marquez et partagez





Par MEFISTO




 
   MEFISTO

 
  N/A



- Grutle Kjellson (chant, basse)
- Ivar Bjørnson (guitare, clavier, effets)
- Arve Isdal (ice dale)
- Cato Bekkevold (batterie)
- Herbrand Larsen (clavier, mellotron, chant)


1. Ethica Odini
2. Raidho
3. Waruun
4. The Beacon
5. Axioma
6. Giants
7. Singular
8. Night Sight
9. Lightening



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod