Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  LIVE

Commentaires (4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Astral Doors
- Membre : Deep Purple, Tank, Wami, Black Sabbath, Tony Martin , Zed Yago, Gillan/glover, Impellitteri, Warlock, Quiet Riot, Riot, Aerosmith, Ez Livin', Empire, Trans-siberian Orchestra, Dio, Blackmore's Night, Ozzy Osbourne , Heaven & Hell, Dokken, Ted Nugent , Alice Cooper, Blue Öyster Cult, Plasmatics, Cornerstone, Doro
- Style + Membre : Pink Cream 69, A. Kajiyama & J. L. Turner, Brazen Abbot, Yngwie Malmsteen , Doogie White & La Paz, Msg, Axel Rudi Pell , Ian Gillan Band, Alcatrazz, Joe Lynn Turner , Uriah Heep, Gary Moore , Hear 'n Aid

RAINBOW - Live In Munich 1977 (2006)
Par POWERSYLV le 14 Septembre 2006          Consultée 11128 fois

Il était une fois un groupe dont le nom était Arc en Ciel en français ...

Comme chacun sait, RAINBOW fut de 1975 à 1984 (avec une réactivation éphémère au milieu des années 90) la "chose" de Ritchie Blackmore, démissionnaire de DEEP PURPLE avec lequel il avait vécu les années fastes du groupe. Parmi les années où l’Arc-en-Ciel était actif, beaucoup évoquent avec nostalgie les grandes années 1975-1978 au cours desquelles le chanteur Ronnie James Dio (ex-ELF, groupe qui avait ouvert auparavant pour … DEEP PURPLE) épaulait le maestro de sa voix d’or (même si le groupe n’a pas démérité par la suite malgré une évolution avec les chanteurs Graham Bonnet et Joe Lynn Turner). Des disques sortis de cette période (Ritchie Blackmore’s Rainbow, Rainbow Rising, Long Live Rock’n Roll et le live On Stage), il n’y a rien à jeter quasiment. Et quand on connaît le talent de Dio (chanteur excellent déjà à l’époque) et la capacité qu’avait Ritchie Blackmore à exploser en live (cf. le mythique Made In Japan de DEEP PURPLE), on se dit que les concerts de cette époque-là, ça devait être quelquechose.

A une époque où l’on aime ressortir bon nombre d’archives endormies depuis des lustres et où un vent de nostalgie nous revient de la fin des années 70 et 80, voici exhumé un live de derrière les fagôts datant de l’époque bénie où RAINBOW était le digne successeur d’un DEEP PURPLE alors disparu corps et biens (en un poil plus épique certes). Ce n’est pas au Pays du Soleil Levant que nous convie cette fois l’homme en noir mais au pays de la bière, de la choucroute et de la musique bavaroise - n’ayez crainte, y a pas de musique bavaroise ici (ouf !), ach so. L’Allemagne donc, qui comme chacun sait deviendra à partir de quelques années plus tard une des patries du metal. Le public germain accueille donc ce soir-là avec les honneurs un concert de RAINBOW dans la formation suivante (outre les 2 musiciens déjà cités) : Bob Daisley (URIAH HEEP, Ozzy Osbourne, Gary Moore, BLACK SABBATH …) à la basse, Dave Stone aux claviers et surtout le regretté Cozy Powell (Jeff Beck, WHITESNAKE, BLACK SABBATH, Gary Moore, M.S.G., BLUE MURDER …). Autant dire qu’il y a de la pointure là-dedans.

Sur ce double CD (ce live existe aussi en DVD), 8 titres. Seulement. Autant dire que le Blackmore improvise à fond la caisse, mais bon, loin de moi l’idée de lui en vouloir car c’est du bonheur en barres. Les morceaux sont surpuissants, servis par une rythmique en béton qui sait se faire plus subtile (« Mistreated », piochée dans le répertoire du DEEP PURPLE mark III) et surtout par cette voix magique et puissante à la fois. Tiens, je parlais de « Mistreated » justement : on tient ici une version beaucoup plus rentre dedans que celle que l’on trouve sur le Made In Europe de DEEP PURPLE enregistré 3 ans plus tôt. Le groove et le feeling de Coverdale sont remplacés par le chant emphatique de Dio, et cette version est terrible (déjà que cette chanson est merveilleuse à la base ...). Dans le registre plus subtil, on a aussi cette ballade de toute beauté qui démarre par un passage instrumental : « Catch The Rainbow » est ici transcendée et largement ... ralongée (17.31 min !). On sent que les musiciens et spécialement le chanteur mettent leurs tripes dans cette interprétation ... le moment fort étant la transition entre la première partie calme et le déluge sonore qui suit.

Côté plus musclé, le classique « Kill The King » chamboule tout sur son passage pour un démarrage mortel. Idem pour le puissant « Sixteenth Century Greenleeves » et pour le rythmé « Long Live Rock’n Roll » où comme il le fait encore aujourd’hui, Sieur Ronnie faisait chanter les foules sur le refrain. Ambiance assurée sur ce titre de bravoure. Il y a un « Man On The Silver Mountain » (14.39 min !) de fou furieux où Ritchie Blackmore joue avec nos nerfs en se fendant de l’intro du « Lazy » de DEEP PURPLE (accompagné par un Cozy Powell très très énervé !) et aussi d’une incursion dans le blues (toute la musique que j’aime, tout ça ...). Il n’y a vraiment que lui pour faire ça. Et puis alors, attention, septième et avant dernier morceau du disque, un « Still I’m Sad » de ... 25.16 minutes (!), titre du premier album et qui est en réalité une reprise des YARDBIRDS (le mythique groupe du British Blues Boom des années 60 qui a servi d’embryon à LED ZEPPELIN) : et là, c’est du lourd. 25 minutes de toute beauté introduites par les claviers aux sonorités d’orgue hammond de Dave Stone auxquels se mèlent des choeurs venus d’ailleurs. Puis la guitare lance l’attaque pour nous abreuver de ce titre blues rock désormais bien métalisé où s’entremèlent l’espace d’une joute guitare et claviers, où le six-cordiste s’aventure dans la Neuvième de Beethoven, où Cozy Powell se fend d’un solo baston ... et autres délires en tous genres du père Blackmore. Et le disque se termine avec panache sur un « Do You Close Your Eyes », unique rescapé du pourtant célèbre Rainbow Rising.

Bref, vous l’aurez compris, ce Live In Munich de 1977 est une très bonne surprise pour les fans et ceux qui souhaiteraient prendre la mesure de la légende. Et puis ce type de live où un groupe ne reproduit pas trait pour trait sa version studio, moi j'adore. Qui aurait crû alors que la collaboration Dio / Blackmore allait se terminer quelques semaines après ce concert, et que quelques mois après le chanteur « petit par la taille mais grand par le talent » allait entrevoir les noirs rivages de BLACK SABBATH où il allait remplacer un Ozzy Osbourne démissionnaire ? Ah, Dio, Ritchie Blackmore ... RAINBOW. Quand on écoute ça, on se dit que ça fait du bien de faire sortir parfois des ombres du passé, non ? Il était une fois un groupe dont le nom était Arc en Ciel en français ...

A lire aussi en HARD ROCK par POWERSYLV :


GOTTHARD
Domino Effect (2007)
L'album de la maturité ?




KISS
Dressed To Kill (1975)
Kiss passe le cap du troisième album

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   POWERSYLV

 
  N/A



- Ronnie James Dio (chant)
- Ritchie Blackmore (guitare)
- Bob Daisley (basse)
- Cozy Powell (batterie)
- David Stone (claviers)


1. Kill The King
2. Mistreated
3. Sixteenth Century Greensleeves
4. Catch The Rainbow
5. Long Live Rock 'n' Roll

1. Man On The Silver Mountain
2. Still I'm Sad
3. Do You Close Your Eyes



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod