Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH / BULOTS  |  COMPILATION

Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Deicide
- Style + Membre : Cannabis Corpse, Obituary
 

 Site Officiel (703)
 Myspace Dédié Au Groupe (737)
 Album Artwork (679)

SIX FEET UNDER - Graveyard Classics 3 (2010)
Par DEADCOM le 1er Septembre 2010          Consultée 4474 fois

Un bulot.
Créature sous-marine voisine des mollusques appartenant à la classe des gastéropodes. Cette petite chose est appréciée précuite dans un bouillon et servie très fraîche avec de la mayonnaise principalement. Le pied est la partie comestible de la bête. Il est très fréquemment consommé en terrasse, sur les côtes normandes par exemple.

Bien, "Graveyard Classics III".

**
L'artiste nous propose un panel d'influences plutôt large et de bon goût, ma foi. Bien sûr massacré lui aussi (je vous rassure), tout comme AC/DC, sur l'abjecte 2e chapitre du "Graveyard Classics". Donc ici, SIX FEET UNDER enfile cartouchières et collants moule burne (le spandex est à la mode) et reprend à la volée, METALLICA, MERCYFUL FATE, PRONG, RAMONES, EXCITER, ANVIL, SLAYER, TWISTED SISTER (là, c'est balaise) et pourquoi pas VAN HALEN aussi ? Eh bien oui. Et ce à tous les temps, du genre : je sais qu'il pleut, je sais qu'il fait beau, je sais qu'il neige, et merde.

Déjà avec AC/DC c'était le massacre des innocents, mais là... Hélas, SFU ne possède pas un niveau énorme, techniquement parlant et le choix des reprises est évidemment risqué, parce qu'un titre du "Justice" des Mets comme "The Frayed Ends Of Sanity" laissé entre les mains de ces quatre larrons (eux aussi, des cavaliers de l'apocalypse mais pas dans le même contexte, on dira), est un pur moment de boulet attitude, et le résultat ne passe pas du tout. Même si dans l'ensemble ça donne du collier pour faire groover tout ce bordel, c'est d'ailleurs pour cela qu'on l'aime.

Au fur et à mesure de notre quête, ce trip "cover band" prend petit à petit des allures de guano. Tout le charme et le chrome des eighties est remplacé par de la boue avec une forte odeur d'aisselle, qui n'a rien de true. Barnes n'en peu plus. Trop de tignasse ou de crasse sur sa tête, pas assez de fraîcheur aussi. Mais ce n'est pas le plus important, il nous prouve encore la puissance de son organe, en plus le garçon n'en fait qu'a sa tête, le sale morveux, donc passons.

Par rapport aux originaux, l'interprétation est molle et se fait ressentir par une baisse de rythme générale ; le souffle épique du titre d'ouverture "A Dangerous Meeting" (tiré du "Don't Break The Oath" de MERCYFUL FATE) n'apparaît pas, il faut dire que Steve Swanson n'a pas le feeling, ni le talent du couple Shermann / Denner. La critique est facile, certes, mais ce fait est véritable.
Constat identique avec la bande à Tommy Victor, sur "Snap Your Fingers, Snap Your Neck", le métronome est respecté mais il n'y a rien de sublime, le jeu de Ted Parsons est unique en son genre et ça les ricains ne l'ont pas forcément compris. La frappe molle de Greg Gall traduit un groove rachitique… qui semble toujours en fin de course.
Seuls ANVIL ("Metal On Metal") et SLAYER ("At Dawn They Sleep") sont à peu près honnêtes car bien bourrins de nature. Mais autant dire que le reste est aussi peu glorieux qu'une grosse taule larguée en pleine foule (putain de bulot). "On Fire" manque de pêche (ce qui est un comble), quand à "Destroyer", c'est correct mais sans panache. Sur ce, on passera sur RAMONES (qui se fait franchement ramoner) pour aboutir à un (muppet) show studio sous Lexomil, sale, voire moche.

Le manque de discernement pénalise l’interprétation qui devient plus tacheronne que respectueuse, et fait que l'entreprise manque singulièrement d'intérêt et d'une certaine classe... Car, il n'y a ni l'art (le noir c'est beau mais triste), ni la manière (la prod' est correcte mais rien d’attachant). Pour tout dire, même le squelette de la pochette, affligé d'une paire d'ailes bouffées aux mites, se voit consterné d'être en première ligne de cet étron. Que dis-je ? De ce plat de bulots sans la mayo.

A lire aussi en DEATH METAL par DEADCOM :


GORTUARY
Manic Thoughts Of Perverse Mutilation (2008)
Très bon Death Metal tendance ultra brutal !




AUTOPSY
Severed Survival (1989)
Une tuerie pour Deadcomiens


Marquez et partagez







 
   DEADCOM

 
  N/A



- Chris Barnes (vocalises)
- Steve Swanson (guitares)
- Terry Butler (basse)
- Greg Gall (batterie)


1. A Dangerous Meeting (mercyful Fate Cover)
2. Metal On Metal (anvil Cover)
3. The Frayed Ends Of Sanity (metallica Cover)
4. At Dawn They Sleep (slayer Cover)
5. Not Fragile (bachman Turner Overdrive Cover)
6. On Fire (van Halen Cover)
7. Pounding Metal (exciter Cover)
8. Destroyer (twisted Sister Cover)
9. Psychotherapy (ramones Cover)
10. Snap Your Fingers, Snap Your Neck (prong Cover)



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod