Recherche avancée       Liste groupes



Moyenne établie
sur la base de
6 commentaires notés  
[?]



Enslaved
Axioma Ethica Odini
Page  1 | 2 |

le 06 Juillet 2020 par NICK


Les chanteurs sont impressionnants, passant d'une voix claire magnifique à une voix black terrifiante de puissance. Tous les morceaux sont excellents. Gros coup de cœur pour le morceau "Raidho".

le 04 Mai 2011 par MUSTIS 666


ENSLAVED est revenu à des sonorités plus agressives et plus "black" par rapport à "Vertebrae", très bon album plus "psyché" et "prog" sorti en 2008.

Comme le disent la chronique et les commentaires, l'apport essentiel tient au chant clair. Là où auparavant il assouplissait et aérait le propos, il devient porteur de magnifiques mélodies, souvent empreintes de beaucoup de mélancolie qui sied parfaitement à ENSLAVED.

Le meilleur exemple est le 1er morceau où la mélodie au chant est purement sublime.

Pour le reste, on retrouve entre autres, les rythmiques typiques d'ENSLAVED ("Waruun"), un titre violent mais à multi facettes ("The Beacon") et toujours le talent du soliste Ice Dale.

On n'atteint pas les 5 Etoiles d'"Isa" mais on reste dans l'excellent. Assez incroyable de voir la marge de progression de ce groupe et sa faculté à se renouveler : ENSLAVED mériterait plus de reconnaissance car au-delà de sa musique rugueuse, il est l'un des plus novateurs.

le 09 Mars 2011 par DAKERYAS


"Axioma Ethica Odini" est sans doute le meilleur album de métal que j'ai entendu depuis des mois, il surpasse même dans mon cœur ma dernière trouvaille, à savoir "In War And Pieces" (SODOM).

Mélodique mais pas chiant, long, mais sans une once d'ennui (ils sont tellement rares les morceaux progressifs/ambiants non "casse-couilles" aujourd'hui), les parties violentes arrivent exactement au bon moment pour donner de la dynamique, et les douceurs sont tout aussi bien placées pour ne pas faire un album de black qui tape sur le système en fin d'écoute.
Celui-ci s'écoute en boucle sans fatigue.

De plus, l'album est assez bien mené pour palpiter à la première écoute, mais ne pas lasser après l'auditeur après une dizaine.

Excellent, ça fait plaisir, je le mets largement au dessus de tous les ENSLAVED que j'ai, dont le précédant.

C'est comme une alchimie parfaite, un aboutissement trouvé, le cul sur toutes les chaises, et en même temps si stable, ENSLAVED fait fort.

C'est un des rares albums qui me donne encore un peu de foi en le métal. Certains crieront que ça n'est pas révolution, et ils auront raison, toutefois, trouver la bonne dose de chaque ingrédient n'est pas aisée, or elle est ici absolument idéale.

le 03 Mars 2011 par FRANSOUA


La musique d'ENSLAVED demande à être apprivoisée par l'auditeur, même par le fan absolu habitué à l'écoute minutieuse et répétée de ces pépites. Les longs morceaux composés autour de motifs répétés, de subtils oscillations, et de rebonds surprenants (en cours de morceau, souvent vers la 3ème ou 4ème minute), se bonifient avec les écoutes comme le bon vin. La bonne chose c'est qu'on ne se lasse jamais de leur musique. La mauvaise c'est qu'on risque de ne pas toujours laisser leur chance aux chansons (..la France à raison...)
Avec ses deux premiers morceaux, tournant autour d'un même riff répété jusqu'à l'hypnose en alternance avec un refrain pop, "Axioma Ethica Odini" peut rebuter au début. Même s'ils sont objectivement très bons, ils ne sont que la mise en bouche d'un album riche et cohérent dans sa globalité. "Waruun" se montre déjà plus changeant et insaisissable. Nos oreilles se réveillent avec l'excellent "The Beacon", vindicatif et ultra-dynamique, avec un traitement des guitares particulièrement jouissif. L'instrumentale "Axioma" tourne une page vers une deuxième partie d'album merveilleuse et pleine de surprises. "Giants", lourde, lente et sinistre avant de prendre son envol vers la lumière. "Singular" est mon titre préféré, hyper accrocheur, associant riffs abrasifs et violents et chant clair magnifique (comme sur le magnifique "New Dawn" du précédent album). Le Prog' 70's s'invite de façon très réussie sur "Night Sight" pour l'intro et le refrain sublime, en association avec le Black Atmosphérique grandiloquent. L'album fini en beauté avec "Lightening", un concentré du savoir faire du groupe: mur de son Black atmo plein d'émotion malgré sa violence, refrain au chant clair fabuleux, rebond inattendu avec un riff groovy qui donne envie de sauter, retour Black atmo du début pour un finish déchirant.
S'il est plus violent que son prédécesseur "Vertebrae", c'est moins par sa compo que par sa production (au dire des gars du groupe). Et si "Axioma" sent bon le mythique "Isa" il ne faut pas négliger l'évolution de taille de "Vertebrae" : le chant clair de Herbrand Larsen, anecdotique jusqu'alors et devenue essentiel depuis (et à juste titre), sur "Axioma".

le 17 Octobre 2010 par KEULIN


ENSLAVED est un groupe exceptionnel, aussi par sa durée de vie impressionnante : 11 albums et pas un seul de mauvais. Pas de tentative de come back foireux. Pas vraiment de signe de vieillesse.. Sauf peut être sur cet album. Cela fait maintenant quelques semaines que je l'écoute et une constatation objective s'impose : l'envie d'y revenir est plutôt forte, et pas seulement parce qu'il s'agit d'un de mes groupes phares mais aussi parce que ce disque est incontestablement plaisant, réellement maîtrisé, une prod' clean mais pas plate, quelques passages mémorables, un album assez ambitieux et tout et tout.

Mais voilà.

J'en viens à vouloir que ce soit le dernier album d'ENSLAVED, que le groupe se retire avec l'honneur (encore immense) qu'il lui reste. Certains se plaignaient d'un "Vertebra"e presque plus Black'n'roll que Black Metal, au moins les norvégiens continuaient à innover, et plus simplement à rechercher.

Au vu de la setlist, il y a de quoi fantasmer : 8 titres de 7 minutes avec l'imagination débordante et la faculté à toujours se renouveler du groupe, il y a de quoi fantasmer... Au final, on retrouve un ENSLAVED assez carré, pour la première fois (la deuxième fois après RUUN?) plutôt frileux, avec des structures à base de MULTIPLES REFRAINS. C'est assez simple, exception faite de "Night Side" et de "The Beacon" peut être, lorsque l'on arrive à la moitié d'un titre, tout a déja été dit ou presque. Le reste n'est que répétitions et infimes variations. Alors certes, c'est bien construit, on se régale pas mal, mais on est déçu, d'autant plus que le son n'est pas réellement nouveau, sorte de mix de la deuxième période, avec assez peu d'éléments psychédéliques, et l'impression constante que le groupe se "retient" de partir dans des trips qui pourtant font la qualité de leurs titres. On joue plus sur la carte du divertissement (de qualité, certes) que de l'introspection.

Quasiment aucune surprise ni prise de risque, à part ces voix claires POP METAL qui ont fait leur apparition, assez agaçantes lorsqu'elles interviennent sur 3 refrains sur un seul titre. Sans même parler de "Lightening" ou une voix claire se voit accompagnée d'un clavier violoneux assez typé Speed Metal pas franchement convaincant. Encore une fois malgré de très bons passages et de très grandes qualités..

Alors voilà, au final j'éprouve tout de même pas mal de respect pour ce 11eme album, qui est réellement efficace d'un bout à l'autre, sans temps mort, sans véritable fausse note, avec une maîtrise plutôt exceptionnelle et des passages qui déchirent et tout et tout. Mais tout cela est terriblement convenu, pour un groupe de la prestance d'ENSLAVED. Qu'ils s'arrêtent avant de devenir une pâle copie de leur passé.













1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod