Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
Questions / Réponses (1 / 3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Slade
 

 Site Officiel (273)

NAZARETH - Nazareth (1971)
Par DARK SCHNEIDER le 4 Mars 2008          Consultée 5565 fois

NAZARETH fait partie de ces quelques combos de hard rock apparus au début des années 70 et qui sont toujours restés dans l’ombre des 3 grands dont je n’ai pas besoin de citer les noms. Injuste ! C’est bien ce que l’on peut penser au vu du manque de reconnaissance dont souffre ce groupe. Pourtant la bande à Dan McCafferty peut se targuer d’être la principale influence d’un certain Axl Rose, avant même AEROSMITH. Ce n’est pas rien.

C’est en Ecosse que NAZARETH se forma sur les cendres du groupe semi-pro THE SHADETTES, qui était déjà constitué du chanteur Dan McCafferty et du bassiste Pete Agnew. L’arrivée du guitariste Many Charlton, fort d’une certaine expérience en studio et sur scène, lui permit d’accéder à un niveau supérieur. NAZARETH écume alors les salles et les pubs écossais à la fin des années 60. Le line-up est solide et ne souffrira d’aucun bouleversement pendant 20 ans, chose rare. Après quelques refus essuyés auprès des maisons de disques, NAZARETH put enfin signer un contrat et sortit son premier album éponyme en 1971.

Ce premier vinyle montre un groupe qui n’a visiblement pas encore trouvé son style définitif. Il faudra pour cela attendre son troisième et excellent opus, Razamanaz.
Ce premier album a donc tendance à s’éparpiller un peu, les musiciens touchent à tout. Une diversité pas forcément de bon aloi. Certes, le fait de voir le groupe s’essayer à plusieurs style permet à l’auditeur d’écouter un disque assez riche et varié, le problème c’est qu’on a surtout l’impression que nos Ecossais ne savent pas vraiment quelle direction ils veulent prendre. Ils pensaient peut-être toucher un public assez large en proposant une galette diversifiée.

Ainsi, il n’y a qu’un seul titre de vraiment hard rock : « Witchdoctor woman », qui est précurseur de ce que le groupe fera par la suite. Un hard rock basique, dominé par la voix agressive de Dan McCafferty, cependant encore très loin de ses futures prouesses, et par la guitare virevoltante de Manny Charlton. Ce type a le rock’n’roll dans la peau et ça s’entend, il a du beaucoup écouter Chuck Berry c’est une certitude ! Charlton envoie la purée comme jamais, des soli bruyants à de la guitare slide, le tout avec efficacité. Mais ce serait bien court de résumer ce talentueux guitariste à cela, le bonhomme est versatile. Preuve en est : le boogie « Dear John », plus dans l’esprit d’un STATUS QUO, le country « Country Girl », le plus psyché « Morning dew » (une reprise, chose qui sera une habitude pour le groupe). Des faiblesses aussi avec le trop paysan « Fat man », ou le trop sirupeux « I had dream ».
Seul autre titre qui flirte avec le hard : « Empty arms, Empty heart », mais contrairement à « Witchdoctor woman » Dan McCafferty ne sort pas sa voix rocailleuse. D’ailleurs il chante calmement sur une grande majorité de l’album, on a peine à croire que par la suite il deviendra un brailleur à la voix située entre Bon Scott et Axel Rose.
La plus grande curiosité est sans aucun doute le dernier titre, « The king is dead », un morceau très surprenant pour ce groupe, sur lequel des arrangements symphoniques se mêlent à des guitares acoustiques, le tout donnant une ambiance majestueuse et solennelle. Superbe.

Ce premier album est donc l’œuvre d’un groupe dont le style définitif est encore en gestation. Une œuvre de jeunesse (bien que Manny Charlton avait déjà pas mal d’années derrière lui), agréable à écouter et qui permit au groupe d’acquérir une certaine reconnaissance. Cependant, malgré des qualités indéniables, ce n’était certainement pas avec un tel album que NAZARETH allait pouvoir entrer dans la cour des grands. Il ne s’agit donc pas de l’album idéal pour découvrir les Ecossais, mais d’un disque plaisant qui intéressera avant tout ceux qui ont écouté et aimé les pépites de hard rock qu’ils sortiront par la suite.

A lire aussi en HARD ROCK par DARK SCHNEIDER :


The POODLES
Sweet Trade (2007)
Des caniches suédois terriblement mordants!




DEEP PURPLE
Now What?! (2013)
Un retour au sommet

(+ 3 kros-express)

Marquez et partagez




 
   DARK SCHNEIDER

 
  N/A



- Dan Mccafferty (chant)
- Manny Charlton (guitare)
- Pete Agnew (basse)
- Darrell Sweet (batterie)


1. Witchdoctor Woman
2. Dear John
3. Empty Arms, Empty Heart
4. I Had A Dream
5. Red Light Lady
6. Fat Man
7. Country Girl
8. Morning Dew
9. The King Is Dead
10. Friends (bonus Track, B-side)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod