Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
Metalhit
Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Sulphur Aeon
 

 Myspace Officiel (441)
 Site Officiel (441)
 Chaîne Youtube (398)

IMMOLATION - Majesty And Decay (2010)
Par BIONIC2802 le 11 Octobre 2010          Consultée 7596 fois

La conférence de presse est sur le point de débuter.
Un brouhaha d’enfer émane des chroniqueurs en devenir.

Quand soudain, LE porte-parole du Death Metal en personne débarque du néant, se dirige vers son trône suintant de morve et s’impose à nous - pauvres mortels - avec la bave aux gencives (ses lèvres semblent avoir été déchiquetées)…

- "Oôh, my god, mais c’est … (le journaliste ne pu finir sa phrase que déjà une élongation distordue et fourchue, d’une longueur anormalement épouvantable, le pulvérisa telle une merde liquide).
Un silence mortuaire de rigueur s’installe ! Nous essuyons les restes de notre téméraire collègue éparpillés dans la salle et entrons en communion :

- "Bande d'incultes, asservis à ma Cause, je vous laisse momentanément la vie pour vous dégueuler cette grande nouvelle : IMMOLATION sort un nouvel album ! Comme je ne suis pas motivé par cette offrande et comme je suis un vrai diesel et que je vous emmerde, je laisse ce déglingué de BIONIC vous le conter à sa façon. Mais toi, Archange de mes deux, prends garde à ce que tu vas dire ! "

...

Hormis son "Intro" et son "Interlude" froids et en attente d’un cataclysme, "Majesty And Decay" est bestial, extrêmement chaleureux (dans le sens de lave bouillonnante et non de gaieté primesautière !), toujours aussi étouffant, précis techniquement MAIS AUSSI, dans son rendu, étrangement harmonieux entre musicalité et structures alambiquées pas piquées des vers. Aussi bien surprenant dans l’enchaînement des riffs - alternance d’agressivité massive et de mélodies lancinantes voire hypnotiques - que dans la puissance générale de l’album.

Y a bien un retour vers plus de lourdeur - même si c’est rapide, cela reste imposant à l’écoute. Disons que dans "Majesty And Decay", le niveau de complexité est encore plus haut que ces grands frères. Une maîtrise quasi diabolique souffle sur nous ; un peu comme si nous avions survécu à un tremblement de terre d’un niveau supérieur à 9 - ce qui est exceptionnel en soi (là, je vous renvoie à la plage 1 et 8) mais que ce n’est pas pour autant fini…

Un véritable labyrinthe qu’il vous faudra apprivoiser. En effet, nous retenons facilement un passage mais jamais une chanson ! Bizarre ? Non, plutôt une atmosphère omniprésente. Aussi, une fois n’est pas coutume, focalisez-vous d’abord sur les grattes ; à la deuxième écoute, imprégnez-vous du jeu très (trop?) étendu du batteur - déjà actif depuis les deux derniers albums. Enfin, lorsque le rendu vocal aura déjà bien fait son office, appréciez cet album et constatez que IMMOLATION reste un des maîtres pilier du Death technique. Il ne révolutionnera plus jamais le genre mais il nous enterrera avec conviction avec son style de vie irréprochable, indémodable, inamovible… Je veux dire par là (où ça ? Là ! Euh…) que "Majesty And Decay" gagne à être entendu tant l’effet de majesté incontestable qu’il procure s’impose de lui-même.

- "Toute comparaison avec "Here In After", sera intolérable ! " éructa le Maître.

2802 se planqua derrière ses ailes !

- "Cependant, bande d'ingrats, je vous somme de répandre la nouvelle et de disséminer les insoumis. Pour ces derniers, rédigez moi une liste, je veux du combustible pour ma grotte ! "

L’orateur en chef se lève, rote, puis s’en retourne vers ses limbes nauséabondes.

Dans la crainte, l’humilité et l’espoir naissant de ne pas avoir été bouffé tout cru, nous nous congratulons l’un l’autre de ne pas avoir été l’offrande journalistique du jour de cet émissaire de l’Enfer… oui, vous aviez effectivement reconnu notre Mister DEADCOM !!!

P.S. : je n’ai pas ressenti certaines longueurs comme sur "Harnessing Ruin" ou "Shadows In The Light". Ce qui fait la 'tite différence.

Je tiens aussi à remercier DEADCOM pour sa participation !

A lire aussi en DEATH METAL par BIONIC2802 :


MORGOTH
Resurrection Absurd (1989)
La légende est en marche ; version européenne !

(+ 1 kro-express)



BURSTING
Cervical 7 (2011)
C'est toudi les mêmes qu'on spotche* !!!


Marquez et partagez








Par BIONIC2802




 
   BIONIC2802

 
  N/A



- Steve Shalaty (batterie)
- Bill Taylor (guitare)
- Robert Vigna (guitare)
- Ross Dolan (basse et voix)


1. Intro
2. The Purge
3. A Token Of Malice
4. Majesty And Decay
5. Divine Code
6. In Human Form
7. A Glorious Epoch
8. Interlude
9. A Thunderous Consequence
10. The Rapture Of Ghosts
11. Power And Shame
12. The Comfort Of Cowards



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod