Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
Metalhit
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Doctor Butcher, Testament, Alice Cooper, Megadeth, Metal Church, Metalium, John West , Artension, Trans-siberian Orchestra, Crimson Glory
- Style + Membre : Jon Oliva's Pain , Circle Ii Circle

SAVATAGE - Sirens (1984)
Par JEFF KANJI le 4 Avril 2017          Consultée 487 fois

C'est loin des clubs New-Yorkais et du Sunset Strip que se forme AVATAR en 1978. Les résidents de Tarpon Springs en Floride que sont les frères Jon et Criss Oliva décident d'unir leurs forces avec l'aide de Steve Wacholz, vite surnommé Doctor Killdrums par Jon en raison de sa frappe particulièrement lourde. Steve a essayé à la base de faire partie d'ALIEN, le groupe de Jon Oliva où il gérait la batterie. Ce qui s'appellera cinq ans plus tard SAVATAGE prend forme avec l'arrivée de Keith Collins qui permet à Jon de se concentrer en priorité sur le chant. Bien qu'il participe à l'écriture de plusieurs titres du premier jet des Américains, Collins ne passera hélas pas à la postérité puisqu'il sera remplacé dès le troisième album par Johnny Lee Middleton, bassiste blond emblématique de la formation depuis.

Après avoir écumé les clubs de Clearwater et de Tampa, un petit label indépendant, Par Records, s'intéresse à la jeune formation et lui permet de sortir un EP - "City Beneath The Surface". Mais le combo va devoir changer de nom pour des histoires de copyright. Criss suggère d'ajouter un S façon KISS devant le nom du groupe, mais l'idée d'avoir un groupe qui porte un nom de dinosaure (Savatar) n'emballe pas Jon et le mot Savage donne l'idée qui donnera le 'TAGE final, d'où la prononciation un peu originale du nom du groupe, à l'image de sa lecture en français.

Disposant d'une seule journée de studio (mixage compris), comme de nombreux combos qui galèrent à leurs débuts (LED ZEPPELIN au hasard), le groupe doit enregistrer de façon ultra efficace et tous les backing tracks sont donc captés en live, Criss se chargeant d'y ajouter ses soli et Jon sa voix dans un deuxième temps. Autant prévenir de suite ; les amateurs des productions léchées des années 90 en seront pour leur frais même si on est loin d'un son de démo ! C'est le résultat de cette première session qui donnera "Sirens", celle du lendemain permettant d'enregistrer les titres qui sortiront l'année suivante sur l'EP "The Dungeons Are Calling".

Néanmoins on ne peut nier que SAVATAGE a déjà un son qui lui est propre (de surcroît ils ne sont pas si nombreux à pratiquer le Heavy Metal aux USA à l'époque), et cela tient à plusieurs éléments à la fois musicaux et personnels ; déjà la voix de Jon très caractéristique, aussi captivante qu'elle peut déranger au premier abord, très granuleuse et vicieuse, soufflant le chaud et le froid avec un sens du contraste presque théâtral, capable de faire parler le grain dans les graves et de pousser des cris perçants suraigus au service de ses textes. D'autre part il y a le jeu de Criss Oliva, à la fois shred et ultra mélodique, sachant faire parler chacune de ses notes et envoyer des plans flashy à la George Lynch à son jeune âge (vingt ans à l'époque). Et puis il y a l'écriture des frères Oliva, s'autorisant une utilisation décomplexée du piano (presque une hérésie pour la plupart des groupes de Heavy à l'époque), une propension à triturer les structures qui explosera littéralement sur "Hall of The Mountain King".

Après il ne faut pas crier au génie non plus sur ce premier opus qui accuse quelques faiblesses, principalement dues au manque de préparation des musiciens (Steve Wacholz est un peu juste sur les parties très rapides, et la basse n'est pas toujours parfaitement en place), Jon ayant confié dans le livret de la réédition compilant le premier opus et l'Ep "The Dungeons Are Calling", avoir dû se mettre à écrire des textes quelques semaines avant l'enregistrement, et quelques compos comme le speed "Rage", "I Believe" et "Living for The Night" ont été terminées une semaine à peine avant l'enregistrement.

Mais il y a incontestablement de la fraîcheur dans "Sirens", écrit sur une période de quatre/cinq mois pendant lesquels Jon et son frère Criss vivaient dans le même appartement. Une énergie juvénile se dégage dès le titre éponyme, encore aujourd'hui véritable classique de SAVATAGE, encore joué systématiquement par Jon Oliva's PAIN entre autres. Pour un premier effort, les Américains frappent fort, puisqu'ils ne parviendront pas à proposer autant de qualité avant "Hall Of The Mountain King". Outre la pièce titre, un titre comme "I Believe" est parfaitement représentatif du SAVATAGE première époque : un alliage de mélodies habitées et théâtralement chantées par un Jon Oliva plutôt versatile, des arpèges lugubres, des riffs recherchés, une batterie lourde et une ambiance dark qui fera employer en Europe le terme de Dungeon Metal pour qualifier ces formations moins clinquantes qu'un IRON MAIDEN (dont on peut percevoir l'influence, même si de toute évidence c'est BLACK SABBATH qui ressort le plus), comme METAL CHURCH, que le futur batteur Jeff Plate rejoindra bien des années plus tard.

Si objectivement le premier SAVATAGE n'est pas un grand classique du Heavy, il montre que la formation floridienne a déjà une grosse personnalité, une créativité assez remarquable (avec les six titres de "The Dungeons Are Calling" on monte à quinze morceaux) qui quand ils ne sont pas assez bons pour vous rester en tête comme un "Sirens" ou un "City Beneath The Surface" possèdent tout de même un petit quelque chose qui vous feront l'apprécier. Ce n'est pas l'album que je conseillerais pour découvrir SAVATAGE ("Hall Of The Mountain King" et "Edge Of Thorns" me semblent bien plus indiqués) car il faut être réceptif à la voix particulière du caméléon Jon Oliva, ce qui n'a pas été mon cas à l'époque où j'ai découvert "Gutter Ballet". Il montre déjà de sacrées capacités sur ce premier effort (à peine 23 ans au moment de l'enregistrement) et que dire de son frère Criss qui décoche déjà des soli remarquables à 20 piges…

A lire aussi en HEAVY METAL par JEFF KANJI :


ARIA
Armageddon (2006)
ARIA retrouve les sommets




PRETTY MAIDS
Motherland (2013)
Confirmation pour les Danois !


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
   POWERSYLV

 
   (2 chroniques)



- Jon Oliva (chant)
- Criss Oliva (guitare)
- Keith Collins (basse)
- Steve Wacholz (batterie)


1. Sirens
2. Holocaust
3. I Believe
4. Rage
5. On The Run
6. Twisted Little Sister
7. Living For The Night
8. Scream Murder
9. Out On The Streets
10. Lady In Disguise
11. The Message



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod