Recherche avancée       Liste groupes






Années 70 : BLACK SABBATH, BLUE OYSTER CULT ...
Années 80 : IRON MAIDEN, MOTORHEAD, SAXON, JUDAS PRIEST, ACCEPT, MANOWAR ...
Années 90 : METALLICA, ANGRA, HAMMERFALL, GRAVE DIGGER, STRATOVARIUS, ICED EARTH ...


Heavy Metal, Speed Metal, Metal Gothique, Death Metal, Black Metal, Thrash Metal, Doom Metal, Viking Metal, Power Metal, Neo Metal, Stoner, Grindcore

Lexique Heavy Metal
Par POWERSYLV           Consultée 180854 fois

Définition

1) caractéristiques générales :
Premier rejeton historique du hard rock, le heavy metal s'en distingue musicalement par des aspects plus martiaux et directs : perte des influences blues rock, riffs de guitares acérés, solos plus ou moins alambiqués et rythmiques de forgeron. Le tempo peut être plus ou moins rapide. A partir de là, on peut envisager le terme sous son sens strict (se cantonnant au heavy metal mélodique ou "traditionnel") ou sous son sens plus général de grande famille musicale qui a évolué depuis les années 70.

2) heavy metal au sens strict ("mélodique") Les tessitures de chant varient du rauque à l'aigu suivant le groupe concerné. Cet ensemble énergique et mélodique peut développer des ambiances guerrières, épiques, tragiques, sombres ou plus enjouées ... mais toujours puissantes. La structure des morceaux peut être basique (couplet, refrain, couplet, refrain, solo, refrain) ou développée en plusieurs passages aux trames différentes. L'imagerie du heavy metal est plus développée que celle du hard rock (pochettes d'albums travaillées, concerts très vivants avec parfois des artifices et effets scéniques). Ses thèmes peuvent s'intéresser aussi bien à l'heroic fantasy, à la science-fiction, à la lutte du bien contre le mal ou à des concepts plus réalistes (politiques, phénomènes de société, introspection, récits historiques). Le look des musiciens et des fans a aussi son importance (tatouages, cheveux longs, treillis, cuirs, chaines, clous, jeans, patchs, t-shirts de groupes) même si ces clichés fort prisés dans les années 80 (les grandes années du heavy metal) sont aujourd'hui beaucoup moins systématiques. Il en est de même pour les ambiances aux concerts ("devil hounds", fort échange entre le groupe et le public, headbanging) ou l'on peut percevoir qu'en plus d'être une musique, le heavy metal est aussi une façon de s'évader, de penser la vie, de vivre et de s'affirmer. Avec tous les codes qui vont avec et qui rassemblent tous les "Brothers Of Metal" chers à MANOWAR.

3) heavy metal au sens large On peut appréhender le heavy metal de manière globale en rajoutant sous cette large étiquette toutes ses ramifications apparues depuis sa naissance au début des années 70 : heavy metal mélodique dit "classique" (ci-dessus), speed metal, thrash metal, doom metal, gothic metal, metal progressif etc .... car le heavy metal, c'est avant tout une grande famille, pas vrai ?

Historique

Note de l'auteur : le heavy metal pouvant être perçu dans un sens strict comme dans un registre plus large, l'accent sera mis sur le heavy metal traditionnel, même si les autres courants héritiers ne seront pas en reste. Je vous invite pour plus de détails sur ces derniers à consulter leurs définitions respectives.

A la fin des années 60, des groupes comme les YARDBIRDS ou CREAM ont initié la voie du rock dur (hard rock), officialisé en 1970 par LED ZEPPELIN (héritier des YARDBIRDS avec Jimmy Page). Le terme heavy metal trouve son origine dans la chanson du groupe américain STEPPENWOLF mondialement connue "Born To Be Wild". Dans ce titre très prisé des Hell's Angels figurent les mots "Heavy Metal Thunder". Ce terme qui traversera les âges caractérisait alors la musique forte et bruyante des groupes hard rock anglais (LED ZEPPELIN, DEEP PURPLE ...) ou américains (MC5, STOOGES, ALICE COOPER ...) qui s'apparentait à celui
d'un moteur de moto. Aussi à l'origine, hard rock et heavy metal étaient plutôt synonymes. La nuance était davantage géographique : on parlait volontiers de hard rock en Europe et de heavy metal aux USA.

Puis en 1970 survint les premières œuvres de BLACK SABBATH. Les riffs lourd et gras du guitariste Tony Iommi inspirés des sinistres et bruyantes forges de la noire Birmingham (patrie de JUDAS PRIEST également), l'ambiance lourde (doom) des chansons renforcée par la voix fantomatique d'Ozzy Osbourne, les concepts s'approchant de la sorcellerie et du satanisme donnent aux heavy metal ses premières lettres de noblesse et le distinguent par la dimension conceptuelle qu'il amène d'un hard rock resté attaché au blues rock et plus soucieux d'authenticité et de musique que d'une quelconque imagerie. Aux Etats-
Unis, les grandes heures du BLUE OYSTER CULT, leurs mystères et les signes cabalistiques qui s'y rattachent font mouche également.

C'est surtout à la fin des années 70 et au début des années 80 que le terme de heavy metal prendra tout son sens, essentiellement en Angleterre avec la N.W.O.B.H.M. (New Wave Of British Heavy Metal). Reprenant à leur compte l'héritage du hard rock/heavy metal des années 70 avec un son moderne et percuttant et une énergie similaire à celle du punk, les IRON MAIDEN, DEF LEPPARD, SAXON, DIAMOND HEAD, RAVEN, GIRLSCHOOL et autres vilains petits canards nommés VENOM se lancent à la conquête du monde avec encore plus d'exubérance.

Les années 80 seront ainsi les grandes années du heavy metal : les stades se remplissent, les shows deviennent gigantesques et les mises en scène plus clichesques que jamais pour la plus grande joie des fans. Les USA ne sont pas en reste, notamment avec l'apparition des guerriers de MANOWAR et leur metal épique et puissant qui cristalliseront pour longtemps ce que le genre a de plus caricatural. La presse spécialisée émerge également. En 1983, un quatuor californien nommé METALLICA repousse les limites du speed metal (sous-genre initié par MOTORHEAD et JUDAS PRIEST à la fin des années 70) et donne au heavy son premier rejeton d'importance : le thrash metal. SLAYER, MEGADETH, ANTHRAX et EXODUS s'engouffreront les premiers dans la brèche. De même, qu'en Europe la triplette teutonne KREATOR/SODOM/DESTRUCTION. A côté de ça, en Europe, la scène heavy metal dite "traditionnelle" s'organise : ACCEPT devient une icône en Allemagne, MERCUFUL FATE emmené par l'étrange KING DIAMOND remet au goût du jour l'occultisme cher à BLACK SABBATH et au milieu des années 80, les citrouilles d'HELLOWEEN ouvrent la voie au heavy speed mélodique à chant aigu (qui connaîtra de nombreux rejetons 10/12 ans
plus tard).

A côté de cela, les personnalités rescapées des années 70 retrouvent une nouvelle jeunesse et connaissent le succès avec leurs groupes respectifs (par exemple le OZZY OSBOURNE BAND ou DIO). On voit ainsi Ozzy Osbourne et Ronnie James Dio parrainer les MOTLEY CRUE, MANOWAR, METALLICA ou autres QUEENSRYCHE. Une scène française de qualité sera sous les feux de la rampe (malheureusement pas assez longtemps !) avec SORTILEGE, ADX, VULCAIN, KILLERS, WARNING, ATTENTAT ROCK, BLASPHEME et plein d'autres (les thrasheurs death de LOUDBLAST, MASSACRA et AGRESSOR) qui se posent en héritiers des hard rockers de
TRUST.

Les années 80 verront aussi les premiers pas des sous-genres du heavy metal. Quelques mois avant METALLICA, VENOM en Angleterre reprenait à son compte le concept satanique des anciens BLACK SABBATH en le conjuguant au son crasseux et à la vélocité de MOTORHEAD pour enfanter le black metal (relégué dans les années 80 à l'underground face à la concurrence du thrash, puis du death). Sous l'impulsion de précurseurs comme les suisses de CELTIC FROST et des cultes POSSESSED, les combos floridiens DEATH, MORBID ANGEL et OBITUARY posent les bases du death metal dans la deuxième moitié des années 80.
A côté de cela, d'autres ralentissent sensiblement le tempo pour proposer un metal monolithique et inquiétant, s'inspirant des grandes heures de BLACK SABBATH pour cultiver le doom-metal (TROUBLE, ST VITUS, PENTAGRAM, THE OBSESSED, CANDLEMASS). Idem pour la fusion qui commence à percer tranquillement (FAITH NO MORE, MORDRED, PRIMUS), ainsi que toute la scène hard US à tendance glam (WASP, DOKKEN, MOTLEY CRUE). Il faut dire que dans les années 80, la frontière entre heavy metal traditionnel (mélodique) et hard rock est très fine et regroupée sous l'appellation "heavy rock" face aux tendances d'obédiences extrêmes (thrash, death, grind).

Dans la première partie des années 90, face à l'explosion des groupes grunge et aux métissages en tous genres, le heavy metal traditionnel (mais aussi le hard rock et toutes les chapelles de la communauté heavy metal) connaît une perte de vitesse. A côté des succès mondiaux de NIRVANA, PEARL JAM et autres SOUNDGARDEN, il n'y a guère que METALLICA (opérant un virage plus heavy metal que thrash avec son Black Album en 1991) qui tire son épingle du jeu et continue sur la voie du succès. A côté de ça, des groupes splittent ou changent de personnel (IRON MAIDEN, JUDAS PRIEST, ANTHRAX, HELLOWEEN), d'autres s'adaptent en proposant des évolutions pas forcément appréciées de leur fanbase (METALLICA avec Load, MEGADETH avec Youthanasia).

D'autres continuent coûte que coûte à pratiquer un heavy metal personnel, comme RUNNING WILD, GRAVE DIGGER ou GAMMA RAY en Allemagne ou encore des combos plus anciens comme IRON MAIDEN. A l'époque des chemises à carreaux et du minimalisme, l'image du heavy metal est plutôt terne, les fans et les groupes étant souvent catalogués de ringards. C'est surtout le heavy metal mélodique qui en souffre car le metal extrême s'en sort plutôt bien : au milieu des années 90, les évolutions de groupes comme DEATH, PESTILENCE, ENTOMBED ou PARADISE LOST (qui se inaugure le metal dit "gothique") prouvent que le heavy metal à encore des choses à dire. Idem pour le black metal qui se popularise de plus en plus (EMPEROR, CRADLE OF FILTH, DIMMU BORGIR), de même que la scène death mélodique en Suède (DARK TRANQUILLITY, IN FLAMES).

A la fin des années 1990, on assiste à un renouveau du heavy metal traditionnel avec les succès des Brésiliens d'ANGRA, suivis des templiers suédois d'HAMMERFALL et des pourfendeurs de dragons de RHAPSODY. De jeunes groupes se forment et remettent au goût du jour le heavy speed mélodique de la grande époque d'HELLOWEEN (EDGUY ou FREEDOM CALL en sont les exemples le plus frappant). Toute cette vague alors cataloguée du sobriquet très pratique de "True Metal" (en gros, les héritiers du vrai heavy metal des années 80") rivalisera à l'époque dans les médias avec les autres courants metalliques à la mode : le metal extrême (regroupant death, black et grind), le néo/nu-metal (terme fourre tout désignant les héritiers des FAITH NO MORE, RAGE AGAINST THE MACHINE et HELMET, tels KORN, LIMP BIZKIT ou DEFTONES), le metal progressif (DREAM THEATER qui connaît son heure de gloire) ou la vague doom/gothico/atmosphérique (PARADISE LOST, MY DYING BRIDE, ANATHEMA, THE GATHERING, LACUNA COIL, AFTER FOREVER ...).

C'est aussi à la fin des années 90 que des groupes plus anciens comme les finlandais de STRATOVARIUS, les américains d'ICED EARTH ou les progressistes US de SYMPHONY X connaîtront enfin la consécration, emmenant sur leurs traces les combos plus jeunes et plus ou moins inspirés que l'on connaît aujourd'hui (NIGHTWISH, SONATA ARCTICA, BRAINSTORM ...). Sous-genre de heavy metal métissé de rythmiques thrash, le power metal mélodique des BRAINSTORM, NEVERMORE ou ICED EARTH s'oppose tout en cohabitant avec elle à la vague speed mélodique par des tempos plus modérés, une puissance accrue et un chant plus medium.








GRAVE DIGGER
Return Of The Reaper

ACCEPT
Blind Rage

SEIKIMA-II
Akuma Ga Kitarite Heavy Metal

CRYSTAL EYES
Killer

ASHES OF ARES
Ashes Of Ares

CROSSWIND
Vicious Dominion

NIGHTMARE
The Aftermath

SUPERCHRIST
Back & Black

JUDAS PRIEST
Redeemer Of Souls

HIGH POWER
High Power




IRON MAIDEN
Powerslave (48876)

IRON MAIDEN
A Matter Of Life And Death (37752)

SCORPIONS
Virgin Killer (36889)

METALLICA
Death Magnetic (34042)

METALLICA
Metallica (30649)

METALLICA
St Anger (29358)

SCORPIONS
Blackout (29242)

METALLICA
Load (27362)

IRON MAIDEN
Somewhere In Time (27177)

IRON MAIDEN
Seventh Son Of A Seventh Son (27057)



             



1999 - 2014 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod