Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD-PROG-POP  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Erol Sora , Ken Hensley , Ozzy Osbourne , Ac/dc, The Firm
- Style + Membre : Sweet, Rainbow
 

 Site Officiel (776)
 Forum Français D'uriah Heep (1049)

URIAH HEEP - Conquest (1980)
Par DAVID le 2 Mai 2007          Consultée 4783 fois

Le line-up Lawton-Box-Bolder-Hensley-Kerslake avait tenu trois albums, Uriah Heep semblait avoir trouvé la combinaison gagnante et une certaine stabilité par la même occasion.
Lee Kerslake et John Lawton ont finalement quitté le groupe ce qui lui fera perdre pas mal de cohésion, les fans s'en rendront compte durant la tournée Conquest avec le nouveau line-up. Les raisons de leurs départs sont multiples : Lee Kerslake en avait marre de la dictature du manager-producteur Gerry Bron, il le soupçonnait de toujours favoriser les compos de Ken Hensley au détriment des autres. Quant à John Lawton, il était plus dans un trip blues-rock, on pouvait déjà s'en rendre compte sur Fallen Angel à travers des morceaux comme One More Night, Save It ou même Been Hurt, un inédit de l'époque qui sonne comme du John Lawton solo.

Reprenons : il est évident qu'Uriah Heep s'orientait davantage vers un style progressif sur Conquest, nettement moins pop que Fallen Angel, la voix chaude et bluesy de John Lawton n'aurait pas été à sa place ! Pour les remplacer, Uriah Heep choisira Chris Slade, le batteur du Manfred Mann's Earth Band, dont le jeu précis et technique n'a que peu de choses en commun avec le cogneur d'Ac/dc que les hardos découvriront dix ans plus tard. Le nouveau chanteur, John Sloman, n'a pas fait l'unanimité au sein du combo ; Ken Hensley était même contre son recrutement.

Pour quel résultat ? Uriah Heep n'a jamais été le genre de groupe à enregistrer le même album pendant 20 ans d'affilée. Le gouffre qui sépare Fallen Angel et Conquest est énorme, ce n'est plus du tout le même groupe, là où l'arrivée de John Lawton sur Firefly assurait une certaine continuité avec l'époque Byron. Les premières écoutes de Conquest sont douloureuses pour les tympans, bon nombre de fans ont du halluciner avec la voix de John Sloman. Il en fait des tonnes dans les aiguës, on pourrait le comparer à un Glenn Hughes dans ses heures les plus démonstratives !

Pourtant, sur le style alambiqué de Conquest, John Sloman convient tout à fait. Pour interpréter les classiques du Heep par contre, on peut imaginer d'ici le massacre et ce sera une des raisons du départ de Ken Hensley. Il avait l'impression de jouer dans un tribute-band d'Uriah Heep.
Conquest s'ouvre avec deux excellents morceaux : No Return et Imagination, très dynamiques (je veux dire, bien éloignés du mollasson Innocent Victim), bourrés de bonnes mélodies, gavés de claviers dans tous les sens et guitares tranchantes à l'appui.

Tout n'est pas génial ceci dit, loin de là ! Les deux compos de Trevor Bolder, Fools et It Ain't Easy, sont vraiment nases : des ballades mièvres avec des mélodies dans le style "La croisière s'amuse", rappellent un peu le genre de soupe qu'on retrouvait sur Innocent Victim justement ! Trevor Bolder assure même le chant sur It Ain't Easy et il s'en sort pas mal le bougre, la preuve qu'Uriah Heep a toujours été un groupe de chanteurS (au pluriel).

John Sloman réussit à s'imposer, que ce soit sur Imagination, plus tempéré, morceau sur lequel il peut réaliser des prouesses vocales façon « soul », en harmonie avec les claviers "old-school". Car oui, Conquest a beau être sorti en 1980, il ne faut pas s'attendre à un album moderne, Uriah Heep est toujours ancré dans le son "années 70" et n'a rien vu venir de la décennie suivante... du moins pour l'instant ! Cela représente une des causes à mon sens de l'échec commercial de cet album, peu en phase avec son époque, en plus bien sur du line-up impopulaire et du risque pris musicalement.

Conquest reste à ce jour l'un des albums les moins appréciés du groupe... et John Sloman le chanteur le plus critiqué. Chris Slade a du mal à convaincre également, il ne fait pas vraiment oublier Lee Kerslake, il se croit encore chez Manfred Mann !
Si il est évident que ce line-up ne pouvait pas durer (surtout en concert), il ne faudrait pas pour autant négliger la créativité de Conquest, un album plus ambitieux, peut-être un peu maladroit et pas vraiment tape-à-l’œil comme pouvaient l'être les albums du Heep à la fin des années 70 ou au milieu des années 80.

A lire aussi en HARD ROCK par DAVID :


DEEP PURPLE
Purpendicular (1996)
Hard-prog-pop




VAN HALEN
Live: Right Here, Right Now. (1993)
Hard-prog-pop


Marquez et partagez




 
   DAVID

 
  N/A



- Mick Box (guitare)
- John Sloman (chant, piano, percussion)
- Chris Slade (batterie)
- Trevor Bolder (basse, chant)
- Ken Hensley (claviers, guitare, choeurs)


1. No Return
2. Imagination
3. Feelings
4. Fools
5. Carry On
6. Won't Have To Wait Too Long
7. Out On The Street
8. It Ain't Easy



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod