Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK PSYCHÉ  |  E.P

Commentaires (2)
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet E.P
 


 

- Style : Voluptas, Ihsahn, Windir, Primordial, Bathory, Negurà Bunget, A Forest Of Stars, NaÐra [nadra]
- Membre : SkuggsjÁ, Tartaros, Blood Red Throne, Gehenna, Aura Noir, BØrknÅgar, Audrey Horne, Demonaz, Trinacria, God Seed, Ov Hell, Red Harvest, Evig Natt, Thundra, Emperor
 

 Site Officiel (1220)
 Page Myspace (378)

ENSLAVED - The Sleeping Gods (2011)
Par MEFISTO le 15 Juin 2011          Consultée 3679 fois

Que dire après un grand album comme "Axioma Ethica Odini" ? Je vous le demande ! Reste-t-il de bonnes idées à partager ? Peut-être sur un prochain album, mais à court terme ?! Une chance qu'ENSLAVED est sur une lancée progressive depuis "Vertebrae" et qu'il a encore de la jasette, car ce EP aurait pu sonner plus mat et plat…

En fait, c'est pas si mal. Comme si les Norvégiens avaient eu du matériel en trop après la création d"Axioma"… Sincèrement, je croyais que ce "Sleeping Gods" n'en était qu'un vulgaire résidu ! Mais non… Le groupe a essayé de refouler les frontières, déjà pas mal éloignées dans leur cas, avec ces cinq plages, dont une instrumentale complètement inutile et chiante ("Synthesis"). Ne reste que quatre pistes potables à explorer et vérifier si ENSLAVED a vraiment décidé de pousser le bouchon prog jusqu'à ses extrémités.

En ben… pas certain.

Premièrement, cet EP est dans la droite lignée d'"Axioma" : rythmé, entraînant, coloré, psyché comme il faut, sonnant parfois comme un vieux vinyle des années 70… Et la musique aussi sonne comme du vieux progressif boosté aux amphétamines, bercé par les supports modernes. Le riff de "Heimvegen" nous renvoie illico dans les terres gelées et bouillantes d'"Axioma" avec son ambiance épique et déjantée, magnifique fusion dont seul ENSLAVED possède le secret. Un riff aérien et massif couplé aux deux voix complémentaires de Grutle et Herbrand Larsen (surtout sur le refrain presque shamanique, comme celui du morceau-titre), des nappes de synthé voyageur et cette bonne vieille grosse basse des familles. On plane, on plane…

Et on revient à la réalité avec l'énervée "Alu Misyrki", qui ne se laisse pas saisir facilement… Les Norvégiens semblent presser d'en découdre ! On dirait presque du Punk à la ENSLAVED ! Jusqu'à ce Larsen s'empare encore du refrain, après que l'écho de Grutle ait béni les cordes grasses et bourdonnantes de ses compares. Ça se calme vers la fin, alors que les deux guitaristes prennent les projecteurs d'assaut avec de fameux soli. Bref, si on résume, une pièce plus prog et accrocheuse et un feu roulant quasi non-interrompu…

Et les deux dernières pièces sont, sans écrire l'« antithèse » des deux premières, très différentes. "Nordlys" est une instrumentale très atmosphérique évoquant les grands espaces enneigés de Scandinavie, patrie d'ENSLAVED. Il en faut bien une… Le contraire aurait été étonnant et mal venu, non ? Enfin, "The Sleeping Gods" me fait penser à la fantastique "Giants" sur "Axioma" par son côté "root" acoustique et grandiloquent de par l'ambiance écrasante y régnant. Les effets de synthé sur le refrain sont particuliers et instaurent une drôle d'atmosphère, même si on est habitué d'essuyer des expérimentations de la sorte chez les Norvégiens. Bref, on a l'impression d'être en présence de dieux, ça c'est certain, il n'y a que dans une autre dimension qu'on peut entendre ces tambours battants rappelant les Premières Nations et ces temps révolus. Le chant clair de Grutle ajoute à cet effet « ancien » et permet de conclure cet EP de belle façon.

Si le prochain skeud d'ENSLAVED emboîte le pas à "The Sleeping Gods", il est aussi bien d'être vachement relevé, car ces échantillons, bien que plaisants, ne me convainquent pas entièrement. Je sens les Norvégiens en recherche intensive d'un son, à cheval entre "Axioma" et leur identité future, aussi complexe soit-elle. Raison évidente de la sortie de cet EP-test.

Par contre, un gros bravo pour le dépaysement encore une fois, le côté psyché est très fort et prend le pas sur les questionnements plus secondaires.

A lire aussi en BLACK METAL par MEFISTO :


ISKALD
Revelations Of A Reckoning Day (2008)
Black blizzard




ENDSTILLE
Dominanz (2004)
Dur reportage


Marquez et partagez




 
   MEFISTO

 
  N/A



- Grutle Kjellson (chant, basse)
- Cato Bækkevold (batterie)
- Herbrand Larsen (synthé)
- Ice Dale (guitare)
- Ivar Bjørnson (guitare)


1. Heimvegen
2. Alu Misyrki
3. Synthesis
4. Nordlys
5. The Sleeping Gods



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod