Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIÉTÉ INTERNATIONALE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1978 Toto
1979 Hydra
1981 Turn Back
1982 Iv
1984 Isolation
  Dune
1986 Fahrenheit
1988 The Seventh One
1995 Tambu
1998 Xx (1977 - 1997)
1999 Mindfields
2006 Falling In Between
2015 Toto Xiv
2016 Live At Montreux 1991
2018 40 Trips Around The Sun
 

- Style : The Night Flight Orchestra
- Membre : Steve Lukather , Judas Priest, Msg, Kimball Jamison
- Style + Membre : Yoso
 

 Site Officiel (198)
 Fan-club France (240)
 Chaîne Youtube (179)

TOTO - Fahrenheit (1986)
Par JEFF KANJI le 16 Octobre 2015          Consultée 1708 fois

TOTO rencontre de véritables soucis avec les chanteurs ! Alors qu'il compte enregistrer rapidement un successeur au très bon "Isolation", le groupe doit faire face aux limites de Fergie Frederiksen, incapable d'assurer en studio, si bien que seuls ses chœurs sur "Could This Be Love" pourront être exploités. C'est un peu l'histoire qui se répète pour les Américains, mais ils vont gagner au change, puisque c'est le fils du célèbre compositeur de musiques de film John Williams, Joseph, chanteur et compositeur de talent, qui va prendre la suite, et amener TOTO au chef d'œuvre deux ans plus tard. Hélas Steve Porcaro ne devait pas trouver cet avenir si possiblement radieux, et il est vrai que si "Fahrenheit" sème des graines, la nouvelle formation se teste encore, si bien qu'il quittera le groupe à la fin de la tournée, même s'il restera toujours dans l'entourage proche, ne serait-ce que par son lien de parenté avec les deux autres Porcaro du groupe.

"Fahrenheit", c'est TOTO qui réalise combien la Pop Rock en vogue peut constituer un cheval de bataille idéal pour diffuser sa musique de requins destinée au grand public mais aussi aux mélomanes. Il est aussi très, mais alors TRÈS, typé années 80. "Without You" ou "Till The End" rappellent tous les hits Pop avec lesquels on nous rebat toujours les oreilles trente ans plus tard. "Fahrenheit" fait entendre quelque chose assez nettement : la New Wave et Michael JACKSON ont impacté durablement la musique de leur époque. Si bien que TOTO retrouve les accents Funk de ses débuts et avec "Can't Stand It Any Longer" trouve une formule gagnante !

Dieu merci, car l'album n'avait pas très bien démarré, une première pour TOTO ! Mais ce titre met en valeur les incroyables capacités vocales de Joseph Williams qui à lui seul incarne un renouveau prometteur dans la musique des Américains. Le titre suivant (loin de moi l'idée de faire un track by track) est un nouveau tube planétaire, et c'est Luke qui interprète cette très belle balade qu'est "I'll Be Over You" dont le refrain aux chœurs planants constitue un tour de force. C'est beau, rien à dire de plus, et les subtils contrepoints vocaux viennent apporter des variations toutes en nuances. Sur le solo, Steve Lukather se prend pour un Gary Moore en plein blues. Ce titre sera magnifié en live dans les années suivantes et ne quittera quasi plus les setlists du groupe.

"Fahrenheit" c'est vraiment l'album qui aime prendre des risques. Car après son début laborieux et assez moyen (difficile de croire que c'est le même groupe qui a sorti "Isolation" deux ans plus tôt), Joseph Williams se prend pour Michael Jackson sur le titre éponyme avec réussite, puisque son sens du groove est tout à fait saisissant. En revanche cette opposition instruments synthétiques/grosses guitares peine à séduire totalement. On pense davantage à une sorte de Disco qui voudrait sonner Rock, un peu comme le "Hot Stuff" de Donna SUMMER, qu'à un Hard Funk à la AEROSMITH.

Dire que "Fahrenheit" est inégal n'est que constat objectif en ce qui me concerne. Défendu ardemment par une frange des fans complètement acquise à Joseph Williams, cet album, même s'il laisse entrevoir des perspectives encourageantes, est loin de son magistral successeur qui achèvera de mettre tout le monde d'accord et réinstallera durablement TOTO au sommet. Il est devenu très difficile d'anticiper les albums suivants de TOTO, le groupe semblant pratiquer le deux pas en avant, un en arrière avec une facilité déconcertante. Si cette ambivalence peut avoir de quoi agacer, elle permet au groupe de nous surprendre quasi constamment (en bien ou en mal), et quand on regarde ce qu'il se passera en 88, on peut se contenter d'un album de transition comme celui-ci qui propose quand même un peu de matière, comme les deux titres cités en deuxième paragraphe ou encore "Could This Be Love", un Hard FM qui vaut pour les prestations vocales d'un Joseph Williams magistral, la sympathique "Lea" avec son mélange d'acoustique et de percussions (Lenny Castro is back), et un instrumental où les musiciens se dégourdissent les pattes faisant parler la musicalité ("Don't Stop Me Now", un Blues tout en finesse de toute beauté où la trompette de Miles Davis est comme toujours monumentale de feeling).

A lire aussi en HARD FM / A.O.R par JEFF KANJI :


Brian MAY
Another World (1998)
We could be heroes




ROYAL HUNT
A Life To Die For (2013)
Patience est mère de sûreté


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Joseph Williams (chant, chœurs)
- Steve Lukather (guitare, chant, chœurs)
- David Paich (claviers, chant, chœurs)
- Steve Porcaro (claviers)
- Mike Porcaro (basse)
- Jeff Porcaro (batterie, percussion)


1. Till The End
2. We Can Make It Tonight
3. Without Your Love
4. Can't Stand It Any Longer
5. I'll Be Over You
6. Fahrenheit
7. Somewhere Tonight
8. Could This Be Love
9. Lea
10. Don't Stop Me Now [instrumental]



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod