Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (2)
Questions / Réponses (0 / 1)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Astral Doors
- Membre : Deep Purple, Tank, Ez Livin', Aerosmith, Black Sabbath, Tony Martin , Zed Yago, Riot, Quiet Riot, Gillan/glover, Warlock, Impellitteri, Empire, Trans-siberian Orchestra, Cornerstone, Dio, Blackmore's Night, Ozzy Osbourne , Heaven & Hell, Plasmatics, Dokken, Ted Nugent , Alice Cooper, Blue Öyster Cult, Wami, Doro, Cain's Offering
- Style + Membre : Brazen Abbot, A. Kajiyama & J. L. Turner, Axel Rudi Pell , Alcatrazz, Joe Lynn Turner , Pink Cream 69, Yngwie Malmsteen , Doogie White & La Paz, Hear 'n Aid, Ian Gillan Band, Gary Moore , Uriah Heep, Msg

RAINBOW - Stranger In Us All (1995)
Par JEFF KANJI le 2 Novembre 2013          Consultée 4584 fois

Monsieur « tête de cochon » Blackmore, l’homme en noir aux multiples prouesses guitaristiques qui n’ont d’égal que sa légendaire mauvaise humeur, après avoir sous la pression de la maison de disques réalisé "The Battle Rages On" au titre parfaitement trouvé, signant le retour définitif de monsieur Ian Gillan chez DEEP PURPLE, n’en soupera pas davantage. Il ne peut s’entendre avec l’autre leader de la bande. Claquant la porte en pleine tournée au milieu d’une ambiance insupportable pour lui (il suffit de voir la tronche qu’il tire sur le Live "Come Hell Or High Water"), il décide de redonner vie à son bébé, interrompu dans son élan par la reformation de 1984.

Et comme il ne veut plus se prendre la tête, du passé faisons table rase. Ainsi Joe Lynn Turner ne sera pas rappelé (sorti sous le nom de DEEP PURPLE, "Slaves And Masters" reste un album de RAINBOW joué par les musiciens du Pourpre Profond au succès plus que mitigé) et nous voyons débarquer Doogie White, illustre inconnu à l’époque et débauché de PRAYING MANTIS. Les autres musiciens ne seront ni plus ni moins que des grouillots et Ritchie n’aura plus qu’à se consacrer à son art de la manière la plus entière possible… même si l’on remarquera toutefois que la collaboration avec Doogie White semble avoir opéré (ce dernier co-écrit la plupart des titres de l’album). C’est aussi l’entrée en scène discrète mais bien réelle de Candice Night avec qui il va faire muter son arc-en-ciel en BLACKMORE’S NIGHT. Elle est particulièrement à l’honneur sur la splendide "Ariel", sans nul doute l’une des compositions de RAINBOW les plus envoûtantes toutes époques confondues.

On avait quitté Ritchie et ses acolytes sur "Bent Out Of Shape", un album hautement mélodique mais plutôt éloigné des envolées Hard/Heavy épiques de l’époque Dio, ce qui n’enlevait rien à sa qualité, si ce n’est qu’aucun titre (à part peut-être "Stranded") ne passera à la postérité. Ici retour à un Hard Rock bien carré, qui compose avec les acquis de toutes les incarnations de RAINBOW. On retrouve ainsi du tempo soutenu presque Heavy ("Black Masquerade"), du FM presque AOR ("Too Late For Tears" et de l’épique et intimiste ("Ariel") ou encore du Hard Rock plus traditionnel ("Wolf To The Moon"). On remarquera que l’accent est mis sur la virtuosité, et les soli de Ritchie Blackmore n’ont peut jamais été à la fois aussi rapides et mélodiques. D’ailleurs vu l’époque et donc la production moderne que peut s’offrir le groupe, on remarquera la proximité avec le style pratiqué par Yngwie MALMSTEEN sur ses opus récents ("Fire & Ice" en tête) comme une volonté de l’homme en noir de ne pas céder le trône à son disciple. Marrant pour l’anecdote. Les références à la musique classique ne sont pas oubliées avec cette réinterprétation du plus célèbre morceau de "Peer Gynt", sans conteste l’œuvre la plus connue du compositeur norvégien Edward Grieg avec son célèbre motif en chromatismes devenu un véritable gimmick ("Hall Of The Mountain King").

"Stranger In Us All" est incontestablement un album solide, suffisamment varié pour ne pas lasser, homogène et cohérent sur sa durée, pas trop long (les deux derniers titres sont des reprises dont l’une déjà bien connue des amateurs de RAINBOW) et ce retour (éphémère) aux affaires est une franche réussite, cet unique album des nineties étant sans doute la plus belle réussite du groupe depuis… "Long Live Rock'N'Roll" ! Après n’allez pas y chercher une once d’originalité si ce n’est la présence de cuivres sur "Silence" qui donne l’impression de voir RAINBOW fusionner avec un big-band. Depuis 2013 nous avons la chance pour prolonger le plaisir de disposer d’un Live de cette tournée qui mettra à l’honneur cet opus qui vient compléter et finaliser la discographie de RAINBOW avec brio. Sans génie tape-à-l’œil mais avec goût et talent.

Morceaux préférés : "Wolf To The Moon", "Hunting Humans", "Ariel", "Black Masquerade".

A lire aussi en HARD ROCK par JEFF KANJI :


Brian MAY
Live At The Brixton Academy (1994)
Brian et son Band




RAINBOW
Long Live Rock'n Roll (1978)
Jamais deux sans trois

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez



Par STEF




 
   JEFF KANJI

 
   ALANKAZAME
   DARK SCHNEIDER

 
   (3 chroniques)



- Doogie White (chant)
- Ritchie Blackmore (guitare)
- Greg Smith (basse)
- John O. Reilly (batterie)
- Paul Morris (claviers)
- Candice Night (chant, chœurs)
- Mitch Weiss (harmonica)


1. Wolf To The Moon
2. Cold Hearted Woman
3. Hunting Humans (insatiable)
4. Stand And Fight
5. Ariel
6. Too Late For Tears
7. Black Masquerade
8. Silence
9. Hall Of The Mountain King ( E. Grieg Cover)
10. Still I'm Sad ( The Yardbirds Cover)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod