Recherche avancée       Liste groupes



      
DAUBE METAL  |  COMPILATION

Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Deicide
- Style + Membre : Cannabis Corpse, Obituary
 

 Site Officiel (703)
 Myspace Dédié Au Groupe (737)
 Album Artwork (678)

SIX FEET UNDER - Unburied (2018)
Par JAZ le 14 Juillet 2019          Consultée 1323 fois

Il y a des groupes haïs que nous affectionnons particulièrement (le groupe dont on va parler), même des singles affreux ("Poker Face" ; "Sorry" Je regrette déjà d’avoir dit ça…), mais là n’est pas la question. Je suis un aficionado de Chris Barnes, notamment pour le culot dont il fait preuve en nous livrant chaque année un album dépassant les autres en termes d’incompétence. Mais que voulez-vous ? J’aime SIX FEET UNDER, tout comme DEBAUCHERY ! C’est un peu comme lorsque l’on se fait une soirée nanar. Tiens d’ailleurs, petite parenthèse mais si vous aimez ce genre de films, je vous conseille "L’attaque de la Moussaka géante", exceptionnel. Alors replaçons-nous dans le contexte, j’étais avec un ami hier qui connaît ma passion pour ce groupe, je lui ai indiqué que je réécoutais Chris et ses acolytes (qui ont tous disparu) avec ce son si particulier, nul besoin de préciser qu’il était dégoûté et pressé de partir travailler dès qu’il a entendu ça. Après lui avoir fait écouter "No Warning Shot" et quelques-uns de ses morceaux risibles, j’ai découvert sur YouTube qu’il y avait un nouvel album intitulé "Unburied" d’une durée de 26 minutes. Déjà, faire un album de 26 minutes relève sensiblement du foutage de tronche, et ce même pas un EP… Bref, mon pote m’a sorti, au bord des larmes : "Mais attends, tu l’as cet album, je connais la couverture." (j’ai toute la collection chez moi). Je lui ai précisé que non car j’ai eu l’œil, en fait il s’agissait là d’un mélange de deux couvertures, celle de "Undead" (2012) et celle de "Unborn" (2013), deux disques qui se ressemblent étrangement et qui ne sont pas si mal par rapport à ce qu’on nous sert d’habitude. À noter que "Unborn" est né à partir des sessions d’enregistrement de "Undead".

Eh bien c’est encore pire pour "Unburied", je vous explique. Après avoir effectué quelques recherches sur ce nouvel album, je me suis rendu compte que les morceaux étaient issus des sessions d’enregistrement des deux albums sus-nommés et du dernier en date, "Torment" (2017), en excluant "Crypt Of The Devil" (2015) et l’extraordinaire, le sensationnel "Graveyard Classics IV: The Number Of The Priest" (2016) dont la chronique devrait arriver prochainement, il y a tellement à dire dessus. Revenons à nos moutons, nous avons droit à neuf titres sous-mixés ne dépassant même pas la demi-heure au total. Bravo Chris ! Nous avons pu l’écouter deux fois avant que mon pote ne parte effectuer sa contribution quotidienne à la société, inutile de préciser que nous avons eu l’impression d’entendre la même chose à chaque fois.

Déjà prenons le titre de ce méfait, "Unburied", c’est-à-dire que les titres n’ont même pas été enterrés, déjà il y a un problème. Ensuite, découvrons le commentaire de Mr Barnes quant à sa nouvelle livraison : "Il était dommage que ces chansons soient là et qu’elles soient inutilisées. Je savais que les fans les approuveraient, et tout le monde a travaillé dur pour les écrire et les harmoniser." (www.rockmetalmag.fr). C’est de pire en pire car il reconnaît quasiment n’avoir rien foutu là-dessus. Les titres des morceaux sont extrêmement originaux ("Violent Blood Eruption", "The Perverse"), mention spéciale au dernier qui, si on le traduit en français, donne "Peau" et qui est pire que tout le reste. Pourtant j’avais espéré quelque chose, je pensais même que c’était, je me cite, "la perle de l’album", et plus l’avant-dernier titre durait, plus le temps restant de l’album était faible et plus mon pote retrouvait un semblant de sourire. Et c’est ce qui s’est passé, je me suis lamentablement planté car "Skin" dure à peine QUARANTE secondes, et c’est un bordel sans nom ! Allez l’écouter et vous aurez un aperçu complet de l’album sans avoir la sensation de perdre trop de temps, quoique…

Pour détailler inutilement, je dirais que "As the Dying Screams" est passable, enfin passable je m’entends, un peu comme si on annonçait à un cancéreux que les rayons allaient le guérir, beaucoup de faux-espoirs en somme. Ce morceau là nous évoque surtout plusieurs morceaux de "Torment" condensés en un seul. Dernière information, la fin de "Midnight In Hell" est presque cool, mais pas besoin de plus de termes car tout est déjà dit.

J’aimerais juste savoir ce que le Bob Marley du Death devient, grâce à cet album il va pouvoir renflouer son stock de weed et détruire encore plus sa voix, il devrait passer au vaporisateur histoire de ne pas trop se pourrir les poumons, sinon sur le prochain album il sera muet et quand même crédité au chant. Love you Mr Barnes ! Objectivement 0,5/5.

A lire aussi en DEATH METAL :


BEHEMOTH
Evangelion (2009)
Toujours aussi froid, aussi violent

(+ 2 kros-express)



DISMEMBER
The God That Never Was (2006)
Un nouveau fléau du death suédois


Marquez et partagez




 
   JAZ

 
  N/A



- Chris Barnes  (chant)
- Jeff Hughell  (basse)
- Marco Pitruzella  (batterie)
- Jack Owen  (guitare)
- Ray Suhy  (guitare)


1. Violent Blood Eruption
2. Midnight In Hell
3. Gore Hungry Maniac
4. Re-animated
5. Intent To Kill
6. The Perverse
7. Possessed
8. As The Dying Screams
9. Skin



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod