Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH METAL  |  STUDIO

Commentaires (67)
Questions / Réponses (9 / 72)
Metalhit
Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1983 Show No Mercy
1984 Hell Awaits
1986 Reign In Blood
1988 South Of Heaven
1990 Seasons In The Abyss
1994 Divine Intervention
1996 Undisputed Attitude
1998 Diabolus In Musica
2001 God Hates Us All
2006 Christ Illusion
2009 World Painted Blood
2015 Repentless
 

- Style : Machine Head, Sadus, Holy Moses, Exhorder, Evile, Demiricous, Enforced, No Return, Kristendom, Metallica, Alkoholizer
- Membre : Grip Inc.
- Style + Membre : The Big 4 , Forbidden, The Unholy Alliance , Exodus

SLAYER - Reign In Blood (1986)
Par DARK BEAGLE le 28 Novembre 2021          Consultée 674 fois

Pour certains, une large majorité même, il est le pinacle de la carrière de SLAYER. L’album de référence de toute une génération et peut-être même un peu plus. Un déluge de violence qui fait taire toutes les critiques en moins de 30 minutes. Un monstre, dont on n’ a peut-être pas encore mesuré tout la portée. Pour d’autres, l’exercice est audacieux, mais ça reste un peu trop too much quand même. Je me situe dans cette deuxième catégorie.

"Reign In Blood", pour moi, c’est avant tout une des pochettes les plus marquantes des années 80. Le regretté Larry Carroll a signé un travail très dérangeant et très controversé, qui s’imprime instantanément dans la mémoire. Cette jaquette, on s’en souvient. Impossible de faire l’impasse dessus. Bref, on devine déjà que les mecs de SLAYER ne sont pas là pour cueillir des pâquerettes. Que ça va faire mal. Et ça va faire très mal. Le fait qu’il soit publié par Def Jam, un label spécialisé dans mes musiques plus Hip Hop a de quoi étonner. La production de Rick Rubin se veut bien plus intéressante que ce que le groupe a connu par le passé.

Et ça va dérouler. Même pas une demi-heure et la messe est dite. Ça calme, hein ? Quel déluge de brutalité ! Mais le souci, c’est que je retiens surtout l’ouverture magistrale de l’album et sa conclusion, qui ne l’est pas moins. "Angel Of Death", c’est une agression caractérisée, le hurlement d’Araya vrille les tympans d’office et derrière, ça tabasse. C’est toujours bien construit, tout comme "Raining Blood d’ailleurs" ; les deux seuls morceaux à dépasser les quatre minutes.

Et entre, nous avons huit morceaux très courts, voire très, très courts ("Necrophobic"). Kerry King est entré dans sa période Punk, style que Hanneman maîtrisait déjà et tout est fait pour planter le décor très rapidement, frondeur, direct, tout en conservant des petits soli qui laissent des échardes dans les oreilles après leur passage. C’est très dense, et certainement un petit peu trop, vu que le disque ne respire pas vraiment (là, l’avantage du vinyle, c’est que l’on a une pause pour le retourner) et qu’il devient non pas étouffant, mais étrangement linéaire.

Alors si j’apprécie de m’en prendre plein la face sans discontinuer, je regrette de ne pas pouvoir mieux identifier les titres qui s’enchaînent très rapidement. Et quand j’arrive à l’introduction mythique de "Raining Blood", je me dis que le temps est passé très vite, trop vite et qu’il manque à ce disque un truc pour réellement capter mon attention. Après, des morceaux comme "Criminal Insane" ou "Postmortem" tirent très bien leur épingle du jeu et encore une fois on ne peut que rester béat devant la technique de Lombardo qui impressionne toujours plus mais… Mais je m’ennuie un peu.

Si je lui préfère son prédécesseur qui posait une ambiance bien plus suffocante et son successeur pour le contre-pied total qu’il représente – et parce qu’il dégage également une ambiance particulière, je ne nie en aucun cas l’impact terrible qu’a eu "Reign In Blood" dans l’univers du Thrash et plus communément du Metal extrême. Mais personnellement, je préfère le SLAYER qui construit de façon plus ingénieuse ses morceaux ou celui qui est capable de véhiculer des émotions très sombres. Ce que je ne retrouve qu’en partie ici.

A lire aussi en THRASH METAL par DARK BEAGLE :


MEKONG DELTA
Tales Of A Future Past (2020)
Hier c'est demain et demain c'était hier




HOLY MOSES
Finished With The Dogs (1987)
Nous sommes des os demandant à être rongés


Marquez et partagez



Par DARK BEAGLE




 
   FENRYL

 
   BAAZBAAZ
   CANARD WC
   DARK BEAGLE
   DEADCOM
   MEFISTO
   MULKONTHEBEACH
   POSSOPO
   POWERSYLV
   RENERION
   ROOTSPACOROOTS
   THE BLUE OYSTER

 
   (12 chroniques)



- Tom Araya (chant, basse)
- Kerry King (guitare)
- Jeff Hanneman (guitare)
- Dave Lombardo (batterie)


1. Angel Of Death
2. Piece By Piece
3. Necrophobic
4. Altar Of Sacrifice
5. Jesus Saves
6. Criminally Insane
7. Reborn
8. Epidemic
9. Postmortem
10. Raining Blood



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod