Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Yngwie Malmsteen , X Japan
 

 Site Officiel (688)
 Site Officiel (368)
 Site Officiel Du Groupe (nouvelle Url) (504)

LOUDNESS - On The Prowl (1991)
Par DARK SCHNEIDER le 22 Septembre 2017          Consultée 587 fois

Second et dernier album de LOUDNESS avec l'américain Mike Vescera. Et oui, l'aventure japonaise de ce dernier n'aura été que de courte durée. Le chanteur inaugurait ainsi une longue carrière de mercenaire... Mais son départ n'était certainement pas prévu quand fut enregistré ce "On The Prowl", car celui-ci a clairement été conçu pour tenter de légitimer encore plus la présence de Vescera. En effet, en jetant un oeil sur la tracklist, on se rend compte que certains titres nous sont familiers : "In The Mirror", grand classique du groupe, "Girl", "Sleepless Night"... LOUDNESS a t-il donc réenregistré quelques-uns de ses anciens morceaux ? Et oui, mais pas juste une poignée, carrément 7 sur 11 en fait ! En réalité, seules les trois premières pistes sont totalement inédites, les suivantes sont donc toutes des réenregistrements avec parfois des intitulés modifiés pour l'occasion.

Ce disque, c'est donc un peu le foutoir. Mais il faut se remettre dans le contexte. "Soldier Of Fortune" avait beau être un excellent album, le groupe continuait son déclin commercial. "On The Prowl" permettait ainsi de proposer à la fois du neuf (les trois premiers titres) et une sorte de Best-Of déguisé mettant à l'honneur celui qui était encore leur nouveau chanteur.

Parlons des inédits. "Down'N'Dirty" tout d'abord. Voilà un ouvreur bien craignos. LOUDNESS s'enfonce dans une sorte de Glam putassier qui commençait à vraiment sentir le faisandé en ce début des années 90s. Ça me rappelle la démarche d'EUROPE avec son "Prisoners In Paradise", et c'est mauvais. Jamais un album de LOUDNESS n'avait aussi mal commencé. Bon, heureusement après ce gros loupé le groupe redresse un peu la barre avec un "Playing Games" moins repoussoir, sans briller ceci dit, et surtout un "Love Toys" vraiment réussi pour le coup. Sur les trois inédits, un seul est donc vraiment à la hauteur, digne de "Soldier Of Fortune". Quoiqu'il en soit, la déception est là. À croire qu'ils aient ensuite préféré inclure des reprises d'eux-mêmes car l'inspiration leur faisait défaut.

Bon, heureusement que "Love Toys" nous a rassuré avant d'entamer la partie réenregistrements. Rappelons qu'à cette époque cette démarche était peu commune, en cela, LOUDNESS faisait preuve d'une certaine audace. On entame donc cette seconde partie avec "Never Again", qui est un remake de la magnifique ballade "Silent Sword" qui figurait sur l'EP "Risky Woman". Une bonne idée que de l'avoir inclu, car l'EP n'était pas commercialisé en dehors du Japon. Sauf que les paroles ont été entièrement réécrites et elles n'ont plus rien à voir avec les originales ! Vescera nous raconte une banale histoire de perte de l'être aimé, à l'opposé total du texte guerrier de l'original. Et le traitement musical s'en ressent : si l'on retrouve les magnifiques couplets, le nouveau refrain est bien niaiseux. Bon en fait, il s'avère que tous les lyrics des réenregistrements ont été refaits, ce qui se comprend pour tous les autres titres car ils étaient à l'origine écrits en japonais, dans ces cas-là, la démarche est logique, mais pas pour "Never Again".

Allez, après cette autre déception LOUDNESS arrête de jouer avec nos nerfs : on reprend notre souffle à l'écoute des autres morceaux qui s'en sortent tous plutôt bien. Certains choix dans la sélection des titres peuvent paraître curieux ("Girl" notamment), mais en fait, hormis l'incontournable "In The Mirror", il ne s'agit pas ici de classiques indiscutables du groupe. Il y a donc une vraie volonté de ressortir des morceaux qui n'étaient sans doute que très peu connus du public hors-Japon, une façon de les revaloriser, et surtout de donner l'illusion pour les fans occidentaux d'avoir affaire à un album totalement inédit !(*) Le doute est permis. En tout cas, ça fait plutôt plaisir de ressusciter un titre comme "To Be Demon" ("Find A Way"), un des rares du groupe flirtant avec l'épique. Et Vescera se démène comme un beau diable sur les très pêchus "In The Mirror" et "Sleepless Night", ça envoie du steack. Le son, dans la lignée de "Soldier Of Fortune", permet de dépoussierer les reliques du passé, comme "Deadly Player" (à l'origine "Lonely Player" sur le second opus du groupe), sans les dénaturer pour autant. C'est bien fait tout cela.

C'est finalement avec une impression étrange que s'achève l'écoute de cet album. Les trois inédits ne rassurent pas vraiment malgré "Love Toys", et la démarche des réenregistrements s'avère finalement peu pertinente en raison du départ de Mike Vescera quelques mois plus tard. Plutôt que de confirmer ce dernier au sein de LOUDNESS, l'album fait office d'espèce de best-of de fin de cycle. Malgré la qualité des remakes, on aurait préféré un vrai nouvel album. Ainsi, "Soldier Of Fortune" n'aura pas de successeur à son niveau. C'est également la fin d'une époque pour LOUDNESS, le groupe ne sera plus jamais vraiment pareil par la suite, les 90s allaient tout changer.


(*) D'autant qu'il n'y a aucune indication à ce sujet dans le livret. À l'origine d'ailleurs, quand je l'avais acquis, je croyais qu'il s'agissait d'un album classique avec donc que des inédits, je n'avais alors pas encore écouté les premiers albums du groupe...

A lire aussi en HEAVY METAL par DARK SCHNEIDER :


SEIKIMA-II
The End Of The Century (1986)
Un classique du Heavy japonais




DIO
Holy Diver (1983)
Premier album solo du lutin à la voix d'or

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   DARK SCHNEIDER

 
  N/A



- Mike Vescera (chant)
- Akira Takasaki (guitares)
- Masayoshi Yamashita (basse)
- Munetaka Higuchi (batterie)


1. Down 'n' Dirty
2. Playing Games
3. Love Toys
4. Never Again
5. Deadly Player
6. Take It Or Leave It
7. Girl
8. Long Distance
9. In The Mirror
10. Sleepless Night
11. Find A Way



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod