Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (11)
Metalhit
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Judas Priest, Astral Doors, Hibria, Helloween, Cage, Sinergy, Metalium, Silent Force
- Membre : Last Tribe, Saidian, Thunderhead, The Sygnet , Voodoo Circle, Mat Sinner , Magnus Karlsson's Freefall , Freedom Call, Kiske - Sommerville, Viva, Allen - Lande, Annihilator, Bob Catley
- Style + Membre : Starbreaker, Rebellion, Gamma Ray, Cans, Sinner, Midnight Sun
 

 Site Officiel (474)
 Myspace (352)
 Chaîne Youtube (342)

PRIMAL FEAR - Devil's Ground (2004)
Par JEFF KANJI le 26 Novembre 2018          Consultée 1022 fois

Sans déconner Ralph… J'aime ta voix… Mais là… Juste… TA GUEULE PUTAIN ! Ce chant doublé et harmonisé de façon systématique, systématiquement hurlé et forcé, c'est juste pas possible ! "Devil's Ground" c'est l'album Monsieur Plus. Et comme très souvent le mieux c'est le moins, ça doit vous donner une idée du problème de ce déjà cinquième album. PRIMAL FEAR nous fait chier très sérieusement avec ce disque toujours plus puissant, plus fort, plus agressif, plus ceci, plus cela, mais surtout bien moins inspiré.

C'était une bonne idée de sortir "History Of Fear" à l'issue du cycle "Black Sun", car le groupe en était à quatre albums déjà, sans lever le pied, mais surtout sans se planter ! Non cela il le réserve à "Devil's Ground", qui, à l'issue d'un jeu de chaises musicales, voit le batteur Klaus Sperling aller voire chez SAIDIAN s'il y est et fait revenir Tom Naumann, signant le départ d'Henny Wolter qui n'en a pas pour autant fini avec PRIMAL FEAR, puisque on le retrouvera au sein de nouveau au sein de l'effectif allemand pour deux albums supplémentaires, à partir de "New Religion", avant qu'il n'aille à son tour fonder son propre groupe : NITROGODS (et Klaus Sperling de rejoindre FREEDOM CALL à la même époque, à la suite du split de SAIDIAN).

Avec Tom Naumann, la couleur SINNER-esque est plus que jamais remise à l'honneur ; on se calme sur les soli et la mélodie et on assassine ses voisins à coups de décibels (pas) malins. Le gros son est plus que de rigueur, les riffs sonnent ultra costauds, compensant une vacuité parfois assourdissante, le groupe allant jusqu'à s'auto-pomper sur "In Metal". Le gros son, largement renforcé par l'ex ANNIHILATOR Randy Black derrière les fûts ("Waking The Fury", c'est lui !) et qui va passer onze ans au sein de la formation germanique.

"Devil's Ground" est écrasant et insupportable, à l'image de ces quantités de titres insupportables, en bonne partie à cause du chant de Ralph et de cette production qui casse elle aussi les oreilles. L'hymne "Metal Is Forever" en est le parfait porte-étendard : remontée testiculaire permanente, effets vocaux dans tous les sens et riffs basiques mais gros. Et encore, il s'agit sans aucun doute, avec le chiadé "The Healer", du meilleur titre de la galette.

De traditionnel, PRIMAL FEAR est devenu carrément traditionaliste ; les riffs plus Groove et syncopés de "Black Sun" ont ici totalement disparu, exit les concepts SF également ; retour à un binaire bête et méchant, quasi téléphoné. L'intérêt est donc le grand absent de "Devil's Ground" qui de temps à autres fait encore lever le sourcil, le temps d'une introduction particulièrement thrashy sur "Soulchaser" qui rappellera les speederies les plus furieuses de "Nuclear Fire", ou d'un riff convenu mais exécuté avec conviction ("Wings Of Desire") au solo réussi. Ce titre et "The Healer" montrent sans aucun doute la direction salutaire pour PRIMAL FEAR qui est en train de s'embourber dans on Heavy trop codifié à la fois pour stimuler l'inspiration et ne pas lasser l'auditoire, certes en grande partie allemand, mais la concurrence est farouche, surtout à l'époque, avec un IRON SAVIOR ou un GAMMA RAY plus radical qui chasse sur ses terres.

"Metal Is Forever", "The Healer" (non-exempt de longueurs) et "Wings Of Desire". Sans mesquinerie, le meilleur titre de l'album est la réappropriation du "Die Young" de BLACK SABBATH, dont PRIMAL FEAR propose une version largement au niveau de l'original, et ce malgré une première partie atmosphérique zappée pour plus d'efficacité. Avec le recul, il est facile de voir que la voie plus mélodique et aérée de "Seven Seals" serait la meilleure alternative au Heavy à la JUDACCEPT qu'il écluse depuis trop longtemps maintenant.

Note réelle : 1,5/5.

A lire aussi en HEAVY METAL par JEFF KANJI :


The UNITY
Rise (2018)
Henjo et Michael en pleine bourre




ASTRAL DOORS
Evil Is Forever (2005)
Trinquons à la margarita


Marquez et partagez



Par THE MARGINAL




 
   JEFF KANJI

 
   ODIN
   POWERSYLV

 
   (3 chroniques)



- Ralf Scheepers (chant)
- Tom Naumann (guitare)
- Stefan Leibing (guitare)
- Mat Sinner (basse)
- Randy Black (batterie)


1. Metal Is Forever
2. Suicide And Mania
3. Visions Of Fate
4. The Healer
5. Sacred Illusion
6. In Metal
7. Soulchaser
8. Sea Of Flames
9. Wings Of Desire
10. Heart Of A Brave
11. Colony
12. Devil's Ground



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod