Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL-PROGRESSIF-EXTRÊME  |  LIVE

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Voluptas, Ihsahn, Windir, Primordial, Bathory, Negurà Bunget, A Forest Of Stars, NaÐra
- Membre : SkuggsjÁ, Tartaros, Blood Red Throne, Gehenna, Aura Noir, BØrknÅgar, Audrey Horne, Demonaz, Trinacria, God Seed, Ov Hell, Red Harvest, Evig Natt, Thundra, Emperor
 

 Site Officiel (804)
 Page Myspace (327)

ENSLAVED - Roadburn Live (2017)
Par WËN le 3 Décembre 2017          Consultée 1002 fois

Salut les bichettes, c'est Wën !

Alors aujourd'hui, on va s'accorder une parenthèse-détente "ENSLAVED" si vous le voulez bien, car du haut de sa vénérable longévité de vingt-cinq années maintenant, notre blackeux puis progueux de géant norvégien ne s’était jusqu’à présent jamais essayé à l’exercice ‘Live’. Enfin, on se comprend : n’avait jamais fait bénéficier l'une de ses prestations scéniques d'une 'sortie officielle‘, le groupe ne manquant bien sûr pas une occasion de promouvoir ses albums sur la route. Mais derrière cet argument promo accolé au bousin et avant même d’entrer plus avant dans le sujet, ben déjà, on soulèvera un broussailleux sourcil. Car les témoignages live d’ENSLAVED, mine de rien, ce n’est pas ce qui manque, jugez plutôt :
- Le "World Domination Live" d’OSMOSE PRODUCTIONS (1998, split vidéo en compagnie de DARK TRANQUILLITY, BEWITCHED, etc.).
- Le "Live Retaliation" (2003, DVD, pré-"Isa", qui s’attarde donc sur les première et seconde parties de carrière du groupe).
- Le "Return To Yggdrasill" (2005, DVD, tournée de "Isa" justement).

« Attends, Wën, t'emballe pas, le groupe parle d'album ‘Live’ : ça sous-entendait peut être ‘Audio‘, pas ‘Vidéo‘ » ?

Sauf que non. Déso pas déso, mais là non plus :
- Le "World Domination Live" dont on parle plus haut existe aussi en version CD.
- Le "Live At The Rock Hard Festival" (2009, dispo en téléchargement officiel et en bonus à l’édition limitée de "Vertebrae", se consacre à la tournée de "Ruun" en plein dans la troisième partie de carrière du groupe).

Enfin, tout ça pour dire, que d’entrée de jeu, je n’aime pas bien qu’on me trompe sur la marchandise à base d’arguments sournois (bien évidemment repris sans ménagement par le gros de la presse, pourquoi se renseigner et faire son taf pour ses lecteurs, après tout ?) en tentant de me faire prendre ELUVEITIE pour LANTERN. C’est ‘la première fois’ qu’un Live ‘audio’ en ‘intégralité’ est ‘vendu dans le commerce’ sur ‘support physique’, si vous voulez, mais ne venez pas nous renâcler dans les bronches que c'est le premier Live du groupe ! Autant fermer son e-mouille plutôt que d’écrire n’importe quoi ! C’est un premier Live audio, ou pas. Là, clairement, non, alors NE VENEZ PAS NOUS BRAIRE QUE C’EST LE CAS, BORDEL !

NAN, MAIS, PUTAIN ! J’suis en week-end, et ça y est, j’m’énerve !

'Culés !

* SBAAAAM !!! *

:
:::
:::::
:::
:

* Une nuit au frais aux oubliettes du donjon NIME s'écoule *

:
:::
:::::
:::
:

Salut les bichettes, c'est Wën !

Vu qu'il ne s'est absolument rien passé de condamnable hier (#BigBisou), je vous propose de revenir à notre parenthèse-détente "ENSLAVED" si vous le voulez bien.

Afin de marquer le coup de ce 'premier' Live, ENSLAVED opte pour ses haltes à l’édition 2015 du prestigieux ROADBURN et profite de la collaboration entre son nouveau label BY NORSE MUSIC (WARDRUNA, BARDSPEC) et ROADBURN RECORDS pour sortir sa galette lors du Record Store Day 2017. Rejoignant ainsi le club très select des groupes y ayant immortalisé un de leurs sets (CANDLEMASS, WOLVES IN THE THRONE ROOM, ULVER, YEAR OF NO LIGHT, NEUROSIS, ELDER, etc.), ENSLAVED va nous offrir là un résultat qui va vite s'avérer totalement … Correct. Mais sans plus. Et ça me fait de la peine de l'écrire, croyez-moi.

Car si la qualité du rendu est évidemment au rendez-vous, plein de petits hics et de choix maladroits vont malheureusement parvenir à entacher le plaisir de l’évènement.

Ce qu’il faut savoir, déjà, c’est qu’ENSLAVED, en pleine tournée promotionnelle de son récent "In Times" (qui malgré ses qualités marquait à mon avis un léger essoufflement) se permet donc deux haltes à Tillburg, les 10 et 11 Avril, orientant chacun de ses shows vers une setlist particulière (titres essentiellement plus anciens pour la première, et plus récents, ou en tout cas, plus 'Prog' sur la seconde). Et pour nous, pauvres amateurs sans le sou, c'est cette dernière qui sera sélectionnée pour aboutir sur la galette ici présente. Et là, la première question, toute légitime, ce n'est donc pas de savoir pourquoi telle date par rapport à telle autre ? Mais tout simplement de savoir, pourquoi pas les deux ? Alors, on connait la volonté des Norvégiens depuis "RIITIIR" de vouloir passer à autre chose, le groupe ayant même avoué que cette tournée était l’occasion pour lui d’interpréter les titres les plus proggy de son répertoire… Mais merde, les gars, vous nous concoctez un évènement spécial là, alors croyez en vos rêves et allez au bout de la démarche, prenez deux disques et gravez chacun de ces shows sur l'un d'eux (un peu comme ROTTING CHRIST sur son récent "Lucifer Over Athens") ! Enfin, je ne sais pas, vous imaginez un peu, vous, le résultat avec une telle setlist (*) ? Bref, en procédant ainsi, tous les fans de la première heure sont d'emblée laissés sur le carreau.

Pour poursuivre sur un autre reproche lié à la setlist, on regrettera là aussi d’arriver sur un set déjà entamé, l’enregistrement étant amputé de "Thurisaz Dreaming" un titre bien plus calibré pour démarrer les hostilités que le riffing complexe de "Building With Fire" (au demeurant très bon), surtout qu’en l’occurrence avec ce fade-in d’introduction, on sent immédiatement qu’il manque quelque chose, une impression d’arriver en retard et de ne pas être immédiatement dans le mouv’ alors que le groupe, lui, y est, et déroule déjà son set. Ceci étant, le show en lui-même demeure exemplaire de précision, les compos étant interprétées sans coup férir, soli compris. "Building With Fire" est un très bon titre, "Death In The Eyes Of Dawn" se révèle davantage en live et s’en trouve magnifiée, nous donnant là l’une des grosses claques de la galette. L’autre calotte provenant sans hésiter du dépoussiérage (effectif depuis quelques années déjà, puisque jouée au Motocultor 2013) de cette petite rareté 'collector' pour les fans qu'est le très bon "Convoys To Nothingness" ("Monumension", 2001, le plus vieux titre joué ce soir) avec son pont Atmo poignant qui passe plutôt bien, agrémenté ici de la performance vocale du père Einar ‘Kvitrafn’ Selvik (WARDRUNA). Tiens, les guests, parlons-en ! On nous en promet justement une petite brochette, toujours pour marquer le coup, avec les passages sur les planches d’Aðalbjörn Tryggvason (chanteur de SÓLSTAFIR) et de Per Wiberg (clavier pour SPIRITUAL BEGGARS et OPETH) qui passaient dans le coin. Dommage que leur interprétation ne se remarque absolument pas, cantonnés qu’ils sont aux chœurs d’un "Daylight". M’est avis qu’il était possible de creuser l’idée pour un résultat plus marquant. Là encore, un lot de possibilités mal exploité. "Daylight", donc, et son pont Townsendien forcément plus brut que dans sa version studio, directement enchaîné à la suite de l’éponyme "In Times", plus anecdotique au milieu de tous ces titres récents (trois morceaux de "In Times" et un de "RIITIIR", pour le moment).

La seconde partie de concert marque un petit retour dans le temps avec, outre "Convoys To Nothingness" déjà abordée plus haut, les classiques que sont "As Fire Swept Clean The Earth" et "Isa", toujours très efficaces. Reste un ultime et très approprié hommage à l’intemporel LED ZEPPELIN qui a tout déclenché dans la tête de deux ados norvégiens boutonneux, il y a de cela un quart de siècle maintenant, via cette reprise de "Immigrant Song" (avec Menno Gootjes de FOCUS à la guitare) qui, interprétée ainsi à la sauce ENSLAVED s’avère être une belle réussite et méritait donc d’être immortalisée sur galette… En plus de me faire raconter n’importe quoi, car ce n’est pas "Convoys To Nothingness" le plus vieux titre joué ce soir-là (1970, excusez du peu) !

Voilà, huit titres, 65 minutes (tout de même), nous ne sommes pas si éloignés que cela d’une prestation ‘classique’ de nos vikings favoris. Nous reste un skeud pas si désagréable à l’écoute, soyons francs, mais malheureusement assez paresseux quant à sa réalisation et à considérer tout au mieux comme un bonus sympatoche en attendant la sortie du prochain et sobrement intitulé "E". Fort de son expérience et de son savoir-faire, ENSLAVED aurait pu marquer le coup d'une manière plus magistrale. Oui, les gars, vous pouviez vraiment faire mieux ! Car au final, officiel ou pas, audio ou pas, ce n’est pas cette galette que je conseillerai - loin de là - aux quelques nouveaux arrivants n’ayant jamais pu voir le groupe sur scène et désireux d’en connaitre un peu plus à son sujet. À ces derniers, pour peu qu’ils existent tant il est facile de nos jours d’avoir accès à ce type de documents (YouTube foisonne de témoignages de diverses qualités, sans compter que chaque festival y va dorénavant de ses propres archives) : optez plutôt pour l’un de leurs DVD qui, même s'il ne sera pas représentatif de leurs albums récents, aura au moins le mérite de proposer davantage de classiques. Avis d’amateur.

PS : on saluera ici, pour une dernière fois malheureusement, le travail d'Herbrand Larsen (au chant clair et derrière les claviers) le temps de cet ultime témoignage de ces treize années passées au sein du groupe.

(*) Les fameuses setlists :

10 Avril 2015 :
Frøyas Smykke
Fusion Of Sense And Earth
Giants
Ethica Odini
Allfǫðr Oðinn
Loke
Fenris
The Watcher
Path To Vanir
Alfablot

11 Avril 2015 :
Thurisaz Dreaming
Building With Fire
Death In The Eyes Of Dawn
In Times (+ guest)
Daylight (+ guest)
Convoys To Nothingness
As Fire Swept Clean the Earth
Isa
Immigrant Song (+ guest)

A lire aussi en METAL PROG par WËN :


SERDCE
Timelessness (2014)
Ces chefs d'œuvre dont personne ne parle

(+ 1 kro-express)



ENSLAVED
In Times (2015)
Autant en importe le temps

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   WËN

 
  N/A



- Grutle Kjellson (chant, basse)
- Herbrand Larsen (chant, clavier)
- Ivar Bjørnson (guitare, chœurs)
- Arve Isdal (guitare)
- Cato Bekkevold (batterie)
- Einar Selvik (invité, chœurs #4 & #5)
- Per Wiberg (invité, chœurs #4)
- Aðalbjörn Tryggvason (invité, chœurs #4)
- Menno Gootjes (invité, guitare #8)


1. Building With Fire
2. Death In The Eyes Of Dawn
3. In Times
4. Daylight
5. Convoys To Nothingness
6. As Fire Swept Clean The Earth
7. Isa
8. Immigrant Song (reprise Led Zep')



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod