Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH METAL  |  STUDIO

Commentaires (15)
Questions / Réponses (2 / 8)
Metalhit
Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Divine:decay, Meshiaak, Sulfator, 4 Arm, Xentrix, Lazarus A.d, Overkill, Annihilator, Exodus
- Membre : Death, Dark Angel, Tenet, Strapping Young Lad, Devin Townsend , Impellitteri, Savatage, Dragonlord
- Style + Membre : Sadus
 

 Site Officiel (501)
 Myspace (433)
 Chaîne Youtube (528)

TESTAMENT - The Formation Of Damnation (2008)
Par DARK BEAGLE le 19 Octobre 2019          Consultée 166 fois

Certaines histoires de cancer se terminent heureusement bien. Quand on voit Chuck Billy aujourd’hui, qui pète la forme, cela fait forcément plaisir. Le crabe est une belle saloperie qui emporta, emporte et emportera bon nombre de musiciens que nous admirons. Que le leader de TESTAMENT l’ait vaincu est déjà une satisfaction en soi. Ensuite, il aura fallu du temps pour la rémission complète, les fans n’auront pas eu grand-chose à se mettre sous la dent pour patienter si ce n’est la chouette compilation "First Strike Still Deadly" qui voyait Alex Skolnick repenser ses soli sur des versions modernisées de brûlots issus des deux premiers efforts ainsi qu’un "Live In London" qui replaçait la formation originale sur scène, ce qui est déjà pas mal. Puis il y a cette annonce plutôt alléchante : TESTAMENT va enregistrer un nouvel album avec le line-up des débuts, à l’exception de Louie Clemente, avantageusement remplacé par Paul Bostaph (SLAYER) – et malheureusement, concernant Louie Clemente, chaque batteur prenant place derrière les fûts à sa place est une bénédiction pour le groupe…

Alors forcément, il va y avoir des changements. Ceux qui s’attendent à un album dans la lignée de "Demonic" ou "The Gathering" vont en être pour leurs frais. Déjà, les pochettes dérangeantes de Dave McKean ne sont plus qu’un souvenir et c’est dommage, tant celle de "The Formation Of Damnation" ne dégage rien. C’est informatisé, c’est froid, c’est malencontreusement quelconque – enfin, à mon goût. Et musicalement, ne vous attendez pas à cette formule très ramassée sur elle-même, sournoise, dangereuse, qui faisait tout le charme de "The Gathering", ce jusqu’au-boutisme complètement fou et qui se tenait tout du long. Le retour de Skolnick, c’est inévitablement le retour des mélodies et de morceaux plus construits, moins directs. Mais ce n’est pas un pas en arrière pour autant, parce que TESTAMENT évite le piège de sonner comme il sonnait dans les années 80. La patte est toujours là, elle n’a jamais quitté le groupe qui lui livre une prestation solide mine de rien.

Nous retrouvons un Chuck Billy en voix, qui s’écarte des growls. Il y en a toujours, mais majoritairement, c’est son chant clair qui prédomine et il sait toujours y faire, il n’y a pas de soucis à se faire. Il impressionne, que ce soit sur "Leave Me Forever", "More Than Meets The Eye" et ses ohohohoh, ou sur "The Formation Of Damnation", solidement épaulé par le groupe qui joue bien derrière. Mais voilà, qui joue juste bien. Il va manquer un grain de folie sur l’ensemble de l’album et c’est franchement dommage. Pourtant, le groupe nous gratifie de refrains solides et catchy, dont certains vont faire mouche immédiatement, Skolnick nous place plein de petits soli, moins ahurissants que par le passé, certes, rythmiquement c’est solide et l’on reconnaît le jeu de basse de Greg Christian. Mais c’est comme si TESTAMENT se contentait d’appliquer une formule.

Après, ce n’est pas un album illogique non plus. Imaginez, vous jouez dans un groupe qui voit des membres importants partir les uns après les autres. En les remplaçants, vous amener une inspiration nouvelle, le son change, mute même, tend vers d’autres directions. Puis, timidement, les musiciens avec lesquels vous avez enregistré vos premiers albums reviennent, là aussi les uns après les autres, sur scène vous prenez un immense plaisir à rejouer tous ces vieux morceaux et le public est comme un dingue. Comment vous réagissez au moment de composer un nouvel album ? Vous essayez de capturer cette euphorie et de produire quelque chose qui soit dans cette lignée. Ce n’est même pas vraiment une solution de facilité, c’est presque normal. Et c’est ce que TESTAMENT a fait sur "The Formation Of Damanation", qui sent pour le coup le réchauffé, mais qui n’en demeure pas moins bien sympathique à l’écoute.

Et si ce n’est pas le grand disque auquel nous croyions tous, il est quand même bon de noter que TESTAMENT n’a rien perdu de sa verve, que Skolnick a toujours un touché fabuleux même s’il est toutefois moins impressionnant que par le passé, ce qui ne l’empêche pas d’être un bon cran au-dessus d’une large partie de la concurrence. En 2008, TESTAMENT n’aura plus le même impact qu’en 1999 avec "The Gathering", mais il délivrera toutefois un album qui se tient du début à la fin, sans le moindre mauvais morceau, mais avec trop peu de grands titres pour prétendre à mieux qu’à un 3/5 au final.

Note réelle : 3,5/5.

A lire aussi en THRASH METAL :


SACRED REICH
Surf Nicaragua (1988)
Il faut écouter SACRED REICH ! Merde à la fin.




ANTHRAX
Music Of Mass Destruction (2004)
Enfin un live digne d'anthrax !!!


Marquez et partagez




 
   CANARD WC

 
   DARK BEAGLE
   ODIN

 
   (3 chroniques)



- Chuck Billy (vocals)
- Alex Skolnick (lead guitar)
- Eric Peterson (rhythm, lead guitar)
- Greg Christian (bass)
- Paul Bostaph (drums)


1. For The Glory Of
2. More Than Meets The Eye
3. The Evil Has Landed
4. The Formation Of Damnation
5. Dangers Of The Faithless
6. The Persecuted Won't Forget
7. Henchman Ride
8. Killing Season
9. Afterlife
10. F.e.a.r.
11. Leave Me Forever



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod