Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY/DEATH/GOTH  |  STUDIO

Commentaires (4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Sentenced, Katatonia, Paradise Lost, Hooded Menace
- Membre : Shape Of Despair, Abhorrence, Ajattara, Silver Lake By Esa Holopainen
- Style + Membre : Barren Earth
 

 Site Officiel (638)
 Myspace (628)
 Chaîne Youtube (1156)

AMORPHIS - Halo (2022)
Par JEFF KANJI le 16 Avril 2022          Consultée 1031 fois

Inutile de rappeler le succès d'AMORPHIS, l'un des fleurons d'un Metal on ne peut plus complet, en tout cas en matière de potentiel commercial. Alliant des éléments venus du Death Metal (le growl caverneux de Tomi Joutsen essentiellement), du Folk nordique, du Heavy Metal voire du Gothique, la musique des Finlandais est arrivée à un stade de personnalisation assez dingue, et qui ne fait que se peaufiner depuis l'excellent "Skyforger". Et si jusque là AMORPHIS avait réussi à maintenir son héritage tout en apportant de petites touches par-ci par-là, notamment les éléments symphoniques plus imposants de "Under The Red Cloud" et électroniques de "Queen Of Time", "Halo" s'inscrit dans une pleine continuité tout en retrouvant un élément caractéristique du succès de "Elegy", à savoir des textes inspirés par les mythes finlandais : le Kalevala.

Après s'en être détourné pendant des années afin d'explorer d'autres dimensions textuelles, AMORPHIS, qui réalise son premier album avec la section rythmique Rechberger/Pekka-Laine depuis "Tales From A Thousand Lakes" assume son héritage mais entend aussi insuffler une petite dose de fraîcheur dans son Metal. Et s'il s'agissait pour cela de se laisser à des élans peut-être plus à chercher dans le Progressif, et bien qu'à cela ne tienne. Pour se faire le groupe aura compilé pas mal d'idées de compositions (délestées des plus légères qu'Esa Holopainen a pu sortir sous le nom de SILVER LAKE en 2021) qu'il a soumis à l'impitoyable Jens Bogren, qui s'est chargé de faire la sélection, allant jusqu'à déconstruire les morceaux pour parfois en faire de nouveau à partir de différentes parties initialement indépendantes. Un processus qui demande beaucoup d'humilité aux compositeurs et qui oblige à une plasticité certaine pour achever les créations musicales.

Et ce que l'on en retient c'est que les fondamentaux du AMORPHIS de l'ère Joutsen sont conservés ; une prépondérance des idées du brillant Santeri Kallio et d'Esa Holopainen, qui distille encore certains de ses phrasés folkisants typiques, même si l'on pourrait objecter qu'ils se font un peu moins marquants. Là où on s'y retrouve, c'est que les envies d'exploration et la prépondérance des vocaux death, clairement revenus au premier plan depuis "Circle" servent les trames presque cinématographiques de certaines compositions comme les ambitieux "Halo" et "Seven Roads Come Together", et plus globalement d'une deuxième partie d'album plus aventureuse, où un "The Wolf" hyper old-school qui n'aura pas dépareillé sur un "Tales…" ou un "Elegy" côtoie les expérimentations orchestrales de la pièce-titre. Une deuxième moitié qui se fait désirer mais qui mérite clairement l'investissement temps.

Pas fou non plus et connaissant sa faculté à écrire des hits accrocheurs, AMORPHIS aborde "Halo" avec des hymnes, des mélodies irrésistibles bien que classiques ("The Moon" avec son refrain superbe), de l'introductif "Northwards" toute double grosse caisse en avant, au mélancolique "Windmane". Mais pour être franc, outre un petit ventre mou, cette sensation d'écouter à la fois un AMORPHIS d'un classicisme absolu nous ramène à "The Beginning Of Times" réussi mais anecdotique. "Halo" est compensé seulement en partie par une deuxième moitié qui tient carrément ses promesses en termes de surprises. Si bien que ses deux prédécesseurs me semblent œuvrer dans une catégorie supérieure. Ne boudons pas notre plaisir, "Halo" est un disque extrêmement solide, avec son lot de belles mélodies et de bonnes idées, dont la froideur affichée nous change des dernières œuvres des Finlandais, qui tente comme beaucoup de formations à ce stade de carrière, de synthétiser leur art tout en restant pertinents. Et de ce point de vue, en tenant les avancées de "Queen Of Time" et en plongeant très loin dans son passé, AMORPHIS réussit son pari. Pas de manière fulgurante, quoique les premières écoutes aient été extatiques, mais je connais des néophytes qui ont pris une baffe avec cet album, et je les envie tellement de vivre ce que j'ai vécu à l'époque avec "Skyforger".

Note réelle : 3,5/5.

A lire aussi en METAL MELODIQUE par JEFF KANJI :


AMORPHIS
Forging The Land Of Thousand Lakes (2010)
L'indispensable double-live




RAINTIME
Psychromatic (2010)
Chant du cygne d'un mutant : remarquable.


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Tomi Koivusaari (guitare, vocaux)
- Esa Holopainen (guitare)
- Olli Pekka-laine (basse)
- Jan Rechberger (batterie, percussions)
- Santeri Kallio (claviers)
- Tomi Joutsen (chant)
- -
- Francesco Ferrini (orchestrations, claviers)
- Noa Gruman (chant)
- Jesse Bartholomew Zuretti (orchestrations, claviers)
- Erik Mjörnell (guitare sur 11)
- Oskari Auramo (percussions)
- Petronella Nettermalm (chant sur 11)


1. Northwards
2. On The Dark Waters
3. The Moon
4. Windmane
5. A New Land
6. When The Gods Came
7. Seven Roads Come Together
8. War
9. Halo
10. The Wolf
11. My Name Is Night



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod